12 des Meilleures Interfaces Audio en Home Studio [2024]

Vous recherchez une interface audio USB pour Thunderbolt pour votre home studio ?

C’est parfait, nous allons voir ce sujet en détail dans cet article !

En effet, les interfaces audio, qui sont en fait des cartes son externes avec diverses fonctionnalités, sont essentielles en studio ou en home studio. Elles font tout simplement partie du matériel de base à avoir.

Mais quelle carte son choisir ?

Entre les Focusrite, les Audient, les Behringer, les Presonus… il a tellement d’options, alors comment choisir concrètement sans se tromper ?

Eh bien je vais vous expliquer comment à travers cet article, et les différentes recommandations d’interfaces audio sélectionnées avec soin.

Une interface audio (ou carte son externe) de home studio

Surtout que lorsque l’on débute, il peut être difficile d’apporter une réponse à des questions du style “Est-ce que telle ou telle interface audio sera adaptée pour enregistrer de la guitare ou de la voix ?” ou “Ai-je besoin d’une interface à deux canaux ou bien à 8 entrées ?”.

Donc, pour vous aider, je vous propose cet article détaillé qui contient toutes les informations nécessaires pour que vous choisissiez le modèle d’interface audio qui vous convient.

Plus concrètement, nous allons aborder les thèmes suivants :

En très résumé…

Si vous n’avez pas beaucoup de temps, voici les 3 suggestions phares de cet article :

A quoi sert une interface audio ?

Avant toutes choses, prenons quelques minutes pour bien comprendre la place que prend l’interface audio dans un (home) studio.

Qu’est-ce qu’une interface audio ?

Bah oui alors : pourquoi utiliser une interface audio ?

Une interface audio, si l’on simplifie au maximum, c’est un appareil qui sert de carte son.

Une carte son un peu particulière, ceci dit.

Déjà, elle est généralement externe – c’est-à-dire que vous allez la brancher en USB ou en Thunderbolt à votre ordinateur.

Et puis, c’est une carte son qui regroupe un certain nombre de fonctionnalités utiles pour enregistrer et mixer des morceaux : préamplis microphones, entrées pour brancher des instruments comme des guitares ou des synthétiseurs, préampli casque, gestion de signaux MIDI…

Bref, c’est un peu le cœur névralgique de votre (home) studio.

L'interface audio au cœur du Home Studio

Vous pensez peut-être : “Oui, mais dans mon ordinateur, j’ai déjà une carte son – je ne peux pas l’utiliser ?”

La réponse est claire : “Non, c’est une mauvaise idée”.

Dit de façon simpliste, les cartes son montées dans les ordinateurs du commerce sont tout juste suffisantes pour écouter de la musique. Elles ne permettent pas, par exemple, d’enregistrer des instruments.

Pour travailler dans de bonnes conditions, vous avez donc absolument besoin d’une interface audio dédiée à une utilisation studio, avec la qualité et les fonctionnalités qui vont bien.

Dans la même idée, et sauf cas particulier, je vous déconseille d’utiliser des tables de mixage en home studio — mais si votre besoin est spécifique et que vous avez justement besoin d’une table de mixage, vous trouverez mes recommandations ici.

Quel usage allez-vous faire de votre interface audio ?

Maintenant que vous êtes convaincu(e), du moins normalement, de l’intérêt d’avoir une interface audio de qualité pour votre studio, posez-vous la question de la façon dont vous allez l’utiliser.

Êtes-vous un musicien solo, qui cherche juste à enregistrer sa guitare de temps en temps ?

Êtes-vous un songwriter, qui souhaite enregistrer ses compositions guitare/voix dans de bonnes conditions ?

Souhaitez-vous enregistrer un groupe complet avec batterie ?

Et puis, une fois que vous aurez branché votre future nouvelle interface audio à votre ordinateur, combien d’instruments différents prévoyez-vous d’enregistrer ?

Prenez en compte votre situation actuelle, bien sûr – mais réfléchissez également à votre situation future, dans deux ou trois ans.

Certes, c’est toujours un peu difficile de se projeter – mais si par exemple vous produisez de la musique électronique et que demain vous prévoyez d’acheter quelques synthétiseurs hardwares, alors prendre dès maintenant une interface avec des connectiques MIDI sera sans doute une bonne idée.

Comment choisir une interface audio de studio ?

Bien entendu, en fonction de l’usage que vous allez faire de votre interface audio dans votre (home) studio, donc en fonction de vos besoins, vous allez vous orienter vers un modèle différent.

Heureusement, la technologie a bien progressé ces dernières années, et il y a peu de modèles vraiment mauvais qui vous empêcheraient d’enregistrer votre musique dans de bonnes conditions – sauf si vous achetez de l’ultra entrée de gamme ou peut-être certains modèles vraiment obscurs.

Ceci dit, pour bien choisir votre prochaine carte son externe, il est essentiel que vous ayez en tête un certain nombre de critères.

Sinon, vous risquez de tourner en rond en lisant la myriade de commentaires disant tout et son contraire sur les forums ou autres groupes sur les réseaux sociaux.

Le nombre d’entrées analogiques

Pour moi, le critère à regarder en premier, c’est le nombre d’entrées analogiques présentes sur l’interface audio.

En effet, cela va conditionner, pour simplifier, le nombre de pistes (instruments, voix…) que vous allez pouvoir enregistrer en même temps.

Il y a trois type d’entrées (qui sont parfois regroupées via des connectiques “combo” XLR/jack) :

  • les entrées microphone XLR — sur lesquelles vous allez brancher tout simplement vos microphones ;
  • les entrées instrument ou DI — qui correspondent à des DI box intégrées, et sur lesquelles vous allez brancher typiquement vos guitares et vos basses ;
  • les entrées ligne — sur lesquelles vous allez éventuellement brancher vos synthés mais aussi vos préamplis microphones externes, si vous en avez.

Notez au passage que les deux premières, a minima, disposent toujours d’un préampli intégré.

Les entrées analogiques sur une RME
Les entrées mixtes micro / ligne / instrument de ma RME

Pour plus d’info sur la différence entre ces trois types d’entrées, je vous conseille de lire mon article sur les niveaux audio en studio.

Pour bien choisir votre interface (et c’est pour ça qu’au chapitre précédent je vous ai fait réfléchir sur l’usage actuel et futur que vous imaginez avoir), il faut donc que vous déterminiez, grosso modo, combien d’instruments ou de voix vous allez enregistrer en même temps.

Généralement, on enregistre instrument par instrument.

Autrement dit, dans la plupart des cas, les interfaces audio à 1 ou 2 entrées suffisent pour une utilisation home studio.

Par contre, si vous souhaitez enregistrer un groupe tout entier (pour une ambiance “live”) ou par exemple une batterie (pour laquelle on utilise souvent plusieurs microphones), il faudra vous tourner vers une carte son externe possédant suffisamment d’entrées microphones.

N’oubliez pas également de vous procurer les bons câbles pour enregistrer.

Si vous avez un doute sur le nombre d’entrées dont vous avez besoin, je vous conseille de faire tout simplement un dessin de l’interface pour lister tout ce que vous allez brancher dessus + déterminer, au maximum, le nombre de choses que vous allez brancher en même temps sur l’interface. Cela vous aidera à y voir plus clair.

Vous pensez que vous n’avez besoin que d’une entrée, par exemple juste pour enregistrer votre guitare ?

Un conseil : visez un peu plus grand et prenez une interface à deux entrées. On ne sait jamais, peut-être que dans quelques mois vous voudrez jouer avec un ami ou enregistrer votre voix en même temps…

L’alimentation fantôme (ou Phantom Power)

Certains microphones (principalement les microphones à condensateur) ont besoin d’être alimentés par un courant électrique qui est généralement de 48 Volts.

On appelle cela “l’alimentation fantôme” ou “phantom power” en anglais.

Peut-être qu’au début, vous n’en aurez pas besoin — suivant le microphone que vous utilisez.

Cependant, ne pas avoir cette option risque de vous limiter fortement si vous souhaitez compléter au fur et à mesure votre équipement.

Aussi, assurez-vous que l’interface audio que vous choisissez pour votre home studio possède cette option, qui est toutefois présente sur la plupart des modèles.

Le nombre de sorties analogiques

Le nombre de sorties est également important, mais en même temps c’est un critère beaucoup plus simple à concevoir et à analyser.

Les sorties analogiques vont vous servir à deux choses :

  • soit à brancher vos dispositifs d’écoute ;
  • soit à envoyer un signal depuis votre PC vers du matériel hardware type égaliseur, compresseur, etc.

Si vous n’utilisez pas de matériel de traitement audio particulier, ce qui est le cas de base pour la plupart des home studios, il suffit donc de définir combien d’écoutes vous allez brancher sur votre carte son externe.

Généralement, on utilise un casque et/ou des enceintes de monitoring.

Cela veut dire qu’a minima, vous devez avoir :

  • une sortie casque
  • deux sorties standard au niveau “ligne” (une pour chaque enceinte).

Et là, bonne nouvelle : c’est le cas sur quasiment toutes les interfaces audio de studio.

Soyez toutefois attentif(-ve) à la connectique pour ce qui est des enceintes de monitoring : préférez les interfaces vous proposant des sorties au format jack ou XLR, en évitant les cartes sons avec de simples sorties RCA asymétriques.

D’ailleurs, même sur leurs modèles entrée de gamme, certains fabricants comme Focusrite ont remplacé les sorties RCA par des sorties jack :

Connectiques enceintes sur les interfaces audio

La connectique MIDI

Si vous travaillez ou prévoyez de travailler avec des synthétiseurs hardwares, vous aurez besoin de gérer des signaux MIDI via vote carte son externe USB ou Thunderbolt.

Ne serait-ce que pour envoyer des notes depuis votre PC à vos synthés.

Aussi, soyez vigilant(e) sur la présence de ports MIDI (entrée/sortie) sur les interfaces audio : certains modèles n’en ont pas.

Ceci dit, ce n’est pas nécessairement un problème majeur : il existe différents câbles ou petites interfaces USB / MIDI qui vous permettront, en parallèle de votre interface audio, de connecter votre matériel hardware MIDI.

Les autres connectiques

Dans le monde de l’audio, il existe un nombre assez important de connectiques différentes répondant à des usages tout aussi variés.

Certaines d’entre elles se retrouvent également sur les cartes son de home studio, et vous en aurez peut-être besoin.

Tout d’abord, on retrouve souvent des ports ADAT, certains étant des entrées et d’autres des sorties. Il s’agit d’une connectique numérique permettant par exemple d’étendre les possibilités de votre interface en ajoutant des entrées supplémentaires.

Connectique ADAT sur une interface Audient

Parfois, on retrouve également des connectiques S/PDIF, qui utilisent le même connecteur que les câbles RCA (vous savez, les câbles rouges ou blancs) mais passent en réalité un signal numérique : le principe de fonctionnement est “similaire” aux ports ADAT, si ce n’est que vous ne pouvez passer que 2 canaux à la fois.

Enfin, sur les interfaces (très) haut de gamme, on retrouve régulièrement d’autres connectiques numériques plus spécifiques comme le MADI ou le Dante- qui sont toutefois surtout utiles si vous prévoyez d’enregistrer de très nombreux instruments en simultané (par exemple, si vous travaillez avec un orchestre), et ne sont que rarement utiles en home studio.

Le Direct Monitoring

Parfois oublié, le Direct Monitoring est une option très utile.

Le problème de fond est le suivant : le temps que met le son pour entrer dans l’ordinateur, être traité par votre logiciel et revenir à votre interface puis à vos oreilles est généralement de l’ordre de quelques millisecondes (ça s’appelle la latence).

Ça peut sembler faible, mais en réalité c’est très souvent audible. Si vous enregistrez des percussions, ça va vous gêner pour jouer.

Avec le direct monitoring (qui peut être analogique ou logiciel), vous entendez directement dans le casque ce que vous jouez, avant que le son arrive dans l’ordinateur. Résultat : pas de décalage !

Remarque : toutes les interfaces audio de studio proposées plus bas dans cet article permettent le direct monitoring, sous une forme ou une autre, donc aujourd’hui il n’y a pas trop de sujet. Mais sur certains vieux modèles ou modèles très “entrée de gamme”, la fonctionnalité peut être absente.

Les autres fonctionnalités

D’une interface audio à une autre, vous pouvez retrouver des fonctionnalités ou caractéristiques assez différentes qu’il faut prendre en compte dans votre choix.

Pensez notamment à la façon dont vous allez installer l’appareil : est-il portable si vous avez besoin de le déplacer ? Au contraire, est-il “rackable”, pour l’installer de façon plus durable ? Le bouton on/off est-il en façade, ou bien à l’arrière ? les connectiques pour microphones ou pour guitare sont-elles à l’avant ou à l’arrière ?

Et puis, faites attention aussi aux différents indicateurs de niveau d’enregistrement sur votre future carte son externe : pas nécessairement indispensables, il est toutefois pratique de pouvoir identifier si le signal est trop fort ou pas (via un indicateur à LED ou via un écran).

Enfin, pensez à l’alimentation électrique : certaines cartes son externes sont alimentées via les ports USB (2 ou 3) ou Thunderbolt — tandis que d’autres nécessitent d’être branchées sur le secteur. Ces dernières sont en règle générale plus performantes (car plus de courant électrique disponible, notamment pour alimenter les casques audio), mais il faut s’assurer d’avoir une prise disponible à proximité de l’endroit où l’interface sera installée.

La résolution et la fréquence d’échantillonnage.

“24 Bits / 192 kHz”

On lit souvent ce genre d’indication sur les fiches produits des interfaces audio USB ou Thunderbolt.

Le premier chiffre correspond à la résolution d’enregistrement et de lecture. Evitez les interfaces en 16 bits (car technologiquement c’est plutôt obsolète), et privilégiez les interfaces en 24 bits.

Par contre, contrairement à ce qu’on peut penser, avoir une résolution supérieure (par exemple, 32 bits) ne permettra pas réellement d’avoir une meilleure qualité d’enregistrement. Désolé pour les équipes marketing.

Le second chiffre, lui, correspond à la fréquence d’échantillonnage. C’est-à-dire le nombre d’échantillons du signal audio qui seront enregistrés à chaque seconde.

Les CD audios ont une fréquence d’échantillonnage de 44,1 kHz. Cela suffit à reproduire toutes les fréquences audibles par les êtres humains. Donc pouvoir enregistrer en 192 kHZ est surdimensionné dans la plupart des situations.

Toutefois, on peut se dire que plus ce chiffre est élevé, plus cela permettra d’aborder des situations différentes (notamment si vous faites du sampling) — bien qu’une interface pouvant enregistrer à 192 kHz ne puisse pas être considérée meilleure qu’une interface limitée à 96 kHz.

Remarque #1 : Personnellement, j’enregistre la plupart du temps en 44.1 kHz. Ca marche très bien. En home studio, vous n’avez pas vraiment besoin d’une carte son allant jusqu’à 192 kHz.

Remarque #2 : Augmenter la fréquence d’échantillonnage lors de l’enregistrement permettra par contre de diminuer la latence de la carte son, au détriment d’une charge CPU supplémentaire.

La connectivité (USB, Thunderbolt, Firewire… ?)

Il existe des interfaces audio que l’on branche en USB, d’autres que l’on branche en Thunderbolt, et d’autres que l’on branche en Firewire.

Alors que faut-il choisir ?

Commençons par éliminer une des options : Firewire. En effet, c’est un type de connexion qui est en perte de vitesse, voire a quasiment déjà disparu. Investir aujourd’hui dans une interface Firewire revient donc presque à investir dans une technologie obsolète (qui cependant fonctionne toujours bien).

Maintenant, Thunderbolt. C’est une connectique plus récente, très rapide, mais qui n’est par contre pas encore présente sur tous les ordinateurs. Par ailleurs, les interfaces audio Thunderbolt ont tendance à être largement plus chères que les interfaces USB.

Si vous avez le budget, pourquoi pas – mais dans les faits les interfaces USB fonctionnent déjà parfaitement bien.

C’est pourquoi les interfaces que je recommande plus bas dans cet article sont principalement des interfaces audio USB, qui peuvent être utilisées littéralement sur n’importe quel ordinateur, Mac ou PC.

De même, certaines interfaces ont un port USB-C. Pour autant, même si cette connectique est plus récente, elle ne garantit pas une qualité supérieure : une carte son USB-C ne sera pas meilleure qu’une carte son utilisant un port USB plus classique.

Notez par ailleurs que la plupart des interfaces audio sont encore en USB 2, et non pas en USB 3.

C’est normal.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les carte son USB 3 ne sont pas plus stables ou plus efficaces que celles en USB 2.

Les meilleures interfaces audio de (home) studio

Pour vous aider dans vos recherches, voici donc une sélection de 10 des meilleurs interfaces audio pour votre home studio, que vous souhaitiez simplement enregistrer votre guitare ou bien des groupes complets.

Bien sûr, il existe d’autres modèles très bien aussi – cependant celles-ci correspondent à des modèles fiables, qui ont fait leurs preuves, et dotés d’un rapport qualité/prix intéressant.

1. Focusrite Scarlett Solo

L'interface audio Focusrite Scarlett Solo 4th Gen

Marque : Focusrite
Nombre d’entrées analogiques : 1 entrée (mixte instrument/ligne à l’avant ou microphone à l’arrière)
Nombre de sorties analogiques : 1 pour le casque, 1 paire pour les enceintes
Entrées/Sorties MIDI : non
Alimentation : via USB
Utilisation type : débutant et/ou musicien solo, petit budget

La carte son externe USB la moins chère de cette sélection.

La Scarlett Solo de la marque anglaise Focusrite propose simplement deux entrées : une au format XLR pour brancher un microphone (avec alimentation fantôme), et une au format jack pour brancher un instrument ou un appareil avec une sortie ligne.

Notons au passage le bouton “Air” sur le préampli microphone, qui active une technologie soulevant les aigus et inspirée de préamplis bien plus onéreux.

Niveau sorties, on retrouve le minimum nécessaire pour pouvoir travailler dans de bonnes conditions : une sortie casque à l’avant et deux sorties jack pour brancher vos enceintes à l’arrière.

Le tout est alimenté via USB, et est livré avec un pack de logiciels sympathiques : Ableton Live Lite, ProTools First, plus toute une série de plugins.

Au global, le son est très correct même si les préamplis ont un son un peu voilé par rapport à ce qu’on peut retrouver sur des interfaces plus haut de gamme (on lit parfois qu’ils seraient “très transparents”, mais c’est juste le résultat du marketing, pas la réalité).

Bref, une interface audio USB idéale pour si vous débutez en home studio ou si vous êtes un(e) musicien(-ne) solo qui recherche une interface audio pas chère.

2. Behringer UMC404HD

L'interface audio Behringer UMC404HD

Marque : Berhinger
Nombre d’entrées analogiques : 4 entrées mixtes instruments/microphones/ligne
Nombre de sorties analogiques : 1 pour le casque, 1 paire pour les enceintes
Entrées/Sorties MIDI : oui
Alimentation : sur secteur
Utilisation type : débutant, très petit budget, besoin d’un bon nombre d’entrées/sorties

Alors, j’ai souvent un peu du mal à recommander des interfaces Behringer, parce que si la marque fait parfois des choses sympathiques notamment sur les synthétiseurs, leurs interfaces audio restent des produits plutôt bas de gamme.

Ceci dit, il faut avouer que le son n’est pas si mauvais (et non, je ne fais pas particulièrement référence aux préamplis MIDAS, c’est un argument marketing, les préamplis n’ont rien de particulier), et surtout que le rapport qualité/prix est correct.

On notera en effet que l’interface possède pour le prix un grand nombre d’entrées/sorties, avec même quatre points d’insert à l’arrière et des connectiques MIDI complètes.

Après, si au global les gens qui achètent cette interface ne me semble pas être déçus, il y a quand même certains problèmes qui peuvent apparaître : bruits parasites sur des enregistrements calmes, problèmes de connexion USB sur certains ordinateurs…

Donc la plupart du temps ça va, mais il faut être conscient que cette interface n’est pas parfaite.

Bref, une interface audio pas chère qui ne se débrouille pas trop mal.

► Voir les prix de la Behringer UMC404HD sur : Thomann Amazon Woodbrass

3. Focusrite Scarlett 2i2

L'interface audio Focusrite Scarlett 2i2 4th Gen

Marque : Focusrite
Nombre d’entrées analogiques : 2 entrées (mixte instrument/ligne à l’avant ou microphone à l’arrière)
Nombre de sorties analogiques : 1 pour le casque, 1 paire pour les enceintes
Entrées/Sorties MIDI : non
Alimentation : via USB
Utilisation type : débutant, petit home studio ou utilisation mobile

La Scarlett 2i2 de Focusrite, c’est tout simplement LE modèle d’interface audio le plus vendu dans le monde – et du coup le modèle le plus utilisé en home studio.

Elle diffère légèrement de la Solo dont nous avons parlé tout à l’heure, ce qui la place un peu au-dessus dans la gamme.

Cette fois-ci, avec cette carte son externe, nous avons accès directement à deux entrées combos XLR/jack – pouvant chacune être utilisée aussi bien pour brancher un micro, une guitare ou un appareil sortant un signal au niveau ligne.

A nouveau, on retrouve bien sûr la fonctionnalité “Air” sur chacune des entrées, pour soulever les aigus et donner un son un peu plus qualitatif à vos enregistrements.

Les préamplis sont plus performants que ceux de la solo, et ils font le job sans problème sans être particulièrement excellents. C’est-à-dire qu’ils sont largement suffisants pour enregistrer vos morceaux dans de bonnes conditions, comme vous pourrez le voir dans la vidéo ci-dessous (avec la version 3rd gen de l’interface 2i2) :

Enfin, la 2i2 dispose bien sûr d’une sortie casque à l’avant avec un réglage de volume dédié, ainsi que d’une paire de sorties jack à l’arrière pour brancher vos enceintes de monitoring.

Pour moi, cela en fait une interface audio idéale pour débuter en home studio, puisqu’elle possède toutes les fonctionnalités dont on a besoin lorsqu’on se lance.

Si par contre vous avez besoin du même modèle mais avec une connectique MIDI (pour brancher vos synthés), n’hésitez pas à regarder la Scarlett 2i4, à savoir le modèle juste au-dessus.

4. Steinberg UR22C

L'interface audio Steinberg UR22C

Marque : Steinberg
Nombre d’entrées analogiques : 1 mixte instrument/microphone/ligne et 1 mixte microphone/ligne
Nombre de sorties analogiques : 1 pour le casque, 1 paire pour les enceintes
Entrées/Sorties MIDI : oui
Alimentation : via USB 3 ou via alimentation externe
Utilisation type : débutant, petit home studio ou utilisation mobile

Concurrente directe de la Scarlett 2i2, la UR22C de Steinberg est légèrement plus chère.

Certes, le design est un peu tristounet (du moins à mon goût), mais Steinberg fait des produits de qualité, fiables, et qui trouvent bien leur place dans un home studio.

La UR22C propose en effet deux entrées mixtes microphone/ligne, sachant que l’une d’entre elles peut servir d’entrée Hi-Z (haute-impédance) pour brancher un instrument type guitare ou basse.

Sur chaque canal, on retrouve des indicateurs “peak” vous permettant de vérifier d’un coup d’œil si vous enregistrez trop fort.

Niveau préamplis, le son est plutôt très correct – peut-être parce qu’il s’agit de circuits conçus par Yamaha !

Niveau sorties, on trouve les classiques sorties casque et enceintes. Pas de commentaire particulier sur ce point : tout fonctionne bien.

Par contre, le gros point positif de la UR22C, surtout pour le prix auquel elle est vendue, c’est l’intégration d’une entrée et d’une sortie MIDI, ce qui vous permettra facilement de travailler avec des synthés hardwares.

Aussi, la Steinberg UR22C me semble être un choix particulièrement pertinent pour un home studio, sans doute plutôt pour les débutants ou pour les budgets un peu restreints.

5. Audient iD14 MKII

L'interface audio Audient iD14 mkII

Marque : Audient
Nombre d’entrées analogiques : 1 entrée mixte microphone/ligne + 1 entrée instrument à l’avant OU mixte microphone/ligne à l’arrière
Nombre de sorties analogiques : 2 pour les casques, 1 paire pour les enceintes
Entrées/Sorties MIDI : non
Alimentation : via USB
Utilisation type : débutant, musicien solo, home studio intermédiaire

Autre option d’interface audio relativement simple pour les débutants en home studio : la petite iD14 mkII de chez Audient, un tout petit peu plus haute en qualité mais surtout plus complète que la iD14 de la même marque.

A l’avant, on retrouve une entrée instrument (DI à JFET) de bonne qualité. A l’arrière, deux entrées combo microphone/ligne.

L’ensemble est solide et très compact, avec deux sorties à l’arrière au format jack pour brancher des enceintes.

Niveau préamplis casques, on appréciera le fait qu’il y ait deux sorties à l’avant de l’appareil : une au format jack et une au format mini-jack. Mais le point positif, c’est surtout qu’il est du coup possible de brancher deux casques en même temps.

Idéal si vous écoutez un son avec un ami, par exemple.

Au-delà de ces considérations, le gros avantage de l’iD14, c’est le son.

En effet, pour le prix, le son proposé par cette carte son externe USB est très bon, que ce soit au niveau des préamplis qu’au niveau des convertisseurs.

Enfin, on notera la présence d’une connectique ADAT IN qui permettra d’ajouter des préamplis dans le futur si besoin, par exemple pour enregistrer une batterie.

Bref, un très bon choix pour le musicien solo ou le débutant qui souhaite avoir du matériel de qualité tout en restant dans un budget relativement contraint

6. Motu M2

L'interface audio Motu M2

Marque : Motu
Nombre d’entrées analogiques : 2 entrées (mixte instrument/microphone/ligne)
Nombre de sorties analogiques : 2 pour le casque, 1 paire pour les enceintes
Entrées/Sorties MIDI : oui
Alimentation : via USB
Utilisation type : débutant, petit home studio ou utilisation mobile

Difficile aujourd’hui de faire une liste d’interface audio sans parler de MOTU, qui propose des choses avec un bon rapport qualité prix et un son que je trouve plutôt qualitatif.

Avec la M2, on est sur une alternative aux Steinberg UR22C ou éventuellement aux Audient ID14.

L’interface est relativement basique en termes de fonctionnalités, mais elle fait très bien le job et devrait s’intégrer sans problème dans un home studio.

En effet, vous avez en façade toutes les connectiques d’entrées, pour brancher vos instruments ou vos micros, ainsi qu’un écran LCD bien détaillé qui vous permettra notamment de suivre d’un coup d’œil vos niveaux durant les enregistrements.

A ceci s’ajoute, à l’arrière, des sorties pour enceintes bien sûr mais surtout des entrées et sorties MIDI – ce qui sera pratique pour brancher vos éventuelles synthétiseurs.

On notera enfin que l’interface est livrée avec une licence Ableton Live Lite, MOTU Performer Lite (qui intègre des instruments virtuels) et 6 Go de samples.

► Comparez les prix de la Motu M2 sur : Thomann Amazon Woodbrass

7. Solid State Logic SSL2+

Marque : Solid State Logic
Nombre d’entrées analogiques : 2 entrées (mixtes instrument/microphone/ligne)
Nombre de sorties analogiques : 2 sorties casque, 4 sorties ligne (dont deux asymétriques en RCA)
Entrées/Sorties MIDI : oui
Alimentation : via USB
Utilisation type : petit home studio, home studio intermédiaire

Alternative directe aux interfaces Audient, la SSL 2+ de la célèbre marque de consoles analogiques Solid State Logic est nécessairement un choix intéressant en home studio, que ce soit comme première interface ou pour qui souhaiterait upgrader son interface pour passer sur quelque chose de plus qualitatif.

En effet, elle offre une qualité sonore globalement excellente pour le prix, ce qui en fait une option intéressante en termes de rapport qualité-prix (je l’avais d’ailleurs testée en détail dans un article).

Les préamplis de la SSL 2+ produisent un son neutre, équilibré, adapté à une variété de sources, et sont équipés d’un bouton “4K” qui ajoute de l’air et un effet moderne aux enregistrements, donnant aux utilisateurs un contrôle supplémentaire sur leur son.

Du point de vue logiciel, l’interface est stable, offrant de bonnes performances en termes de latence, même avec des réglages de buffer réduits.

Un pack logiciel est inclus avec l’interface, offrant des outils utiles pour le mixage et l’enregistrement, notamment SSL Native Vocalstrip 2 et SSL Native Drumstrip, ainsi que d’autres plugins et échantillons.

Et il y a même du MIDI dessus (mais pas d’ADAT, dommage).

8. RME Babyface Pro FS

L'interface audio RME Babyface Pro FS
Copyright by RME, avec leur aimable autorisation

Marque : RME
Nombre d’entrées analogiques : 2 entrées microphone, 2 entrées mixtes instrument/ligne
Nombre de sorties analogiques : 2 sorties ligne en XLR, 2 sorties casque
Entrées/Sorties MIDI : oui (via un câble livré avec)
Alimentation : via USB ou sur secteur (secteur recommandé)
Utilisation type : home studio avancé

RME, c’est clairement ma marque favorite d’interface audio.

Bon je ne suis pas très objectif, j’ai une RME UFX II.

Certes, le prix est élevé.

Mais la qualité est là, notamment en termes de stabilité, de driver (RME continue de sortir des mises à jour pour des interfaces de plus de 10 ans), et de convertisseurs.

Et la Babyface Pro FS, c’est l’interface audio la plus portable de la marque.

On retrouve 12 entrées/sorties au total, dont notamment :

  • 2 entrées microphone ;
  • 2 entrées ligne/instrument ;
  • 2 sorties XLR pour brancher des enceintes de monitoring ;
  • et enfin 2 sorties casques pouvant être utilisées également comme sorties ligne si besoin.

Via un câble à brancher, vous pouvez également avoir accès à des entrées/sorties MIDI classiques.

Et puis, avec la Babyface Pro FS, vous obtenez aussi TotalMix, le logiciel adulé de la marque qui permet de gérer de façon certes complexe mais complètement personnalisée le routing du signal entre les différentes entrées et sorties.

Clairement, si vous travaillez en solo dans votre home studio, que vous n’avez pas besoin de trop nombreuses entrées/sorties (sachant qu’il y a quand même un port ADAT), mais que vous voulez une interface audio USB haut de gamme, cette carte son externe qu’est la RME Babyface est sans doute le modèle qu’il vous faut.

Et si vous voulez quelque chose d’un peu plus complet, vous pouvez par exemple regarder la UCX II de la même marque.

9. Universal Audio Apollo Twin X

L'interface audio Universal Audio Apollo Twin X

Marque : Universal Audio
Nombre d’entrées analogiques : 1 entrée (instrument devant et mixte microphone/ligne à l’arrière) et 1 entrée mixte microphone/ligne
Nombre de sorties analogiques : 4 sorties ligne
Entrées/Sorties MIDI : non
Alimentation : sur secteur
Utilisation type : home studio avancé

Universal Audio est une marque très sérieuse, plutôt positionnée sur le haut de gamme et très appréciée en home studio en raison de la qualité de ses produits, qui est typiquement une alternative à RME.

Tout d’abord, sachez qu’il existe deux versions de l’Apollo Twin X, soit Thunderbolt 3, soit USB.

Sur les deux modèles, vous retrouverez 2 entrées combo microphone/ligne ainsi qu’une entrée DI à l’avant de l’interface – sachant qu’une entrée ADAT positionnée laisse la possibilité d’ajouter des préamplis dans un deuxième temps, en fonction des besoins.

A l’arrière, 4 sorties ligne vous permettront de brancher au choix du matériel hardware (compresseurs…) ou une deuxième paire d’enceintes de monitoring.

Et niveau son, la qualité est là. Les préamplis sont très bons, de même que la conversion.

Et puis, l’une des forces de cette interface audio Universal Audio, c’est qu’elle embarque des puces DSP qui permettent, sans surcharger le processeur de votre ordinateur, d’enregistrer ou de mixer à travers des simulations de préamplis, de compresseurs ou d’égaliseurs analogiques. Un peu comme si vous aviez des plugins d’effets intégrés nativement dans l’interface, en fait.

Attention par contre : si vous utilisez beaucoup de leurs plugins, ça risque de vite surcharger le DSP. Si vous voulez rentrer dans le détail, ce tableau liste les ressources utilisées par chacun de leurs plugins.

Bref, ce boîtier élégant qu’est l’Apollo Twin X me semble être un excellent choix parmi les interfaces à poser sur son bureau (mais que l’on peut facilement déplacer), permettant d’enregistrer véritablement dans des conditions professionnelles.

► Comparez les prix de la Universal Audio Apollo Twin Duo :

10. Focusrite Scarlett 18i20

L'interface audio Focusrite Scarlett 18i20

Marque : Focusrite
Nombre d’entrées analogiques : 2 entrées mixtes instrument/microphone/ligne, 6 entrées mixtes microphone/ligne
Nombre de sorties analogiques : 10
Entrées/Sorties MIDI : oui
Alimentation : sur secteur
Utilisation type : débutant/petit home studio et besoin de beaucoup d’entrées/sorties

Passons maintenant aux interfaces un peu plus grosses, au format rack.

Dans certains cas, si vous voulez monter un home studio un peu plus gros ou si vous souhaitez enregistrer une batterie, vous aurez besoin d’une carte son externe avec plus d’entrées/sorties.

La 18i20 répond très bien à ce cahier des charges : c’est tout simplement un modèle similaire à ceux de la même marque présentés plus haut, mais avec beaucoup plus de fonctionnalités.

En effet, la Scarlett 18i20 est une carte son à 8 canaux d’entrée mixtes jack/XLR (donc 8 préamplis), dont deux peuvent être utilisées comme entrées DI pour instruments.

Sur tous les préamplis, vous pouvez de surcroît activer le mode “Air” dont nous avons parlé tout à l’heure.

A ceci s’ajoutent des indicateurs de niveau ainsi que différents réglages pour gérer le monitoring.

Deux préamplis casques sont présents en position frontale, ce qui permet à une deuxième personne d’écouter un mix ou une piste d’accompagnement lors de l’enregistrement.

Enfin, à l’arrière de la carte son, on retrouve tout ce qu’il faut comme connectiques pour avoir une configuration studio évolutive : 10 sorties lignes, des entrées/sorties MIDI, mais aussi 2 paires de ports ADAT vous permettront du coup d’ajouter jusqu’à 16 nouveaux canaux ou de router le mix vers une table de mixage (via des convertisseurs, bien sûr).

Au final, cette interface audio USB Scarlett 18i20 me semble être un bon choix, relativement accessible en termes de prix, pour enregistrer des groupes complets ou si vous avez besoin de connecter beaucoup de matériel hardware.

11. Audient EVO 16

L'interface audio Audient EVO 16

Marque : Audient
Nombre d’entrées analogiques : 2 entrées mixtes instrument/microphone/ligne à l’avant, 6 entrées mixtes microphone/ligne à l’arrière
Nombre de sorties analogiques : 8 sorties ligne et 2 sorties casque
Entrées/Sorties MIDI : non
Alimentation : sur secteur
Utilisation type : home studio intermédiaire et besoin de beaucoup d’entrées/sorties

La EVO 16, sortie relativement récemment, n’est pas encore la plus connue en France, mais son excellent rapport qualité/prix fait que je suis obligé de la mentionner dans cette liste des “meilleures interfaces audio”.

En effet, pour le prix, vous avez vraiment plein de fonctionnalités dans la boîte (sauf le MIDI).

Si vous avez un peu de temps, vous pouvez regarder ma review détaillée en vidéo :

Vous retrouvez ainsi 8 préamplis microphones (dont deux pouvant servir d’entrée instrument), 8 sorties au niveau ligne, deux paires d’entrées/sorties ADAT, deux sorties casque…

Et en plus de tout cela, l’interface utilisateur liée au petit écran LCD à l’avant de l’interface a été pensée de façon extrêmement simple, ce qui facilite grandement la prise en main.

Et, particulièrement pratique pour les batteurs (vous le verrez dans la vidéo ci-dessus), la EVO 16 intègre une fonctionnalité d’autogain permettant de régler en quelques clics le niveau des préamplis.

12. RME Fireface 802 FS

L'interface audio RME Fireface 802 FS

Marque : RME
Nombre d’entrées analogiques : 4 entrées mixtes instrument/microphone/ligne, 8 entrées ligne
Nombre de sorties analogiques : 8 sorties ligne, deux sorties casque
Entrées/Sorties MIDI : oui
Alimentation : sur secteur
Utilisation type : home studio avancé et besoin de beaucoup d’entrées/sorties

Ah, que j’aimerais pouvoir recommander ici toutes les interfaces RME ! 🙂

Mais la liste serait bien trop longue, et ne vous aiderait clairement pas à choisir la prochaine interface audio pour votre studio.

Ce qui est certain, c’est que si vous :

  • recherchez une interface avec beaucoup d’entrées/sorties
  • souhaitez avoir du matériel stable et haut de gamme
  • sans pour autant mettre 2000 euros

…alors la Fireface 802 de RME est un choix évident.

En façade, 4 entrées avec préampli vous permettent de brancher directement vos microphones. A l’arrière, 8 entrées ligne complémentaires donnent la possibilité de brancher des synthés ou des préamplis supplémentaires.

A ceci s’ajoutent des connectiques numériques AES/EBU ainsi que deux paires de ports ADAT – ce qui permettra facilement d’augmenter la taille de votre studio sans jamais changer d’interface.

Des ports MIDI viennent bien sûr compléter cette magnifique interface dotée de convertisseurs haut de gamme.

Le tout, Made in Germany, ce qui suffit presque à expliquer l’excellente qualité de fabrication au global.

Bref, un choix certes onéreux mais qui permettra de ne pas changer d’interface pendant de nombreuses années.

Tableau comparatif des meilleures interfaces audio de home studio

Pour vous aider dans vos choix, j’ai regroupé tous les modèles de cartes son externes recommandés plus haut dans le tableau ci-dessous.

Astuce : vous pouvez faire défiler horizontalement le tableau en utilisant la barre de défilement (sur PC) ou en le faisant glisser de gauche à droite (sur smartphone).

Focusrite Scarlett SoloBehringer UMC404HDFocusrite Scarlett 2i2Steinberg UR22CAudient iD14 mkIIMotu M2Solid State Logic SSL2+RME Babyface Pro FSUniversal Audio Apollo Twin XFocusrite Scarlett 18i20Audient EVO 16RME Fireface 802 FS
ImageFocusrite SoloBehringer UMC404HDInterface Audio Focusrite Scarlett 2i2Interface Audio Steinberg UR22CAudient iD14 mkIIMotu M2SSL 2+Interface Audio RME Babyface Pro FSUniversal Audio Apollo Twin XFocusrite Scarlett 18i20Audient EVO 16RME Fireface 802 FS
Entrées instrument142112221224
Entrées micro142222222884
Sorties ligne262242444888
Sorties casques121121221222
MIDI ?NonOuiNonOuiNonOuiOuiOuiNonOuiNonOui
Résolution24 bits / 192 kHz24 bits / 192 kHz24 bits / 192 kHz24 bits / 192 kHz24 bits / 96 kHz24 bits / 192 kHz24 bits / 192 kHz24 bits / 192 kHz24 bits / 192 kHz24 bits / 192 kHz24 bits / 96 kHz24 bits / 192 kHz
Alimentationvia USBsur secteurvia USBvia USB 3 ou sur secteurvia USBvia USBvia USBvia USB ou sur secteur (secteur recommandé)sur secteursur secteursur secteursur secteur
Utilisation recommandéeDébutant et/ou musicien solo, petit budgetDébutant, très petit budget, besoin d’un bon nombre d’entrées/sortiesDébutant, petit home studio ou utilisation mobileDébutant, petit home studio ou utilisation mobileDébutant, musicien solo, home studio intermédiaireDébutant, petit home studio ou utilisation mobilePetit home studio, home studio intermédiaireHome studio avancéHome studio avancéDébutant/intermédiaire et besoin de beaucoup d’entrées/sortiesDébutant/intermédiaire et besoin de beaucoup d’entrées/sortiesHome studio avancé et besoin de beaucoup d’entrées/sorties
Voir le prix surThomann
Amazon
Woodbrass
Thomann
Amazon
Woodbrass
Thomann
Amazon
Woodbrass
Thomann
Amazon
Woodbrass
Thomann
Amazon
Woodbrass
Thomann
Amazon
Woodbrass
Thomann
Amazon
Woodbrass
Thomann
Amazon
Woodbrass
Version USB :
Thomann
Amazon
Woodbrass
Version Thunderbolt :
Thomann
Amazon
Woodbrass
Thomann
Amazon
Woodbrass
Thomann
Amazon
Woodbrass
Thomann
Amazon
Woodbrass

Remarque : toutes les interfaces recommandées ici possèdent l’alimentation fantôme.

FAQ des interfaces audio (ou cartes sons externes)

Au-delà de ma sélection ci-dessus, voici quelques réponses aux questions les plus courantes concernant les cartes sons de studio et de home studio.

Est-il obligatoire d’avoir une interface audio ?

Oui et non.

Si vous souhaitez enregistrer quoi que ce soit, oui c’est indispensable.

Si vous faites juste de la production de musique électronique, vous pouvez commencer en branchant directement votre casque sur votre ordinateur.

Ceci dit, les amplis casques intégrés aux PC ne sont généralement pas au niveau de ce qu’on retrouve dans les cartes sons externes, donc je vous recommande de tout de même investir dans une interface de qualité dès que vous le pourrez.

Où se branche une carte son / interface ?

Généralement, vous allez brancher votre interface en USB ou Thunderbolt à votre ordinateur.

Mais il est également possible de la relier (si son fonctionnement le permet) à une tablette ou pourquoi pas un téléphone.

Je rencontre des craquements avec mon interface audio, que faire ?

Pas d’inquiétude, cela fait partie des problèmes usuels que l’on rencontre avec les cartes son externes.

Voici donc un guide détaillé pour corriger les problèmes de craquements et de grésillements avec votre interface audio.

La carte son X est-elle compatible avec le logiciel Y

Toutes les interfaces audio présentées dans cet article sont compatibles avec les principaux logiciels de musique du marché.

En fait, leur principe de fonctionnement fait qu’il n’y a pas de raison d’avoir de problème de compatibilité particulier avec tel ou tel logiciel – sauf à ce que vous utilisiez des outils vraiment obscurs.

Le bon fonctionnement d’une interface est plutôt lié au système d’exploitation de l’ordinateur.

C’est pour ça que les fabricants d’interfaces doivent sortir des mises à jour de temps en temps.

Quel driver utiliser avec ma carte son ? Faut-il utiliser Asio4All ?

A quelques exceptions près (Behringer…), chaque fabricant propose ses propres drivers.

En règle générale, ils sont disponibles sur le site officiel de la marque.

Même si votre interface est livrée avec un CD-Rom, mieux vaut aller télécharger la version disponible sur le site pour s’assurer de bien avoir la dernière mise à jour.

Par ailleurs, on lit parfois des conseils indiquant qu’il faut utiliser le driver Asio4All en lieu et place du driver de la marque de la carte son.

Pour moi, c’est juste une solution “de la dernière chance” en cas de problème. Sans rentrer dans le détail technique, Asio4All n’est pas un vrai driver Asio, et il vaut donc mieux éviter de l’utiliser.

Avec mon interface audio, vais-je pouvoir enregistrer plusieurs instruments en même temps ?

La plupart du temps, oui.

Sur certaines tables de mixage qui font office d’interface USB, c’est souvent le signal stéréo sortant de la console qui peut être enregistré, ce qui n’est pas du tout pratique.

Par contre, globalement, sur les cartes sons externes telles que celles présentées plus haut, vous pourrez enregistrer autant de pistes simultanées qu’il y a d’entrées.

Attention toutefois : parfois, les entrées instrument semblent être à part mais sont en fait reliées à une entrée microphone. Dans ce cas, vous devrez utiliser soit l’un, soit l’autre.

En cas de doute, tous les constructeurs diffusent en ligne le manuel de leurs interfaces : le plus simple reste donc de vérifier dedans ce qu’il y est dit.

Peut-on utiliser une table de mixage au lieu d’une interface ?

La plupart du temps, je trouve que c’est une mauvaise idée en home studio.

J’explique pourquoi dans cet article.

Puis-je utiliser un microphone USB à la place d’une interface ?

Objectivement, je ne recommanderais pas.

Les microphones USB, en fait, contiennent des “mini-interfaces audio”. C’est-à-dire, un préampli, un convertisseur et un préampli casque.

Le problème, du coup, est double :

  • les constructeurs cherchent à garder le prix assez bas ;
  • il n’y a pas beaucoup de place dans le micro pour mettre des circuits complexes.

Avec, de ce fait, deux conséquences majeures :

  • la qualité de son est souvent perfectible (et il n’y a pas toutes les fonctionnalités nécessaires pour enregistrer dans de bonnes conditions) ;
  • à court ou moyen terme, dès que vous voudrez améliorer votre home studio, vous serez obligé(e) de remplacer ce microphone. Donc, au final, une perte d’argent.

Aussi, je déconseille fortement l’utilisation de microphones USB dans une logique d’enregistrement home studio – sauf si le budget ne permet vraiment pas autre chose.

Je fais de la musique électronique et je n’ai besoin que d’un casque et d’un clavier MIDI USB, dois-je utiliser une interface audio ?

Oui et non.

Vous pouvez très bien produire votre musique en branchant votre casque sur la prise casque de votre ordinateur – du moins, dans un premier temps, c’est déjà très suffisant.

Par contre, les amplis casques intégrés aux ordinateurs sont rarement d’excellente qualité.

Aussi, je trouve que passer sur une interface externe dédiée à une utilisation type home studio permettra d’améliorer la qualité du son et de se projeter vers l’avenir.

Qui sait, peut-être aurez-vous besoin demain d’ajouter un ou deux synthétiseurs analogiques ? 😉

En conclusion

Voilà, vous savez tout ce qu’il y a à savoir sur les interfaces audio pour studio et home studio. Il n’y a plus qu’à choisir !

► Continuez à lire en consultant mes autres recommandations de matériel home studio 😉

Commentaires (655)

Laisser un commentaire

Matthieu / Répondre

Salut Adrien, cette publication est très intéressante et bien écrit. je me retrouve avec un choix a faire et j’aimerai bien votre avis et suggestion. Je veux m’acheter une interface audio avec 8 préamplis de qualité avec faible latence pour écoute en direct style rackmount thunderbolt ou usb entre 1000 et 2000 $. Je travaille sur pc et aime bien garder mon matériel longtemps. J’ai retenu dans mes choix la motu 8pre-es mais peut être que vous avez d’autre choix a me suggérer. P.S. mon choix de DOW final n’est pas encore finalisé, J’attend de voir les combatibilité cotrole matériel optimal ( DOW et interface ) . Merci

Adrien Administrateur / / Répondre

Bonjour,
Merci !
Ca peut valoir le coup de regarder plutôt des choses de chez RME + un Audient ASP800 ou ASP880 pour les préamplis en plus je pense.
Adrien

Adel / Répondre

Bonjour Adrien,

Merci beaucoup pour toute tes explications. Sa m’aide énormément!
J’ai malgré tout un petit problème et j’aimerais ton avis.
j’ai acheter une interface audio “mackie onyx producteur 2-2” pour brancher mon micro (sm58) et je n’arrive pas à avoir un niveau d’enregistrement correct. C’est beaucoup trop faible. Sauf avec le gain au max mais le son est horrible…

est ce qu’il me faudrait un ampli supplémentaire ou simplement changer d’interface audio? Elle avait l’air pourtant correct.

Merci d’avance

Adrien Administrateur / / Répondre

Bonjour,
Merci pour ton message.
Est-ce que tu ne cherches pas à enregistrer trop fort ?
Quoi qu’il en soit, mine de rien le SM58 a besoin de pas mal de gain. Un fethead permettrait sans aucun doute de compenser le problème.
Adrien

Adel / Répondre

Je vien de lire tes article sur les micro dynamique et les préampli, du coup j’ai compris il me faut plus de gain la carte son ne suffit pas.
Encore une fois merci beaucoup !!

Peckan / Répondre

Bonjour Adrien merci pour toute ces explications,

je voudrais ton avis sur les interfaces Arturia rv2 ou fuse je passe sur MONTEREY et mon interface AUDIO KONTROL 1 ne fonctionne plus et mon MASCHINE Mk1 non plus 🙁

Merci d’avance

Adrien Administrateur / / Répondre

Merci 🙂
Pas encore testé les interfaces Arturia malheureusement :/
Adrien

JC / Répondre

Bonjour Adrien, un big up pour la qualité de ton site et de cet article en particulier. Je me suis lancé il y a quelques mois dans l’aventure du podcast (en solo avec interview à distance) avec un micro Rode NT-USB. Ma pièce n’étant pas acoustiquement traitée, je souhaite aujourd’hui passer le cap d’un micro dynamique XLR. Penses-tu que le combo Rode Podmic + Focusrite Scarlett Solo soit le plus judicieux ? J’hésite avec le Motu M2…
Merci d’avance 🙂

Adrien Administrateur / / Répondre

Bonjour et merci !
Sur l’interface pas de soucis particulier je trouve.
Pour le micro, je suis plus dubitatif. Il sonne pas mal hein pour la voix, c’est prévu pour, mais j’ai toujours un peu du mal avec – justement – les microphones “prévus pour”. J’ai tendance à plus recommander des microphones classiques.
Adrien

sokoloff / Répondre

Encore un comparatif intéressant sauf que…il serait bien de parler, un peu, de la configuration minimum de l’ordinateur !!! Suivant les cartes, les besoins me semblent être très différents. Pour preuve sur le site d’UA, il en parle un peu mais c’est pas complet. Par exemple, j’ai un ancien portable avec un Icore5 et 8 go de ram…je ne sais quelle carte acheter !!!

Adrien Administrateur / / Répondre

Merci.
Arf, impossible à faire malheureusement : je recommande certaines caractéristiques minimales sur mon article sur les ordinateurs, mais impossible que de définir les besoins d’une interface audio donnée. Je vous conseillerais de commander sur une boutique permettant un retour facilité, pour pouvoir renvoyer le matériel en cas de soucis.
Adrien

Denis / Répondre

Bonjour, merci pour cet article intéressant et bien expliqué. Je cherche une carte de son, avec 4 entrées et plus mais SANS préamp. Présentement j’ai une rme hammerfall dsp multiface qui fonctionne à merveille. Je cherche donc à augmenter la qualité de mes convertisseurs sans payer pour les préampli. Budget moins de 1,500 $ CDN. Je cheche mais je ne trouve pas de réponse concluante. O me propose des choses au même prix que les UAD avec preamp. Merci à l’avance.

Adrien Administrateur / / Répondre

Les convertisseurs de la Hammerfall sont déjà très bien, ça risque d’être compliqué.
En l’état, je ne crois pas qu’il y ait de carte son sans préampli sur ce type de budget. Il faudrait peut-être regarder du côté des Ferrofish Pulse16 pour avoir des convertos en plus à connecter en ADAT
Adrien

Bernard / Répondre

Bonjour.
Est-ce que les modèles présentés offrent des latences différentes ? Je veux juste jouer de la guitare, m’enregistrer et écouter au casque ce que je joue sans latence si possible.
Quel choix pour la latence ?
Merci.

Adrien Administrateur / / Répondre

C’est extrêmement dépendant de la machine sur laquelle elles sont utilisées. Sur le principe, tous les modèles présents ici ont des latences largement acceptables, sur une machine relativement puissante (= adaptée à la MAO), pour jouer avec une guitare.
Adrien

Mateo / Répondre

Bonjour, j’ai une petite question, j’aimerais enregistré une batterie et donc avoir 8 entrée avec préampli, est-ce que si je fais l’acquisition de la RME Octamic qui est un préamplie 8 entrée, et que je la branche en ADAT sur une carte son pas cher du type Focusrite Scarlett 18i8, ce seront les préampli de la RME qui seront utilisé ou est-ce que ce seront les préampli de la scarlett ? Et est-ce que ces 2 produits sont compatibles ? Merci bcp pour ta réponse !

Et sinon j’ai vu que tu préconisais de prendre une carte son RME avc peu d’entrée et prendre les préamp audient asp800 pour avoir plus d’entrée, mais du coup la rme va servier a rien ?

Merci bcp !
Mateo

Adrien Administrateur / / Répondre

Oui tant qu’il y a les bonnes connectiques ADAT pas de soucis.
Ce sont bien les préamplis de la RME qui seraient utilisés.
Si la RME Octamic servirait de préamplis en plus, ça serait une option. Après je recommanderais plutôt les Audient ASP800, le son est un peu mieux je trouve.

Thomas / Répondre

Bonjour, super video et article !
Je recherche une interface audio pour brancher entre ma guitare et mon ipad pro pour jouer via l’application Biax FX2 et écouter uniquement sur mon casque.
Je ne vais pas faire d’enregistrement, ni live, juste jouer chez moi.
J’ai actuellement la Irig HD2, mais le son sature parfois, je voudrais donc acheter une autre interface audio. Mon budget va de 100 à 200€, je voudrais un truc chouette.
Merci par avance.
Thomas.

Lionel / Répondre

Salut Adrien,
C’est étrange mais la RME BabyFace n’est plus au catalogue chez thomann ?
J’ai une question technique et je viens vers toi car je ne trouve pas d’info précise.
Dans le Total mix, dans les entrées instruments, il y a un réglage de level entre -10 dbv et + 4 dbu ? Je ne comprends pas à quoi ça sert mais j’observe que je m’entends mieux dans mon retour casque en position -10 dbv… Peux-tu m’expliquer ? Merci
Et dans l’entrée analog, ça sert à quoi le bouton Pad juste à coté de l’alim fantôme ?
Merci

Adrien Administrateur / / Répondre

Hello,
Il y a des problèmes de stock chez RME, suites du COVID pour la disponibilité de certains composants.
Difficile d’expliquer la différence en un seul commentaire, parce que ça tire des sujets complexes. Ceci dit pour faire simple :

  • le matos pro fonctionne plutôt à un niveau de 4 dBU
  • le matos amateur fonctionne plutôt à un niveau de -10 dBV

Je parle de tout ça dans cet article : https://www.projethomestudio.fr/niveau-ligne-micro-instrument/

Pour le bouton Pad, c’est pour atténuer le signal si l’enregistrement est fort (exemple : batterie). Relativement peu utile si justement tu n’enregistres pas d’instrument très fort.

Adrien

Jérôme / Répondre

Bonjour Adrien,

Avant tout merci pour ton article, précis, simple et efficace, comme tout le reste !

Help please !

Mon souci : volume sonore de ma basse trop faible
Ma configuration : Focusrite Scarlett 8i6, Yamaha HS7, Fender PB (passive), préamp Darkglass Microtubes Infinity
Mon but : n’ayant pas d’ampli actuellement, en attendant de pouvoir me payer un bon cab FrFr, je voudrais simplement jouer, travailler la basse sur les monitorings via la carte son si possible avec Guitar Pro, Musique du Mac ou encore Live, rien de plus.

C’est la première fois que j’utilise un préamp et donc la première fois également que j’en raccorde un à ma carte son et y’a des choses que je ne comprends pas…

Il est dit dans le manuel de celui-ci de le raccorder à la carte son via sa sortie XLR. J’ai beau tester du XLR au mode « LINE » de la carte, le résultat ne me convient pas du tout. Le volume sonore est bien trop faible. Il faut me faut augmenter considérablement le volume du préamp Darkglass a en perdre mon son clean et/ou le préamp de la carte son en plus du volume de celle-ci…
Je teste également du XLR au mode « INST » de la carte, le résultat est à peu de choses près le même.
Il ne me semble pas avoir d’option. -20db ou quelque chose du style d’activé quelque part. Les enceintes sont réglées à 0db…

Je teste alors une des deux sorties « balanced out » du Darkglass et le mode « INST » et là je commence à obtenir quelque chose de correct sans avoir à tout régler à fond ou presque, bien que j’ai quand même besoin de toucher au gain du préamp de la carte.

Fut un temps, avant de te lire, je possédais une petite Yamaha MG06. La carte son arrivait sur celle-ci, et celle-ci repartait sur la carte son. Les enceintes sortaient de cette table et j’avais une piste dédiée à la basse directement. Là j’avais un son correct !
J’ai vendu la table de mix à force de lire et comprendre que la 8i6 remplissait déjà ce rôle. Mais je n’ai pas, plus ce résultat là du tout. Même avec la basse en direct sur la table en mode « INST » (PAD ou pas), le volume principal de la carte quasi à fond, je faisais clipper le préamp de la carte sans même avoir un volume correct.

Quand je m’affranchi d’un volume trop bas en montant le volume principal de la carte, me voilà obligé de baisser considérablement le volume des DAW (Master déjà réglés) ou Musique pour mes covers…

Un truc tourne pas rond…
Est-ce que je rate quelque chose ?
Avec un préamp entre la basse et la carte son, ne devrais-je pas justement pouvoir me passer du préamp de celle-ci ?

Adrien Administrateur / / Répondre

Hello,
Désolé pour le retour tardif.
Peux-tu me dire ce que signifie “volume trop faible” ? Combien de dBFS ?
Adrien

Jonathan / Répondre

Bonjour Adrien,

Merci pour tous ces articles, ils sont géniaux, j’apprends des tas de trucs !

J’aurais une question : on a un groupe avec 9 musiciens, dont une batterie complètement sonorisée (qui est dans une autre pièce, alors tout le monde doit être repiqué pour arriver dans les in-ears du batteur) et beaucoup veulent un micro de chant pour faire des backings…
Est-ce que tu aurais un setup à nous proposer (qui peut rester fixe dans notre studio), pour tout centraliser sur une interface audio, avec environ 30 entrées ?

J’espère que ce que je dis a du sens…

Merci dans tous les cas !

Adrien Administrateur / / Répondre

Bonjour Jonathan,
Merci beaucoup, content que mes articles te plaisent 😉
Suite à ton email, on voit ça en détail via un call du coup 😉
Adrien

Guillaume / Répondre

bonjour Adrien, je voudrais améliorer ma carte son , j’hésite entre deux cartes son :audient ID44mk2 et la motu m6.

J’aimerai le meilleurs de la qualité des préamplis, actuellement je n’ais pas au delà de ce budget.

j’observe que audient propose pas mal d’option dans sa carte son, si niveau composant on est proche de la motu à ce niveau la audient me semble mieux par ses choix de configurations, cependant si la motus est meilleur en qualité composant ca m’intéresse pas mal … peut de retour sur la m6 car elle est récente.

je cherche surtout comme tu as pu le constater les meilleurs préampli, meilleur qualité sonore/ casque et gain et niveau bruit. bref le meilleur des deux !

Adrien Administrateur / / Répondre

Les deux seront très bien, ceci dit j’ai une préférence pour Audient personnellement.
Adrien

Petchanatz / Répondre

Première question (désolé) quelle carte est la plus ergonomique (intuitive, pratique) pour le re-recording, que je pratique assidument ? source externe (instrument ou micro) ou interne (vst), sans se prendre la tête, avec casque et/ou retours…
Désolé si c’est une question bête…

Adrien Administrateur / / Répondre

Objectivement elles se valent toutes un peu… je prendrais une Audient

Luzi / Répondre

Salut, je souhaite débuter en home studio avec un petit groupe, j’ai actuellement un Zoom H5 au départ acheté pour les repetition et enregistrement nomade de boeufs et sessions trad.
Je me demande ce que tu penses de son utilisation comme carte son externe, il possede deux entrées XLR en complement du micro stereo, alimentation phantom, sortie direct monitoring. Penses tu que cela peut etre suffisant pour débuter ? Merci pour le travail que tu réalises! Luzi

Adrien Administrateur / / Répondre

Pour débuter pourquoi pas, mais bon tu verras sans doute qu’à un moment ça te semblera juste.
Adrien

Luzi / Répondre

Merci, je vais essayer ça, après j’hésite entre la Steinberg UR22C et la Focusrite Scarlett 2i2, pour le même prix

Adrien Administrateur / / Répondre

Les deux sont des bonnes options

Luzi /

Salut Adrien, finalement je me suis porté sur le UR22C pour sa gestion midi, merci encore pour ton article !

Adrien Administrateur / /

bon choix 😉 merci !

Benoit COLLET / Répondre

Bonjour,
Je découvre cet article à point nommé! Merci!
Je suis en homestudio, avec guitares, clavier et voix qui passent par une table de mixage (de branchement, plutôt 😉 ) avant d’aller dans une Focusrite 2i4 dont je suis extrêmement satisfait qui envoie le son dans mon Cubase 12. (La Focusrite 2i4 offre une fonction très intéressante qui semble abandonnée -je ne la retrouve que sur le Steinberg présentée plus haut-: la possibilité de mixer le retour de DAW avec l’enregistrement en cours, bref le playback).
Tout est parfait, sauf que je ne peux envoyer dans Cubase qu’une piste stéréo à la fois (ou 2 monos, bien sûr).

Je regardais à acheter une table de mixage hybride (genre Soundmaster 12MTK, Presonus Studiolive L12, …) qui font ça très bien apparemment, mais en “offrent” beaucoup trop (comme très bien expliqué dans l’article sur les tables de mixage en homestudio). Et elles sont potentiellement, aussi, compliquée à utiliser…

Et donc, je me suis dit “Pourquoi pas une “simple” carte son externe avec plus d’entrées.
Le Focusrite 18i20 me semble appropriée, mais la question que je me pose est: est-ce que cette carte peut envoyer autant de signaux que d’appareils branchés à autant de pistes de mon Cubase?
Parce que sinon, ça n’apporte rien à ma solution actuelle…

Bref: possible ou pas de faire de l’enregistrement multipistes avec ce genre de bécanes.

Benoit COLLET / Répondre

A la lecture du mode d’emploi de la 18i20, il semble qu’elle réponde à mes deux besoins:
– enregistrement simultané en multipiste dans Cubase (chaque canal de la 18i20 est assigné à une piste de Cubase)
– possibilité de feedback de Cubase (typiquement: la partie instrumentale d’une chanson) lors d’un enregistrement de pistes ultérieures (par exemple la/les voix)

Ceci dit, le prix (Thomann) de la 18i20 est de 475 € à ce jour.
Pas très loin, en somme, de celui d’une table de mixage avec enregistrement multipiste dans un DAW telle que Soundcraft 12MTK (539 €) ou d’une Presonus Studiolive AR12c (519 €).

Ce n’est décidément pas facile de faire le bon choix!

Alex / Répondre

Bonjour Adrien, je compte me racheter une interface audio très prochainement, ma vieille TC electronic Impact Twin Firewire a fait son temps… Du coup, je n ai jamais connecté d’interface audio en USB. Ma question concerne le cable USB ; en effet, l’ordi est dans une pièce à part, et il me faudrait remplacer le cable usb (court je suppose) de ma future interface audio (rme babyface je pense !!! :-D) par un câble (ou rallonge?) d’une longueur d’au moins 5metres. N’y a t il pas un risque de détériorer le signal? Un câble de bonne qualité va finir par me ruiner !! lol

Quelle est la meilleure solution?

Merci

Christine Chevallier / Répondre

Bonsoir a vous,
Mon compagnon se produit ds des restaurants où ils proposent des sketches ,en chaque sketche il faut passer de la musique, je suis 1, ancienne prof de danse ,et il me reste 1 peut de petit matériel, une table de mix, 1audiophony? Pour lecture cd, bref du vieux matériel, et 2micros cravates, j’ai besoin d’enregistrer des chansons , et bruits etc… et de diffuser 1info ou 2par micro, et sur scènes 2micros et la diffusion veux son bien-sûr , j’ai un ordinateur bien sûr, et des lumières sur trépied s , voilà que me conseillez-vous vous nous sommes une association et amateurs bien sûr et les recettes hors frais reviennent a des associations style aveugle , cancers, etc… Alors ayant un petit budget je n’ai pas le droit au gâchis, merci pour vos conseils

Laissez un commentaire

Nous respectons votre vie privée : votre adresse mail ne sera pas publiée.

Swipez pour des conseils de matos !

Adrien Perinot

Découvrez mes 10 produits préférés
pour le home studio

Rejoignez ma newsletter et recevez un eBook gratuit contenant mes recommandations favorites de matériel home studio (interfaces, microphones, casques, enceintes...) et mes astuces perso pour bien choisir !

Oui, je veux l'eBook gratuit

Fermer

Adrien Perinot

J'espère que vous appréciez cet article :)
Si vous voulez que je vous aide à choisir votre matériel, réservez un call avec moi.

Réserver un call