Boîtes de Direct (DI Box) - Le Guide Complet | Projet Home Studio

Boîtes de Direct (DI Box) – Le Guide Complet

On vous a peut-être dit que vous aviez besoin d’une boîte de direct. Mais savez-vous pourquoi ? Savez-vous à quoi ça sert ?

Elles sont partout. Dans tous les studios, mais aussi dans les salles de concert, on retrouve des boîtes de direct. Elles sont également appelées boîtes de DI, ou “DI Box” en anglais.

Dans un home studio, elles se révèlent indispensables dans de nombreuses situations. Elles sont d’ailleurs souvent conseillées pour enregistrer basses et guitares — et notamment pour faire du reamping d’ampli. Cependant, il est parfois difficile de comprendre pourquoi elles sont nécessaires et de quel modèle on a besoin.

Faut-il acheter une DI passive ou active ?

Ou, tout simplement : comment ça fonctionne ?

Vous trouverez des réponses à toutes ces questions dans cet article.

Qu’est-ce qu’une boîte de DI ?

Les boîtes de DI sont des appareils qui permettent de convertir un signal audio asymétrique à haute impédance en un signal symétrique à basse impédance.

Je sais, dit comme ça, ce n’est pas très compréhensible 🙂

Mais ne vous inquiétez pas, je vais tout vous expliquer.

Conversion Asymétrique → Symétrique

Le signal d’entrée que vous allez envoyer à votre boîte de direct est asymétrique. C’est tout simplement le son de votre guitare, de votre basse, de votre clavier, etc… transmis grâce à un câble jack classique.

Problème : les câbles asymétriques sont beaucoup plus sensibles aux perturbations électro-magnétiques. Celles-ci peuvent être liés à de nombreuses causes, telles que des câbles de mauvaise qualité ou bien un câble traversant un champ magnétique. Plus le câble est long, plus le signal sera mauvais.

Les câbles symétriques n’ont pas ce problème (câbles XLR ou Jack TRS). D’où l’intérêt d’utiliser une DI, qui vous permettra  d’utiliser des câbles longs sans pour autant entendre de buzz électrique.

Attention par contre : le câble que vous branchez en entrée étant asymétrique, assurez-vous qu’il soit le plus court possible.

Le problème des boucles de Masse

L’un des problèmes récurrents en home studio est celui des boucles de masse (ground loops en anglais). Les boucles de masse, c’est lorsque l’électricité a plusieurs chemins d’accès pour aller à mise à la terre. Par exemple, si vous connectez entre eux deux appareils eux-mêmes reliés à la terre, vous avez une boucle de masse.

Si (comme moi) vous n’êtes pas un pro de l’électricité, un schéma vous aidera à mieux comprendre :

Exemple de Boucle de Masse dans un home studio

La conséquence de ce genre de configuration, c’est un bourdonnement à 50 ou 60 Hz (et ses harmoniques respectives) que vous allez entendre dans votre casque ou constater sur vos enregistrements.

Encore une fois, les boîtes de DI apportent une solution : elles vont « couper » les boucles de masses. Donc, pas de bourdonnement.

Connectiques et Impédances

Les boîtes de direct possèdent toutes au moins une entrée et deux sorties.

L’entrée, vous l’avez compris, c’est l’endroit où vous branchez votre instrument. L’entrée est alors « au niveau instrument » (haute impédance).

Pour les sorties, le signal est séparé en deux : THRU et OUTPUT.

  • La sortie THRU laisse passer le signal sans le modifier. Vous pouvez la relier, par exemple, à un ampli.
  • La sortie OUTPUT, elle, vous donne un signal au « niveau microphone » (basse impédance). C’est celle-ci que vous allez relier à votre table de mixage ou à votre interface.

Vous pouvez donc enregistrer à la fois le signal brut de votre instrument (sortie OUTPUT) et votre ampli via un microphone si vous le souhaitez (sortie THRU).

Pour que ce soit plus clair, voici un exemple de configuration classique en home studio.

Exemple de configuration Home Studio avec une boîte de direct

En Résumé…

Les boîtes de direct vont donc vous permettre de :

  • Transformer votre signal asymétrique en signal symétrique beaucoup moins sensible aux perturbations électro-magnétiques et donc utiliser des câbles plus longs
  • « Couper » les boucles de masses et donc d’éliminer les bourdonnements
  • Faire passer votre signal du niveau « instrument » au niveau « microphone » via un changement d’impédance
  • Enregistrer à la fois le signal brut de votre instrument et la sortie d’un ampli

Pratique, non ?

Et puis, une fois que vous avez enregistré votre signal audio, vous pouvez même le renvoyer vers un ampli en utilisant la technique du reamping.

Qu’est-ce qu’une boîte de DI passive ?

Les boîtes de direct passives sont tout simplement des appareils construits autour d’un composant électrique qui s’appelle un transformateur.

Sur l’image ci-dessous, il s’agit de l’élément circulaire couleur aluminium.

Transformateur Jensen dans une boîte de DI
Un transformateur Jensen dans une boîte de direct Radial JDI

Comment ça fonctionne ?

Exemple de Transformateur
Transformateur (d’après une image de BillC – CC BY-SA 3.0)

Comme vous pouvez le voir sur le schéma ci-contre, un transformateur est composé de deux bobinages. Quand le courant (= le signal audio) arrive à la première bobine, cela génère un champ magnétique. Celui-ci est alors capté par la deuxième bobine, qui le reconvertit en courant électrique. En fait, ce dispositif est une sorte de pont magnétique pour le signal audio.

Les deux bobines ne sont pas en contact électrique. C’est grâce à ça que les bourdonnements électriques liés aux boucles de masse sont éliminés, car le signal d’entrée et le signal de sortie sont électriquement isolés l’un de l’autre.

Bon – assez d’électronique pour l’instant ! Disons un mot sur le son.

Les transformateurs ont l’avantage de saturer de façon douce et progressive. C’est-à-dire qu’avec les DIs passives, votre signal ne risque pas de subir une distorsion si le signal d’entrée est un peu trop fort, mais va au contraire saturer de façon plus agréable.

D’où l’importance de choisir un boîtier avec un transformateur de qualité dedans, pour s’assurer une reproduction sonore la meilleure possible.

Enfin, dernier point important : les boîtes de DI passives sont dédiées aux instruments actifs, tels que les claviers/synthétiseurs, les guitares à micros actifs ou encore les percussions électroniques. Si vous branchez un instrument passif (sans circuit d’amplification intégré) sur une DI passive, vous risquez d’avoir un son manquant de clarté.

Qu’est-ce qu’une boîte de DI active ?

Même si elles ont presque le même nom que leurs consœurs passives, les DIs actives ont un fonctionnement très différent.

En effet, elles contiennent un préamplificateur qui va booster le signal pour en changer l’impédance (passage d’un niveau instrument à un niveau microphone). Celui-ci est alimenté grâce à une batterie, ou plus couramment par alimentation fantôme, par exemple grâce à votre interface.

C’est pourquoi les boîtes de DI actives sont réservées aux instruments passifs, comme un certain nombre de guitares et de basses équipées de microphones passifs.

Notez également qu’à l’inverse des DIs passives qui saturent progressivement, les DIs actives passent de 0 à 100% de distorsion dès que le signal est trop élevé. Attention donc à vos niveaux ! 🙂

Quelle DI passive choisir ?

Il peut sembler assez difficile de choisir une DI : il y en a de tous les prix et de toutes les couleurs !

Cependant, de toutes les marques de boîtes de direct, il y en a une qui fait vraiment référence : il s’agit de la marque Radial Engineering.

Soyons clair : comme vous allez brancher votre instrument sur la DI, elle est va avoir un impact sur votre son. Du coup, mettez de côté les boîtiers « cheap » à 30 € qui vont nuire la plupart du temps à la clarté de votre signal audio. Surtout si vous enregistrez en contexte home studio.

Boîte de Direct JDI de la marque Radial

Le modèle passif que je vous recommande est la Radial JDI.

C’est une DI très solide, adaptée aussi bien à l’utilisation sur scène qu’en studio.

Elle est équipée de transformateurs Jensen fabriqués aux USA, qui conviennent parfaitement au traitement audio. Ils gèrent très bien les signaux de niveau très élevé et adoucissent les transitoires (transients). De fait, vous pourrez sans aucun problème utiliser cette boîte de direct pour des instruments à très haut niveau de sortie.

Elle est un peu chère, mais c’est probablement celle qui vous fournira la meilleure qualité de son pour vos enregistrements.

Toutefois, si jamais son prix est un peu élevé pour votre budget, vous pouvez vous rabattre sur sa petite soeur la Pro DI. Elle contient des transformateurs moins bons que les Jensen mais tout de même supérieurs à de nombreuses autres DIs du marché. Très bon rapport qualité / prix pour votre studio.

Quelle DI active choisir ?

Pour les boîtes de direct actives, c’est pareil : Radial est toujours la marque de référence.

Encore une fois, j’insiste sur le fait que si vous voulez une DI pour améliorer votre son, notamment dans votre home studio, il vaut mieux éviter les boîtiers d’entrée de gamme qui ne valoriseront pas vos instruments.

Pour les DIs actives, il existe principalement deux modèles chez Radial : la J48 et la Pro 48. La J48 est plus chère, mais plus à cause des fonctionnalités supplémentaires que d’une qualité de son supérieure.

La boîte de direct Pro 48 de la marque Radial

C’est pourquoi le modèle actif que je vous recommande est le moins cher des deux, la Pro 48.

Bien qu’alimentée via alimentation fantôme (48 volts, via votre interface par exemple), elle possède un switch « Ground Lift » qui vous permet de bloquer la mise à la terre et donc d’éviter les boucles de masse.

Elle est caractérisée par une faible distorsion et une très bonne plage dynamique, ce qui la rend à mon goût plutôt polyvalent.

Idéale donc pour enregistrer tous vos instruments passifs dans votre home studio 🙂

Cependant, si vous avez un budget un peu plus grand, n’hésitez pas à vous orienter vers la J48. Elle a quelques boutons de plus (filtre passe-haut, inversion de la phase, sommation mono) qui vous seront sans doute utiles dans le futur.

Et pour les instruments stéréo ?

La boîte de direct passive stéréo JDI Duplex

Un certain nombre de situations peuvent nécessiter que vous utilisiez des boîtes de DI pour un signal d’entrée stéréo.

Je pense en particulier aux claviers, qui ont souvent une sortie gauche et une sortie droite.

Bien entendu, il existe aussi des DIs adaptées à ce type de configuration, un peu plus chères. Voici celles que je vous recommande :

DI Stéréo Passives

DI Stéréo Active

(A l’heure où j’écris ces lignes, il n’y a pas d’équivalent stéréo à la Pro48.)

En résumé

Voilà, nous avons fait le tour du fonctionnement des boîtes de direct et des modèles adaptés aussi bien au home studio qu’à la scène.

Même si j’ai donné des détails un peu techniques pour que vous compreniez bien, le choix n’est au final pas très compliqué :

  • Instruments actifs ⇒ Boîte de DI passive
  • Instruments passifs ⇒ Boîte de DI active

Si après cela, vous avez encore des questions, n’hésitez pas à laisser un commentaire juste en-dessous, et je vous répondrai au plus vite 🙂

Commentaires (97)

Laisser un commentaire

CONNAN GILLES / Répondre

Bonjour article tres clair, qui conforteon savoir, merci
Je sors en stereo de mon pédalier guitare avec simu de hp et rentre dans une reverb qui « headroome » mon son.
Puis di stereo ou 2 mono vers la console…. Me faut un Y sur les link ou thru des DI pour relier à mon ampli qui sert juste de retour ?

Adrien Administrateur / / Répondre

Si l’ampli n’a qu’un seul canal d’entrée, pourquoi ne pas de relier simplement une seule des DI ?
Il faudrait un sommateur effectivement avant de rentrer dans l’ampli.

Charly / Répondre

Bonjour, j’ai une petite question. J’utilise un instrument acoustique, un theorbe, ‘ un gros luth) avec un micro contact ( de la marque Ischell ) qui comprend la capsule et un pré ampli , d’où je sors en XLR.
De là je rentre dans ma carte son. (apogée quartet) . Là mon son passe dans Ableton live , et sort sur les HP.
Je voudrai aussi pouvoir avoir un son direct, sans passer par mon interface , et donc utiliser un table pour avoir à la fois le son direct, et le son traité dans l’ordi. J’en viens enfin à ma question 🙂
J’ai fait le test avec un boite de direct Radial, le thru dans la table et output dans mon interface et le résultat était assez impressionnant, avec beaucoup plus de son , meilleure définition …. C’était un boite active , mais dans ce genre de config est ce que je dois choisir une boite active ou passive, dans la mesure ou mon micro a un preampli?
Désolé pour ce son message, que j’espère compréhensible , et merci pour cet article très intéressant .

Adrien Administrateur / / Répondre

Bonjour,
Objectivement si le son était bien avec une DI active Radial, je pense qu’il ne faut pas chercher plus loin 🙂
Adrien

Julien / Répondre

Pour une guitare electro-acoustique, genre Taylor avec un piezo, alimentée avec une pile 9V, l’article incite à penser qu’il faudrait une DI passive. Mais en fait non. Radial fournit un DI Box « active » spécifique pour ce cas: https://www.thomann.de/fr/radial_engineering_pz_di.htm
https://www.radialeng.com/comparing-direct-boxes#piezo

Les lumières de notre expert préféré sont les bienvenues avant de faire un investissement de près de 300€ 🙂

Adrien Administrateur / / Répondre

Normalement une DI standard suffit, mais je pense que les options d’impédance sur la PZ-DI sont intéressantes pour les micros piezo. Ceci dit, comme le vôtre est alimenté, normalement la conversion d’impédance doit avoir lieu au niveau du préampli intégré

Charly / Répondre

Merci de vos réponses, ce qui me faisait douter c’est que mon micro n’est pas un piézo mais bien un micro contact. Mais c’est vrai que si le son était mieux et c’est sûr, il n’y a peut être pas besoin de se poser mille questions .

Laissez un commentaire

Nous respectons votre vie privée : votre adresse mail ne sera pas publiée.