Microphones de Studio : le Guide Complet

Les microphones font partie des outils essentiels en studio — et bien sûr en home studio. En effet, pour une prise de son de qualité, choisir un bon micro de studio est crucial.

Toutefois, si vous débutez en enregistrement ou bien tout simplement si vous cherchez un nouveau microphone, il est possible que vous soyez un peu perdu(e) ou un peu décontenancé(e) au vu de la quantité d’information à prendre en compte.

Il y a en effet toutes sortes de marques, de modèles, de types, de critères à prendre en compte – sans compter des variations de prix importantes d’un modèle à l’autre.

Je reçois d’ailleurs régulièrement des emails ou des commentaires me demandant : Quel est le meilleur microphone pour le chant ? Pour la guitare ? Faut-il choisir un micro statique ou dynamique ? Je veux enregistrer du rap, que choisir ? Que pensez-vous du microphone à condensateur MXL 4000 ? Comment choisir mon premier microphone ?

Un microphone de studio

Pour vous guider dans vos recherches, j’ai donc pris le temps de rédiger ce guide détaillé qui vous donnera toutes les informations nécessaires pour choisir un microphone de studio professionnel correspondant à l’utilisation que vous voulez en faire.

Voici les sujets couverts par cet article :

Les caractéristiques des microphones

Qu’ils soient dédiés à une utilisation en studio / home studio ou pas, les microphones partagent tous un ensemble de caractéristiques qui permettent, notamment, de les comparer lors de l’achat ou lors de la sélection pour une prise de son.

La directivité

Directivité de Microphone Cardioïde
Diagramme polaire d’un microphone cardioïde

La directivité est l’un des paramètres les plus importants à prendre en compte dans le choix d’un microphone. En effet, il s’agit de la sensibilité du micro aux sons en fonction de la direction dont ils proviennent.

Ainsi, certains microphones (dits cardioïdes) ne seront sensibles qu’aux sons provenant de l’avant, tandis que d’autres (dits omnidirectionnels) capteront de façon identique les sons provenant de l’avant, des côtés ou de l’arrière.

Enfin, il existe également des microphones dont la directivité est dite figure en 8, qui sont eux sensibles aux sons provenant de l’avant et de l’arrière mais pas aux sources sonores situées sur les côtés.

Pour les débutants, il est souvent recommandé de s’orienter dans un premier temps vers les microphones cardioïdes (avec les dérivations hyper- et supercardioïdes) qui seront un peu plus simples à positionner.

A noter tout de même que certains microphones sont multidirectionnels, c’est-à-dire qu’ils peuvent être réglés selon différentes directivités — ce qui peut être également utile en home studio si vous appréciez avoir accès à un maximum d’options sonores.

Plus de détails sur ce sujet sont disponibles dans mon article sur les différentes directivités des microphones.

La réponse en fréquence

En moyenne, l’oreille humaine est capable d’entendre des sons entre 20 et 20000 Hz.

De par leur construction, les  sont souvent sensibles aux sons correspondant à une plage de fréquences un peu plus réduite, par exemple de 50 Hz à 15000 Hz. C’est l’un des paramètres communiqués par défaut par le constructeur, généralement sous le terme « Réponse en Fréquence » (Frequency Response en anglais).

Lors de l’achat d’un micro de studio, mais également lors de sa sélection pour enregistrer tel ou tel instrument, il est donc important de prendre en compte ce paramètre. Par exemple, si un microphone a tendance à perdre en sensibilité en-dessous de 100 Hz, il ne sera probablement pas adapté à la prise de son de basse ou de grosse caisse.

Pour plus de précision, il est particulièrement utile de jeter un œil à ce qu’on appelle la « Courbe de Réponse » (Response Chart ou Response Curve), qui est un graphique représentant la sensibilité du microphone en fonction des fréquences. Parce qu’en effet, la sensibilité d’un microphone n’est jamais complètement identique pour toutes les fréquences : parfois, le signal enregistré sera plus fort dans les basses, ou dans les aigus, plus ou moins équilibré… toutes les configurations sont possibles !

Une courbe de réponse ressemblera donc typiquement à ceci :

Réponse en fréquence d'un microphone de studio

La coloration hors axe

La courbe de réponse en fréquence concerne généralement les enregistrements effectués exactement dans l’axe du microphone.

La plupart du temps, par contre, un microphone n’aura pas la même réponse ni les mêmes caractéristiques de saturation selon la direction dont provient le son.

On parle de coloration hors axe.

Diagramme Polaire Shure SM57
Exemple : Coloration hors axe d’un Shure SM57

Suivant les fabricants, ce type d’information est parfois disponible sous la forme de graphiques de réponse supplémentaires ou de diagrammes polaires.

Si vous souhaitez enregistrer une source sonore peu directionnelle, comme par exemple un orchestre, un piano ou des overheads de batterie, il sera sans doute utile de regarder ce type d’informations pour s’assurer qu’il correspond bien à ce que vous recherchez.

Si par contre vous n’enregistrez que des chanteurs ou chanteuses solistes, ça sera un peu moins important.

La taille de la membrane

Capsule/Membrane d'un microphone statique
Photographie d’une capsule/membrane d’un microphone (avec l’aimable autorisation de Griffon Microphones)

La taille de la membrane fait partie des caractéristiques généralement communiquées par les marques de microphones de studio, en particulier en ce qui concerne les microphones statiques (dits « à condensateur »).

La différence entre une « petite membrane » et une « large membrane » est parfois un peu arbitraire, mais elle ressort bien souvent dans la forme du microphone :

  • les micros à petite membrane auront une forme allongée, comme un crayon, et la capsule sera située à l’extrémité du corps ;
  • les micros à large membrane seront massifs et la capsule sera orientée vers le côté.

En termes de son, on pourra généralement constater que les microphones à petite membrane sont plus naturels et qu’ils répondent mieux aux transitoires. Leur directivité est également plus stable sur l’ensemble des fréquences.

Les microphones à large membrane, eux, auront souvent un son plus coloré, mélioratif, et auront tendance à générer un bruit de fond plus faible.

Le niveau de pression sonore maximum (SPL Maximum)

Le SPL maximum est tout simplement le niveau sonore en décibels à partir duquel le signal enregistré par le microphone commence à subir de façon audible de la distorsion. Si ce niveau est atteint de façon trop régulière, il est même possible que cela endommage la capsule / la membrane.

En studio ou en home studio, ce paramètre sera surtout important si vous souhaitez enregistrer une batterie ou un ampli guitare à volume élevé. Si au contraire vos enregistrements concernent principalement des voix ou des instruments acoustiques, le SPL maximum ne devrait pas être un problème.

L’alimentation

Les microphones dynamiques ne nécessitent généralement pas d’alimentation.

Par contre, tous les microphones statiques ainsi que certains microphones à ruban ont besoin de ce qu’on appelle l’alimentation fantôme, terme inventé dans les années 60 par le célèbre fabricant allemand Neumann. Dit simplement, il s’agit d’une technologie permettant d’alimenter le microphone avec un courant électrique via le câble XLR par lequel passe également le signal enregistré.

Aujourd’hui, la plupart des interfaces audio intègrent nativement une alimentation fantôme réglée pour fournir une tension standard de +48 volts.

Cependant, certains microphones sont livrés avec un bloc d’alimentation externe spécifique : il s’agit bien souvent des microphones statiques à lampe qui nécessitent une alimentation électrique particulière.

Le prix

Eh oui, le prix fait également partie des critères à regarder pour choisir un nouveau micro.

Si cela semble évident et est surtout dépendant de la taille de votre portefeuille, j’ai fait exprès de le mentionner ici pour mettre évidence deux ou trois points particuliers souvent mal connus des utilisateurs de home studios.

Tout d’abord, il faut bien se rendre compte que le prix n’est pas toujours un facteur de qualité : un microphone à 100€ peut très bien être meilleur qu’un microphone à 2000€ pour certaines applications. Je pense particulièrement au Shure SM57, qui est une vraie référence pour l’enregistrement d’amplis guitare.

Par ailleurs, si par exemple votre studio ou home studio n’a pas reçu un bon traitement acoustique ou bien si vos préamplis sont de qualité moyenne, il est probable que vous n’entendiez pas vraiment la différence entre un super microphone et un micro d’entrée ou de milieu de gamme. Donc, inutile de dépenser 3000 € si l’acoustique de votre studio n’est pas sous contrôle…

Enfin, il est également important de garder en tête qu’en ce qui concerne les microphones de studio, une différence de prix de 50 ou de 100 euros entre deux modèles n’est que rarement significative : un ajout financier de cette magnitude n’apportera pas nécessairement une meilleure qualité sonore.

Les Types de Microphones de Studio

Les microphones de studios se répartissent en différentes catégories plus ou moins précises : on retrouve notamment des microphones dynamiques, des microphones statiques et des microphones à ruban.

Idéalement, que ce soit dans un studio professionnel ou dans un petit home studio, il est toujours conseillé d’avoir plusieurs types de microphones à disposition. En effet, suivant l’instrument enregistré, certains modèles sonneront mieux que les autres. Avoir accès à différents modèles et donc à différentes textures sonores est donc un vrai atout.

Ne cherchez donc pas « LE meilleur microphone de studio », il n’existe malheureusement pas… 😉

1. Les microphones de studio dynamiques

Le microphone dynamique Shure SM7B

Les microphones dynamiques sont absolument indispensables en studio.

S’ils sont parfois un peu délaissés au profit de microphones statiques dont nous parlerons juste après, car leur son est un peu moins détaillé, ils sont toutefois des outils absolument excellents notamment pour les prises de son de batterie ou d’amplis guitare.

Peu chers et généralement très solides, ils se démarquent également par une sensibilité plus faible à l’acoustique de la pièce dans laquelle ils sont. Autrement dit, si vous débutez et que l’endroit dans lequel vous enregistrez n’a pas une bonne acoustique, je vous conseille fortement de vous orienter vers ce type de microphones.

Si je ne devais recommander qu’un seul modèle, ça serait sans doute le très connu Shure SM7B, utilisé par Michael Jackson sur l’album Thriller et en photo ci-contre.

Comparez le prix du SM7B sur : Thomann – Woodbrass – Amazon

► Pour plus d’infos, rendez-vous sur ma liste des meilleurs microphones dynamiques.

2. Les microphones de studio statiques (ou à condensateur)

Les microphones statiques, également dits « à condensateur », se répartissent principalement entre ceux à large et ceux à petite membrane.

Toutefois, j’ai isolé dans une troisième catégorie les microphones à lampe, généralement à large membrane, qui restent assez spécifiques.

L'Origin d'Aston Microphones
L’Aston Origin, un vrai coup de cœur pour moi

Les microphones à large membrane

Il s’agit des microphones de studio par excellence.

Possédant généralement un son détaillé et très agréable, les microphones à large membrane s’adaptent bien à de nombreux types de prise de sons mais sont avant tout de très bons choix pour tout ce qui est chant et instruments acoustiques.

Généralement alimentés électriquement grâce à l’alimentation fantôme, c’est probablement vers eux que je vous recommande de vous tourner si vous recherchez un premier microphone pour vous lancer dans le home studio.

Il existe énormément de modèles différents, avec des prix allant de 50 € pour du bas de gamme à 10000 € pour du haut de gamme vintage. Heureusement, de nombreux modèles abordables et d’excellente qualité ont fait leur apparition ces dernières années.

Si je ne devais en recommander qu’un, ça serait sans aucun doute l’Origin de la marque anglais Aston Microphones, qui possède un rapport qualité/prix impressionnant.

Comparez le prix de l’Origin sur : Thomann – Woodbrass – Amazon

► Pour aller plus loin, regardez mes recommandations des meilleurs microphones statiques à large membrane.

Le microphone statique CK-1 d'Avantone
Le CK-1 d’Avantone

Les microphones à petite membrane

Les microphones à condensateur à petite membrane s’avèrent être un très bon choix si vous êtes à la recherche d’une prise de son neutre, transparente et très détaillée. Leur petite taille leur permet notamment de retranscrire fidèlement des fréquences très élevées et simplifie leur positionnement.

Par ailleurs, ils rendent très bien les sons ayant une attaque franche et rapide (transitoire), comme les percussions et les cymbales.

Comme tous les microphones statiques, vous aurez besoin d’une alimentation fantôme pour les faire fonctionner.

Je préparerai prochainement un article spécifiquement sur le sujet, mais si vous recherchez ce type de micro, n’hésitez pas à jeter un œil au très sympathique et très accessible CK-1 de la marque Avantone.

Comparez le prix du CK-1 sur Thomann – Amazon

Le microphone à lampe WA47
Le WA47 à lampe de Warm Audio

Les microphones à lampe

Parmi les microphones statiques / à condensateur, il existe une catégorie un peu spécifique : les micros à lampe.

Ceux-ci se caractérisent par l’ajout d’un tube électronique (également appelé lampe) dans le circuit intégré au microphone, ce qui donne certaines caractéristiques intéressantes au son. Notamment, celui-ci est souvent plus chaud, possède plus d’harmoniques et se rapproche parfois de ce que l’on attendrait d’un son « vintage ».

A noter que ces microphones à lampe nécessitent une alimentation dédiée sous la forme d’un boîtier externe, ce qui participe sans aucun doute à leur prix généralement élevé.

Un modèle que je recommande par exemple dans cette catégorie : le WA47 de Warm Audio.

Comparez le prix du WA47 sur Thomann – WoodbrassAmazon

3. Les microphones de studio à ruban

Microphone Royer R101
Le Royer R101 à ruban

Fait peu connu, les microphones à ruban sont en réalité des microphones dynamiques. Toutefois, leur fabrication très spécifique et le son particulier qui en découle justifie le fait qu’ils soient mis à part.

En effet, ces micros captent le son grâce à un ruban d’aluminium très fin (moins de 4 microns !) situé entre deux aimants. Les fibrations du ruban altèrent le champ magnétique existant, ce qui génère un signal électrique.

En termes de son, les microphones à ruban apportent généralement une texture soyeuse tout en restituant de façon naturelle les variations dynamiques et harmoniques des instruments. Ils ont de plus tendance à avoir une sonorité un peu vintage, car ils ne restituent que mal les fréquences les plus aiguës.

Attention par contre : ils sont généralement assez fragiles !

A regarder notamment : le très bon R-101 de la marque Royer Labs.

Comparez le prix du R-101 sur Thomann – WoodbrassAmazon

► Si ce type de micro vous intéresse, regardez par exemple ma sélection des meilleurs microphones à ruban qui devrait vous aiguiller dans la bonne direction.

4. Les microphones de surface / à zone de pression

Le microphone de surface Shure Beta 91A
Le Shure Beta 91a

Les microphones à zone de pression (PZM) ne sont pour ainsi dire jamais utilisés dans les home studios, mais certains studios professionnels les emploient dans des situations variées.

Par exemple, ils s’avèrent plutôt intéressant plaqués au mur ou au sol en tant que « room mics », pour une prise de son d’ambiance. Bien souvent, ils peuvent également être insérés dans une grosse caisse pour capter les basses fréquences.

Si vous souhaitez tester quelque chose d’un peu nouveau par rapport aux microphones plus classiques, n’hésitez pas à regarder par exemple le Beta 91a de Shure.

Comparez le prix du Beta 91a sur Thomann – WoodbrassAmazon

5. Les microphones USB

Le microphone USB Blue Yeti
Le Blue Yeti

Pour être honnête, j’ai hésité un peu à mentionner les microphones USB dans cet article.

Il est difficile de parler de « microphones de studio USB » puisqu’ils contiennent une carte son dédiée qui ne permet généralement pas d’utiliser d’autres microphones ou d’autres préamplis.

Ceci dit, dans certains cas, un microphone USB peut être utile en home studio.

Par exemple, si vous souhaitez simplement enregistrer quelques idées rapides à la guitare sans pour autant produire un album derrière. Ou bien, si vous souhaitez l’utiliser également pour vos conversations Skype…

Par défaut, une option envisageable est de s’orienter vers le Blue Yeti en photo ci-contre, qui pourra peut-être vous convenir.

A ce propos, vous pouvez lire mon test du Blue Yeti ou comparer directement son prix sur Thomann – WoodbrassAmazon

Les meilleurs microphones de studio par utilisation

En fonction de l’utilisation que vous souhaitez faire de vos microphones, certains modèles et certains types peuvent s’avérer plus adaptés que d’autres. Il n’y a pas de règle absolue, et je vous encourage fortement à expérimenter avec diverses configurations, mais d’un autre côté vous n’utiliserez probablement pas le même microphone pour le chant, la batterie ou la guitare acoustique.

Voici donc quelques recommandations selon l’utilisation prévue… 🙂

1. Pour le chant / la voix

Pour tout ce qui est vocal, sauf peut-être les chœurs, c’est bien souvent vers les microphones statiques à large membrane que l’on tend à se tourner. C’est typiquement ceux que l’on voit sur les photos d’artistes en studio, et à juste titre : leur grande sensibilité est idéale pour reproduire au mieux la voix.

Il existe toutefois un certain nombre d’alternatives intéressantes, notamment parmi les microphones dynamiques, qui sont parfois oubliées à tort par les home studios.

Pour les débutants, le RØDE NT1-A constituera un bon premier microphone pour le chant, à la fois fiable et accessible : comparez le prix sur Thomann – Woodbrass – Amazon

► Pour plus d’informations, rendez-vous sur ma liste des meilleurs microphones pour l’enregistrement de chant et de voix.

:icrophone d'enregistrement de voix

2. Pour les amplis guitare

Enregistrer un ampli guitare est quelque chose d’assez spécifique, car les niveaux sonores sont généralement élevés et le choix du microphone influe très fortement sur le son final.

Cette fois-ci, les microphones à condensateur ne sont pas nécessairement les plus recommandés : généralement, il est plus logique de s’orienter vers des dynamiques collés à la grille du baffle ou vers des micros à rubans (comme ceux de la marque Royer Labs) en position plus distante pour un son moins concentré.

La référence ?

Tout simplement le célèbre SM57 de Shure (eh oui, encore lui !) : comparez le prix sur Thomann – Woodbrass – Amazon

► Pour aller plus loin, n’hésitez pas à regarder cet article : Les Meilleurs Microphones pour l’Enregistrement de Guitare Electrique.

Enregistrement d'un ampli guitare

3. Pour la guitare acoustique

La guitare acoustique est, un peu comme la voix, un instrument assez délicat dont l’enregistrement peut s’avérer plus compliqué qu’on ne pourrait le penser.

En effet, suivant le microphone choisi et sa position, le claquant des cordes et le ronronnement de la caisse de résonance seront plus ou moins présents.

Avec le choix d’un microphone adéquat, vous aurez beaucoup plus de chance d’obtenir un enregistrement restituant bien le caractère naturel et l’articulation des notes, tandis qu’avec un micro non adapté le son sera vite perçu comme imparfait.

Un de mes microphones favoris pour cette utilisation est l’Origin, dont j’ai parlé un peu plus haut : voir le prix sur Thomann – Woodbrass – Amazon

► Comme d’habitude, il existe de nombreuses options, mais n’hésitez pas à jeter un œil à ma sélection des meilleurs microphones pour la guitare acoustique.

4. Pour la grosse caisse

Le microphone grosse caisse Beta 52A de Shure
Le Shure Beta 52A

La grosse caisse est un instrument un peu particulier qui génère une grande quantité de basses fréquences. Il est donc important de choisir un microphone solide, qui ne sera pas endommagé par les hauts niveaux de pression acoustique générés par l’instrument.

Exit, donc, les microphones à ruban — du moins pour les prises de son à proximité de la grosse caisse.

Si certains utilisent des Neumann à 3000€ pour enregistrer cet instrument, il existe plusieurs modèles tout aussi intéressants à des prix bien plus abordables.

En attendant que je vous prépare un article sur le sujet, je vous suggère de regarder par exemple le très connu Beta 52A de Shure, qui convient excellent bien à ce type d’application : comparez le prix sur ThomannWoodbrassAmazon.

5. Pour la caisse claire

De même, la caisse claire est une percussion dont l’enregistrement nécessite un choix de microphone réfléchi.

Ne serait-ce que parce que celui-ci va se retrouver très près de la zone de frappe — et qu’un coup de baguette est vite arrivé.

Logiquement, les microphones les plus fragiles (à ruban ou à condensateur) ne seront pas de la partie, alors que les dynamiques seront largement sollicités.

► Pour en savoir plus, lisez l’article suivant : Les meilleurs microphones pour l’enregistrement de caisse claire.

Une caisse claire

6. Pour les cuivres

Pour les trompettes, les saxophones ou les cors, j’aurais tendance à vous recommander un microphone dynamique (pour les prises à proximité) ou un microphone à ruban (pour les prises un peu plus distantes).

Essayez par exemple un Shure SM57, qui conviendra bien souvent à ce type de prise de son.

Les accessoires pour microphones

Un microphone de studio n’est jamais utilisé tout seul : vous aurez besoin d’un certain nombre d’accessoires.

Voici donc quelques conseils autour des plus courants. 🙂

1. Le filtre anti-pop

Un filtre antipop de K&MSi vous enregistrez du chant ou des voix, un filtre anti-pop est un accessoire absolument indispensable.

Il s’agit tout simplement d’une grille en tissu ou en métal placée devant le microphone. Elle permet d’éliminer ou du moins d’atténuer les sons pop que produisent les lettres telles que « p » et « b » (que l’on appelle des « plosives ») lorsqu’elles sont prononcées.

Si vous souhaitez avoir un son professionnel, avoir un tel filtre est plus que recommandé.

Heureusement, il n’est pas nécessaire d’aller bien loin et de dépenser des centaines d’euros : un bon modèle de chez K&M suffira largement, comme celui en photo ci-contre (c’est la qualité allemande ! 😉 – comparez le prix sur Thomann – Woodbrass – Amazon).

2. La suspension

Une suspension de microphone de studio
La suspension USM de Rycote

En studio, ce n’est pas comme dans un concert : la fixation du microphone au pied est bien plus importante qu’il n’y paraît.

Si votre microphone est livré sans rien ou simplement avec une pince, je ne peux que vous conseiller de vous procurer une suspension élastique (ou du même genre).

L’intérêt est que ce système de fixation isole au maximum le micro du pied, ce qui maximise la qualité des enregistrements. En effet, avec une suspension, les vibrations produites par le pied du chanteur qui bat la mesure ou par le camion qui passe dans la rue voisine seront fortement atténuées.

Généralement, chaque marque possède ses propres suspensions. Toutefois, elles coûtent parfois assez cher — aussi je vous recommande plutôt de vous orienter vers un modèle standard comme l’USM (Universal Studio Mount) produit par Rycote, en photo ci-contre (comparez le prix sur Thomann – Amazon).

3. Le pied de micro

Un pied de microphone K&MSi les microphones dynamiques peuvent en théorie être tenus à la main tout en produisant un minimum de bruits de manipulation, les statiques ne doivent surtout pas être tenus durant l’enregistrement.

Un microphone de studio doit toujours être placé sur un pied.

Surtout, évitez les pieds les moins chers avec les micros plus lourds (notamment les micros statiques qui sont aussi plus fragiles), car les vis de serrage sont souvent un peu limite et rarement suffisantes pour tenir votre microphone. Autant investir tout de suite dans quelque chose de solide ! 🙂

Ceux de la marque allemande K&M font généralement référence. Regardez par exemple le modèle 210/9 : Woodbrass – Thomann – Amazon

4. Le câble XLR

Câble XLR

Pour relier votre microphone à votre préamplificateur, il faut bien sûr un câble XLR.

Tout d’abord, évitez de prendre un câble trop long. Pas besoin d’avoir 10 mètres si votre interface audio ou votre préamp se trouve à 2 mètres. Plus le câble est long, plus il risque de capter des interférences susceptibles de détériorer le son.

De plus, investir dans un câble de bonne qualité est généralement une bonne idée : certes, il existe des câbles XLR à deux euros — mais ils ne dureront pas longtemps et seront plus sensibles aux interférences électromagnétiques.

Sans nécessairement mettre 60 € dans un câble Mogami, une trentaine d’euros vous permettra d’accéder à un câble à la fois solide et de qualité comme un Sommer Cable Galileo ou un Klotz M5.

5. L’écran acoustique

Un écran acoustique
L’écran acoustique Halo de la marque Aston Microphones

Enfin, pour maximiser la qualité des vos prises de son et en particulier pour le chant, un écran acoustique (ou filtre de réflexion) est souvent une bonne idée —surtout en home studio.

Tout simplement, il s’agit d’une structure que l’on positionne autour du microphone. Grâce à des matériaux absorbants (type mousses acoustiques) positionnés à l’intérieur, l’écran acoustique limite les réflexions et permet d’obtenir des enregistrements plus nets, moins sensibles à la réverbe naturelle de la pièce.

Dans la catégorie, le modèle de chez Aston Microphones est clairement le meilleur bien qu’un peu onéreux :

Toutefois, il faut bien rester conscient qu’un écran acoustique n’est qu’une aide et qu’il ne pourra masquer l’ensemble des problèmes acoustiques d’un studio. Pour cela, il vaut mieux s’orienter vers un traitement acoustique standard.

Conclusion

Que vous enregistriez en studio professionnel ou en home studio, avoir accès à de bons microphones est une première étape importante pour la réalisation d’enregistrements de qualité.

Mais choisir un premier ou un nouveau microphone implique de bien connaître les différents types et les situations dans lesquelles ils peuvent être utilisés. Ce guide, je l’espère, devrait vous avoir apporté un maximum d’informations sur ce sujet.

Si malgré tout vous avez encore des questions, n’hésitez pas à laisser un commentaire ci-dessous — je vous répondrai 🙂

Bons enregistrements !

Continuez à lire : Les meilleures interfaces audio (USB, Thunderbolt…)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :