DAW : Les Meilleurs Logiciels MAO [2021]

Choisir un DAW, que l’on appelle également STAN ou séquenceur, ressemble souvent à un parcours du combattant.

Il s’agit du logiciel home studio par excellence, sur lequel vous allez vous appuyer aussi bien pour vos activités de MAO que de mixage.

Bref, bien qu’il ne s’agisse pas de matériel physique, c’est un peu la deuxième brique la plus importante de votre home studio après votre ordinateur.

Et pourtant, les informations sur Internet sont on ne peut plus contradictoires. Déterminer « quel est le meilleur DAW » reste en 2021 toujours aussi compliqué.

C’est pourquoi j’ai rédigé cet article de façon à vous guider dans votre sélection, que vous soyez à la recherche d’un premier logiciel de production musicale ou simplement d’une alternative au DAW que vous possédez déjà.

Voici donc la liste des sujets que nous allons aborder dans ce guide :

Qu’est-ce qu’un DAW ?

Pour pouvoir donner une définition de ce qu’est un DAW, il faut partir de la notion de séquenceur.

Un séquenceur audio, c’est tout simplement un outil (physique ou numérique) qui permet d’enregistrer et/ou de jouer des séquences musicales.

Il est donc capable de restituer une performance musicale (hauteur des notes, volume des notes…) en fonction des données à sa disposition.

Une histoire de séquenceurs

Les séquenceurs ont, d’une certaine façon, été inventés au Moyen-Âge, sous la forme d’instruments de musique automatisés.

Par exemple, les frères perses Banū Mūsā, des savants habitant Bagdad au 9ème siècle après Jésus-Christ, inventèrent en leur temps un orgue hydraulique et une flûte automatique utilisant la vapeur.

Plus récemment, des carillons de clochers ont été automatisés pour jouer certaines mélodies. Ainsi, à Bruges en Belgique, vous pouvez toujours voir et entendre les 47 cloches du beffroi, mues grâce à un tambour associé à une horloge.

En voici une photographie, prise lors de ma visite de la ville :

Tambour du beffroi de Bruges
Système de tambour activant le carillon du beffroi de Bruges (Belgique)

Bien entendu, les orgues de barbarie font aussi partie des ancêtres des séquenceurs modernes.

A partir des années 40, le développement technologique a permis la fabrication de séquenceurs électroniques plus modernes.

Ces derniers permettaient de générer des séries de sons de plus en plus complexes : drum machines, répétition de mélodies, etc.

Avec l’arrivée des ordinateurs dans notre univers quotidien, des séquenceurs digitaux ont commencé à apparaître, pour donner l’un des outils les plus importants de votre home studio : les DAW.

DAW = Digital Audio Workstation (ou STAN)

Par abus de langage, on parle souvent de séquenceurs pour évoquer les logiciels de musique professionnels.

Cependant, la plupart de ces logiciels sont en fait des DAW, ou Digital Audio Workstation.

C’est le terme que j’utilise la plupart du temps, que ça doit dans les vidéos ou dans les articles de Projet Home Studio, mais il est bon de savoir qu’en français on parle parfois de STAN, c’est-à-dire de Station de Travail Audio-Numérique.

Le Séquenceur DAW Studio One 3.2
Capture d’écran de Studio One 3.2 de Presonus

Ces DAW ou STAN, ce sont des programmes complexes qui contiennent bien sûr des séquenceurs de notes, mais permettent également de faire bien plus, comme par exemple :

  • Editer des partitions ;
  • Échantillonner des sons et plus largement effectuer des enregistrements ;
  • Appliquer des effets (réverbes, égalisation…) ;
  • Arranger des morceaux ;
  • Assurer le mixage audio des morceaux ;
  • Réaliser un mastering audio
  • etc.

Sauf à ce que vous utilisiez des bandes magnétiques ou que votre façon de travailler soit résolument non-numérique, vous avez aujourd’hui besoin d’un DAW pour produire votre musique et réaliser des mixages audio.

Y’a-t-il de bons DAW gratuits ?

Je reçois régulièrement des questions de personnes cherchant un logiciel de MAO ou de mixage gratuit.

Il faut dire que le matériel de home studio coûtant déjà un certain prix, investir dans un DAW peut parfois sembler superflu.

Evitez les outils basiques…

Le logiciel Audacity
Audacity est un enregistreur trop simple pour servir de DAW pour la MAO ou le mixage

Il existe divers logiciels gratuits pouvant servir de DAW, comme par exemple Audacity ou Kristal Audio Engine.

Si vous voulez juste enregistrer votre voix une fois par an ou une idée de temps en temps, c’est peut-être suffisant.

Si vous voulez produire votre musique sérieusement, faire un album ou juste enregistrer dans de bonnes conditions, je ne peux que vous les déconseiller. Vous risquez de perdre du temps à chercher des fonctionnalités qui n’existent pas et vous allez vous décourager (j’y ai été confronté dans le passé 😉 ).

Préférez un logiciel professionnel qui vous permettra de vous concentrer sur la production musicale plutôt que sur du bidouillage technique sans valeur ajoutée.

Pour prendre un exemple concret : dans Audacity, si vous ajoutez des effets sur une piste, vous ne pouvez pas les modifier après-coup. Ce qui est impensable si vous souhaitez mixer un morceau, quel qu’il soit.

A l’inverse, dans les DAW « du commerce », modifier des effets une fois qu’ils ont été appliqués est une fonctionnalité disponible par défaut.

Il y a quand même de bons DAW gratuits

Heureusement, il existe quelques DAW complètement gratuits qui peuvent être une option pour se lancer dans la MAO ou dans le mixage de façon sérieuse.

Je pense notamment à Cakewalk by BandLab, qui fut payant durant de nombreuses années, ou encore à Ardour qui est open source.

Certes, ils ne sont pas nécessairement aussi complets que peuvent l’être d’autres produits payants, mais ils n’en sont pas moins complètement utilisables dans un home studio.

Nous reparlerons d’ailleurs de Cakewalk by BandLab un peu plus bas…

Une astuce pour ne pas payer votre DAW

Il y a quand même une façon (complètement légale, bien sûr 🙂 ) d’avoir un DAW gratuit.

En effet, lorsque vous achetez du matériel de musique orienté home studio (interfaces audio, claviers MIDI, certains pédaliers d’effets guitare…), celui-ci vous est souvent livré avec un certain nombre de logiciels et autres plugins.

Parmi ceux-ci, il y a souvent une version light d’un DAW.

Par exemple, si vous achetez une Focusrite Scarlett 2i2, vous avez en bonus un code vous permettant de télécharger Ableton Live Lite et Pro Tools | First.

Concrètement, il s’agit de versions allégées, donc avec certaines limitations :

  • sur le nombre de pistes pouvant être mixées simultanément ;
  • sur le nombre d’effets inclus ;
  • sur les fonctionnalités et d’outils mis à disposition ;
  • voire même sur les possibilités de sauvegarde.

Ceci dit, si vous êtes débutant(e), ces versions lights restent quand même très intéressantes pour enregistrer dans d’excellentes conditions et à petit prix.

Par ailleurs, si vous ne savez pas quel DAW choisir, je vous conseille de commencer par tester ceux qui viennent avec votre matériel : c’est souvent un bon point de départ, et ça vous aidera à mieux déterminer ce dont vous avez besoin s’ils ne vous conviennent pas.

Quel est le meilleur DAW ?

J’entends assez souvent la question.

Pourtant, il n’y a pas de meilleur DAW.

Il n’y a pas de numéro 1.

Les différences de son entre les DAW, un mythe

Que ce soit sur les forums ou sur Facebook, on lit souvent des commentaires comme quoi « les mix sonnent mieux sur Pro Tools » ou encore que « sur Cubase, les mix semblent plus chauds et ont une meilleure précision ».

Alors, est-ce que certains DAW ont un meilleur son que d’autres ?

Absolument pas.

C’est juste un mythe qui a la vie dure ! 🙂

Globalement, tous les logiciels de MAO et de mixage calculent le son de la même façon. Si vous mixez un morceau dans deux DAW différents en utilisant les mêmes réglages et les mêmes plugins audio, il n’y aura aucune différence.

Du moins, aucune différence audible.

En effet, d’un moteur de calcul à un autre, il peut y avoir d’infimes variations mathématiques, notamment au niveau des méthodes d’arrondis de valeurs numériques.

Ceci dit, l’impact sur le son final est parfaitement inaudible.

Je vous conseille donc plutôt de vous concentrer sur le style de musique que vous voulez produire et la façon dont vous voulez travailler si vous voulez choisir un DAW.

Parce qu’en termes de son, ils sont tous égaux.

Les vraies différences entre les DAW

Par contre, les différents DAW du marché diffèrent surtout en termes de fonctionnalités et de workflow.

Cela veut dire que, suivant ce que vous voulez en faire, certains DAW seront plus adaptés que d’autres.

Par exemple, Ableton Live est plutôt indiqué si vous cherchez un logiciel de création de musique électronique, tandis que PreSonus Studio One ou Pro Tools auront tendance à être plus orientés vers l’enregistrement de groupes, le mixage audio, etc.

Pour autant, les trois permettront très bien d’effectuer vos compositions, d’arranger vos morceaux et de mixer vos albums.

Alors comment choisir ?

Une bonne idée est de télécharger quelques démos pour se faire un avis sur les différents logiciels.

Ceci dit, comme il y en a beaucoup, j’ai construit un petit diagramme qui j’espère pourra vous aider un peu.

Attention : ce schéma est à « prendre avec des pincettes », comme on dit. L’idée n’est pas qu’il serve de vérité absolue, mais plutôt qu’il soit un guide pour aller découvrir tel ou tel DAW — en fonction de ma propre expérience / connaissance des différents logiciels.

Ainsi, vous pouvez très bien utilise Reaper tout en ayant un gros budget, ou FL Studio bien que vous préfériez des outils plus complexes… 😉

Choisir le DAW de son home studio

Les meilleurs DAW en 2021

Bien qu’il n’y ait pas à proprement parler un DAW meilleur qu’un autre, certains logiciels ressortent du lot plus que d’autres.

Pour vous aider à préciser votre choix, voici donc une sélection des meilleurs DAW pour produire, enregistrer et mixer votre musique, avec à chaque fois une présentation des points forts et des points faibles de chaque application.

1. Ableton Live

Editeur : Ableton

Si vous faites de la musique électronique, Ableton Live est sans aucun doute l’un des DAW les plus adaptés.

Il se caractérise avant tout par le fait qu’en plus d’un mode classique « Arrangement » similaire aux autres DAW (pour enregistrer votre musique de façon linéaire), il inclut aussi un mode « Session », structuré autour d’un système de boucles de sons.

Si ce mode a clairement été pensé pour la scène, c’est-à-dire pour jouer en live, il est également très utile pour construire petit à petit vos morceaux moyennant samples et enregistrements MIDI.

A ceci s’ajoute de nombreuses fonctionnalités et surtout des effets et instruments absolument excellents vous donnant accès à de nombreuses possibilités sonores.

Bref, il s’agit de très loin de mon DAW favori.

Et si vous trouvez que la version « Suite » est un peu chère, vous pouvez bien sûr vous orienter vers la version intermédiaire « Standard », qui est amplement suffisante pour travailler dans des conditions plus qu’optimales.

Points forts :

  • Favorise la créativité grâce à un workflow original
  • Effets et instruments intégrés de grande qualité
  • Idéal pour le live et pour tout ce qui est sampling

Points faibles :

  • Le workflow peut sembler au départ un peu complexe à assimiler
  • Peu adapté à l’enregistrement de groupes

► Comparez le prix :

2. PreSonus Studio One

Editeur : PreSonus

Studio One est le deuxième DAW que j’utilise régulièrement.

Là où Ableton Live me sert plus à la composition et à l’enregistrement de musiques plus électroniques, Studio One est devenu pour moi mon logiciel usuel pour le mixage et le mastering de mes morceaux, surtout pour ce qui est plus orienté acoustique / rock / metal.

Il s’agit d’un outil assez récent sur le marché des DAW, ce qui lui permet d’être un peu plus innovant que ses concurrents.

L’interface est esthétique, et la plupart des options sont faciles d’accès — même s’il est possible qu’au tout début vous ayez besoin de prendre un peu de temps pour vous habituer au workflow général.

Certes, les plugins par défaut ne sont pas nécessairement parfaits (j’en parle un peu dans mon article dédié à Studio One 5), mais les fonctionnalités en elles-mêmes sont extrêmement intéressantes.

A noter en particulier, le mode « Projet » qui permet d’effectuer le mastering d’une série de morceaux, donc d’un album entier avec des outils de mesure plutôt bien pensés.

Points forts :

  • Approche plus novatrice que d’autres DAW plus anciens
  • Facilité d’utilisation bien qu’il y ait de nombreux outils et options
  • Multiples fonctionnalités utiles pour l’enregistrement de groupes de musique

Points faibles :

  • Quelques bugs de temps en temps
  • Les simulations de compresseurs vintages pas très convaincantes

► Comparez le prix :

3. Steinberg Cubase

Editeur : Steinberg

Ah, Cubase !

Sans aucun doute l’un des DAW les plus célèbres, notamment car la marque est un acteur historique du marché des logiciels de studio.

C’est d’ailleurs Steinberg qui a conçu le format de plugins VST, ce qui n’est pas négligeable.

Cubase, c’est avant tout un DAW que je trouve très professionnel : le workflow est clair et bien conçu, ce qui permet d’aller rapidement à l’essentiel.

Il ressort avant tout par la présence de nombreuses fonctionnalités orientées composition et arrangement. Ainsi, l’édition de pistes MIDI est particulièrement efficace.

Cependant, en plus de plugins de bonne qualité, Cubase permet bien sûr d’effectuer toutes les tâches d’enregistrement et de mixage classiques : comping de pistes, édition audio, édition de hauteur de note avec l’outil VariAudio…

Une valeur sûre parmi les nombreux DAW existants.

Points forts :

  • DAW historique et très stable
  • Idéal pour la composition et la production musicale grâce à des outils MIDI développés

Points faibles :

  • Peut prendre un peu de temps à maîtriser
  • Nécessite l’utilisation d’un dongle USB pour la licence

► Comparez le prix :

4. Avid Pro Tools

Editeur : Avid

Au même titre que Cubase, Pro Tools fait partie des DAW incontournables.

Difficile de faire une liste sans le mentionner, car il s’agit du logiciel le plus utilisé au monde dans les studios d’enregistrements.

Il a certes des côtés négatifs : je pense aux bugs / crashs rencontrés par de nombreux utilisateurs. Mais bon, ce n’est pas le seul DAW où de tels bugs se produisent…

Par contre, il s’agit vraiment du DAW de référence pour de nombreux studios, notamment pour tout ce qui est enregistrement, post-prod et mixage.

Si vous souhaitez faire carrière dans l’univers de la musique, par exemple, maîtriser Pro Tools est une très bonne idée ! 😉

Basé sur un workflow très structuré, ce logiciel permet en effet d’enregistrer et mixer des groupes de musiques dans des conditions optimales. Par contre, il sera moins adapté pour tout ce qui est musique électronique, en raison notamment d’un petit manque de fonctionnalités liées à l’édition MIDI.

Quant à eux, les effets livrés avec Pro Tools sont vraiment très bons, ce qui vous permettra de vous lancer dans le mixage dès l’outil installé.

Points forts :

  • Le standard des studios d’enregistrement
  • Workflow strict, cohérent, parfaitement adapté à l’enregistrement et le mixage d’albums complets
  • De très bons plugins livrés avec le logiciel

Points faibles :

  • N’accepte que les plugins RTAS et AAX (donc, pas les VST)
  • Manque de stabilité
  • Peu adapté à la composition / à la production musicale

► Comparez le prix :

5. Cockos Reaper

Editeur : Cockos

Conçu à la base par le créateur du célèbre Winamp (eh oui, ça date !), certains croient parfois qu’il est gratuit car la version démo n’expire jamais.

En réalité, une licence pour le DAW Reaper coûte une soixantaine de dollars, ce qui le rend bien plus accessible que nombre de ses concurrents.

S’il n’est peut-être pas le plus beau et s’il peut sembler un peu complexe au début, il a l’avantage d’être soutenu par une très grande communauté à travers le monde.

Mais surtout, une fois que vous maîtrisez son utilisation, il s’avère être un logiciel d’arrangement et de mixage extrêmement efficace possédant de surcroît de bonnes fonctionnalités d’édition audio.

Si vous aimez bidouiller un peu, il est de plus très paramétrable, avec même la possibilité d’utiliser des scripts et des macros pour automatiser les actions que vous réalisez le plus souvent. Avec Reaper, tout est possible, ou presque…

Au final, un DAW à petit budget, mais de très grande qualité !

Points forts :

  • Très léger à installer
  • Prix très abordable, avec une version démo utilisable sans limitation
  • Plugins d’effets très performants malgré une interface ultra-basique (lire : très laide — je parle bien des plugins uniquement)

Points faibles :

  • Fortement paramétrable, ce qui du coup peut être déroutant pour les débutants car les options et réglages sont nombreux
  • Peu adapté à la musique électronique

► Comparez le prix :

6. Image-Line FL Studio

Editeur : Image-Line

Avez-vous déjà entendu parler de FruityLoops ? Le logiciel qu’utilisait BassHunter à ses débuts ?

Eh bien, FL Studio, c’est le même outil, mais avec un nom plus professionnel.

Parce que si FruityLoops était à une époque un peu léger pour de la production sérieuse, FL Studio est désormais un outil très complet et très professionnel.

Il est clairement orienté production de musique électronique, notamment car il se base sur un système de patterns qui convient très bien aux musiques conçues autour de samples et de boucles MIDI.

Bien entendu, une utilisation plus standard, plus linéaire, est totalement possible, même si ce très bon logiciel MAO reste orienté MIDI.

A noter au passage, un mode « Performance » permettant de jouer en live en concevant vos arrangements musicaux en direct, via un système de pads interactifs.

Points forts :

  • Idéal pour tout ce qui est beat-making au sens large
  • Facile d’accès pour les débutants en musique électronique
  • Mises à jour gratuites à vie

Points faibles :

  • La version « basique » ne permet par l’enregistrement d’audio
  • Un peu simpliste par rapport aux autres DAW

► Comparez le prix :

7. Apple Logic Pro X

Editeur : Apple

Si vous appréciez l’univers d’Apple et que vous travaillez sur Mac, Logic Pro X est probablement le DAW qui aura le plus de sens dans votre home studio.

Associé à une vraie facilité d’utilisation grâce à un workflow clair, Logic Pro X est livré avec une grande quantité de sons, de boucles et d’effets de très bonne qualité, le tout orchestré par une bonne gestion des tempos associés.

Le logiciel inclut également des instruments virtuels très intéressants. Je pense notamment à Alchemy, initialement conçu par le célèbre éditeur de plugins Camel Audio, et qui est vraiment l’un de mes synthétiseurs virtuels favoris.

En termes d’enregistrement, par exemple pour un groupe de rock ou de jazz, toutes les fonctionnalités auxquelles on pourrait s’attendre sont disponibles : VCA, comping de pistes lors de prises multiples… qu’il s’agisse de MIDI ou d’audio, Logic Pro X est capable de le gérer efficacement !

Petit plus sympathique : grâce à l’application Logic Remote, vous pourrez également contrôler votre logiciel de façon distante via votre iPad ou iPhone.

Points forts :

  • Plutôt facile à prendre en main
  • Contient toutes les fonctions qu’il faut pour enregistrer et mixer (audio ou midi)
  • Une grande collection d’instruments et de samples

Points faibles :

  • Uniquement disponible sur Mac OS X

► Comparez le prix :

8. Cakewalk by BandLab

Editeur : Bandlab

Cakewalk by Bandlab arrive un peu vers la fin de cette liste, mais c’est sans aucun doute le logiciel d’enregistrement et de mixage audio que je vous recommande si vous êtes débutant(e) et que vous avez du mal à choisir un DAW.

La raison est simple : il s’agit d’un DAW gratuit, et qui plus est très efficace.

Pour la petite histoire, Cakewalk by Bandlab est la nouvelle version de Sonar, l’un des logiciels MAO les plus connus — qui coûtait à l’époque environ $500.

Racheté puis abandonné par la marque Gibson (oui, celle qui fait les guitares), son développement est désormais très actif grâce à un groupement d’acteurs faisant vivre avec brio l’application.

A l’utilisation, il ressemble un peu à Cubase ou à Reaper : on est sur un outil plutôt bien pensé, peut-être un peu classique, mais avec un workflow de production intégré couvrant l’ensemble des étapes de composition, enregistrement, mixage et mastering.

Et le fait qu’un logiciel de cette qualité soit gratuit, c’est juste impressionnant.

Une excellente affaire ! 🙂

Points forts :

  • Très bon DAW gratuit !
  • Facile à utiliser pour les débutants

Points faibles :

  • Un peu moins adapté à la musique électronique

► Comparez le prix :

9. Bitwig Studio

Editeur : Bitwig

Bitwig Studio est plus ou moins un petit nouveau sur le marché des logiciels de MAO.

Conçu par d’anciens développeurs de chez Ableton, il ressemble un peu à Ableton Live avec cependant des fonctionnalités plus innovantes. Et ce, malgré un petit manque de maturité dans certains cas.

Disponible à un prix relativement accessible, Bitwig Studio intègre 80 instruments et effets et plus de 30 GB de samples.

Le logiciel se caractérise par une certaine modularité, avec trois affichages distincts combinables : Arrange, Mix et Edit.

En termes de gestion MIDI, on retrouve de nombreuses fonctionnalités très intéressantes et peu courantes, comme par exemple la gestion de layering MIDI ou de micropitch. A noter d’ailleurs que le logiciel gère également le format MPE (MIDI Polyphonic Expression), un format moderne utilisé par des claviers comme ceux de la marque ROLI.

A noter aussi, la présence d’une trentaine de modulateurs extrêmement puissants pour contrôler et automatiser n’importe quel paramètre d’effet et d’instruments hardware ou software.

Points forts :

  • Dans l’esprit d’Ableton Live, donc idéal pour le live et la musique électronique
  • Outil intuitif et modulaire, avec un workflow bien pensé

Points faibles :

  • Relativement peu de ressources en ligne sur le sujet
  • Pas vraiment idéal pour l’enregistrement de groupes de musique complets
  • Du fait du jeune âge de l’application, certaines fonctionnalités manquent encore aujourd’hui

► Comparez le prix :

En conclusion

Avec cette liste des meilleurs DAW actuels, que vous soyez plus orienté MAO / création musicale ou bien mixage / mastering, je n’ai aucun doute que vous trouverez l’outil qui vous convient le mieux.

Comme je l’ai dit plus haut, chaque logiciel a ses spécificités, ses points forts et ses points faibles : il n’y a pas de « meilleur DAW » à proprement parler.

Pour faire votre choix, je vous recommande de prendre le temps de télécharger quelques démos pour tester les différentes fonctionnalités.

En effet, sur le papier, vous aurez peut-être l’impression que tel ou tel DAW vous convient parfaitement, mais à l’utilisation vous en préférerez peut-être un autre 🙂 !

► Consultez mes autres conseils sur le matériel Home Studio

Commentaires (132)

Laisser un commentaire

Regnaudin / Répondre

J’allais oublier : « Pizzicato » permet l’exportation au format XML. Cela me permettrait peut-être une récupération plus intéressante à exploiter sur « Cakewalk » ?

de nouveau merci et bonne continuation à vous
P.R

Adrien Administrateur / / Répondre

Pour le coup je ne sais pas trop, je n’ai pas utilisé Pizzicato :/

Digital Expérience / Répondre

Excellent article comme d’habitude. Par contre, déçu de ne pas voir samplitude pro x5. Pendant des années chez presonus, j’ai changé de façon de travailler et j’ai trouvé bonheurs chez magix. Je ne vais pas relancer le débat sur le son, mais… si : il y a une différence entre presonus et samplitude 🙂

Adrien Administrateur / / Répondre

Merci beaucoup 🙂 !
Il y a beaucoup de logiciels différents, la sélection sur cette page n’a pas pour vocation d’être exhaustive effectivement 🙂
Pour ce qui est du son, je ne pense pas qu’il y ait une différence entre S1 et Samplitude, sauf si on ajoute par exemple des effets (qui là seront différents) ou que la règle de panoramique n’est pas réglée de la même façon 🙂
Adrien

Marco / Répondre

Entièrement d’accord avec le commentaire précédent à propos de samplitude pro x5. Je suis chaque jour surpris par l’intelligence de ce DAW. Tout est fait pour faciliter le travail du musicien. Il y a pas à passer des heures dans les préférences. Tout est bien paramétré par défaut. J’ai renoncé à studio one 5: grosses galères pour configurer un clavier maitre midi, gestion de l’audio erratique: saturation du processeur sans raison apparente, espérons qu’une mise à jour règlera ces problèmes. J’ai bossé des années sur studio one car ils avaient intégré melodyne grâce à l’ARA mais c’est chose faite sur samplitude. Studio one possède un quantize audio efficace et intuitif contrairement à samplitude mais dorénavant, je quantize l’audio avec melodyne 5. La gestion du punch in out dans samplitude est parfaite et intelligente car elle mix la nouvelle prise avec l’ancienne même si les locators n’ont pas été placés assez précisément. J’ai laissé tombé cubase pro 10.5 car plantages récurrents. Peut-être dus à des plug-ins mais pourquoi alors samplitude ne plante jamais alors que j’utilise les mêmes plug-ins VST sur toutes les DAWs. La gestion des VST dans samplitude est efficiente alors que dans studio one, le scanning dure des plombes. Pas de score dans samplitude comme dans cubase mais je ne l’utilise pas. Un point fort de studio one, c’est l’adaptation des fichiers audio à un changement de tempo. Supposons que vous ayez enregisté en 120 bpm et que vous vouliez changer la song à 110bpm, tous les fichiers audio sont automatiquement ralentis, ce qui n’est pas le cas dans cubase!!! Que les pistes de cubase soient en mode musical ou temporel, rien n’y fait. J’avoue ne pas encore avoir testé cette fonction dans samplitude. Celà dit, je suis ouvert à la discussion….

Yann / Répondre

Je vais recevoir ma carte son et mon casque d’ici 2 jours. Quel logiciel installer pour enregistrer ma guitare électrique (pour mon groupe de blues/rock) en sachant que je n’ai pas le budget. Avec ce que je viens de lire Cakewalk me semble être une bonne option, penses-tu que cakewalk est optimisé par rapport à mes besoins ? Ou devrai-je intaller Ableton Live Lite qui viens avec ma Focusrite 2i2 ?

Adrien Administrateur / / Répondre

Bonjour,
Cakewalk est gratuit donc ça peut être une bonne option oui.
Adrien

Thierry / Répondre

Bonjour Adrien ,

Je suis plutôt branché jazz et je pratique le piano et l’harmonica chromatique (eh oui changement d’échelle ! ) .Après avoir testé plusieurs DAW :Cubase ,Reaper,Studio One ,Mixcraft et Cakewalk j’ai opté pour ce dernier additionné de quelques pluggins.
A mon avis avec ces logiciels qui sont tous très bien on a tendance à oublier l’essentiel :faire de la musique qui sonne et pour çà rien de tel que travailler l ‘harmonie (pas besoin de pads d’accords et autres gadgets inutiles à mon avis),ainsi que tous ces réglages « prise de tête  » ;comme vous l’avez précisé peu de pluggins suffisent.

Encore merci pour vos conseils et vos articles qui m’ont aidé à y voir plus clair pour le choix (cornélien! ) de ces applications.

Adrien Administrateur / / Répondre

Merci beaucoup du retour d’expérience : effectivement, à un moment, sauf à prendre un logiciel très obscur ou très mal aimé, il n’y a pas de risque et on peut enregistrer dans de bonnes conditions, quel que soit le logiciel 🙂 !

Mauer / Répondre

Bonjour
Je joue dans un groupe de métal on aimerait pouvoir enregistrer la batterie avec guitare témoin je suis sous Windows 10 et possède une umc1820 beringher
Le but est d’enregistrer la batterie sur 4pistes différentes pour faire des maquettes
Que me conseilleriez vous ?
J’ai une ancienne version de cubase la 5 mais je pense qu’elle est a bout de souffle
Merci d’avance et merci pour votre article

Adrien Administrateur / / Répondre

Bonjour,
Si vous avez un budget, ça vaut le coup d’aller sur un logiciel comme Studio One par exemple.
Sinon prendre Cakewalk by Bandlab qui est gratuit et devrait suffire pour une maquette 🙂
Adrien

Pierre / Répondre

Bonjour,

LMMS n’est cité qu’une fois dans la liste, mais ce serait utile de l’ajouter pour être encore plus exhaustif. D’abord pour encourager les logiciels libres (licence GPL), ensuite par ce que ce logiciel est tout de même assez complet pour y figurer. Je l’utilise autant que cakewalk. Quand on a pas mal de monde à la maison qui s’adonne à la MAO, les solutions peu onéreuses ne sont pas une alternative mais une obligation 🙂

LMMS (Linux MultiMedia Studio) a été porté sur les 3 plateformes Linux, Windows et MacOS justement parce que ses qualités ont interessé pas mal de monde. C’est au minimum un bon point d’entrée avant d’aller plus loin.

Pierre

Adrien Administrateur / / Répondre

Bonjour Pierre,
Je prends note, toutefois le but de l’article n’est pas tant d’être exhaustif que de proposer des pistes de logiciels… impossible de tout lister / noter 🙂 !
Merci beaucoup pour ce retour d’expérience toutefois, c’est vrai que dans certains contexte (comme celui que vous décrivez) les logiciels libres sont indispensables.
Adrien

Enzo / Répondre

Salut je viens de lire ton article, si tu veux j’ai un daw du type FL Studio, il s’appelle LMMS, il est gratuit et souvent mis à jour. Tiens voici le lien si tu veux regarder ( et il peux être installer sur n’importe quelle plateforme ) : https://lmms.io/download#windows

Enzo / Répondre

Et j’ai aussi oublier de dire que vous pouvez l’installer en 32 bits ou 64 bits.

Massari / Répondre

Bonjour Adrien, tu m as fait découvrir Cakewalk qui est merveilleux (je pense que c est le seul DAW gratuit a pouvoir importer de l OMF et de la vidéo).
Je voudrais savoir pourquoi Cakewalk ne serait pas complet en therme de fonctionnalités, qu est ce qui t a manqué lors de l utilisation?

Adrien Administrateur / / Répondre

Ah, super 🙂 ! Oui Cakewalk est top !
J’ai modifié l’article suite à ton commentaire : au moment où j’avais écrit ce paragraphe Cakewalk by Bandlab n’était pas ce qu’il est maintenant, et je pense qu’aujourd’hui il n’y a plus de problème évident qui mériterait qu’on laisse le commentaire que j’avais mis 🙂
Adrien

chris / Répondre

bonjour je te demand conseil parce que je recherche un logiciel simple parce que jai essayer fl studio 20 jai pas compris est pas ce que je recherche je suis perdu je fais de la musique mao instrumend virtuelma recherche est un logiciel simple pour moi pour debutant est pour que japprend a utiliser sur pc je suis plus sur telephone pour creer ma musique si tu peux me conseiller sa serais gentil

Adrien Administrateur / / Répondre

Bonjour,
Je conseillerais de regarder des tutoriels sur FL Studio sur YouTube. Je ne pense pas qu’il y ait de logiciel « ultra simple », ou alors il ne s’agit pas de logiciels « pros »
Adrien

Octave Juste / Répondre

Bonjour !

Merci pour ton site Adrien, super !
Parmi les DAWs, mon chouchou est Mulab – https://www.mutools.com/

On parle peu de ce soft en général, pourtant il est ultra-puissant, totalement modulaire, très léger (& autoporté), et son moteur de synthèse sonore est impressionnant de qualité – bref un outil très créatif, et très abordable. Je le préfère à Live par exemple…

Adrien Administrateur / / Répondre

Hello,
Merci du retour d’expérience ! 🙂 Je connais assez mal l’outil, intéressant!

Adrien Administrateur / / Répondre

Hello,
Merci du retour d’expérience ! 🙂 Je connais assez mal l’outil, intéressant !

Daniel / Répondre

J’aime bien le graphique. Bien pensé. Il manque Reason, parmi les plus célèbres. Reaper n’est pas orienté musique électronique, mais on peut en faire avec. En fait, on peut tout faire avec Reaper. Y compris du Surround. Surround qu’on ne peut faire qu’avec Cubase, Cakewalk et Reaper, au jour d’aujourd’hui, sur Windows. Je travaille sur Studio One, FL Studio, Cakewalk et Reaper. Pour moi, je trouve que Reaper est le plus intuitif et le plus simple, contrairement à sa réputation.

Adrien Administrateur / / Répondre

Merci du retour même si je ne suis pas tout à fait d’accord 🙂
J’ai volontairement gardé Reason en dehors de cette liste – pour moi il est nettement en perte de vitesse (notamment avec les nouveaux formats de ventes sortis il y a quelques temps). Après, ça ne veut pas dire que ce n’est pas bien, mais je ne le recommanderais pas à quelqu’un qui cherche un nouveau DAW.
Et oui, Reaper permet vraiment de faire énormément de choses, mais perso pas du tout intuitif pour moi 🙁
Adrien

Ted Brennan / Répondre

J’adore Reaper et ne travail plus QUE sur Reaper (ayant abandonné définitivement Logic Pro et partiellement Protools pour rester compatible avec les studios) mais c’est surtout parce que Reaper est configurable à l’infini. Les scripts, macros et autre customs actions sont des outils de paramétrages qui m’ont permis d’aboutir à un workflow très efficace et particulièrement adapté à mes routings de mixage. Cependant, il faut être honnête, de base, Reaper n’est pas « prémâché » . Beaucoup de fonctions de bases sont cachées et demandent à être mise en avant. Commencer dans l’Univers du Daw avec Reaper peut être très déroutant et laborieux, là ou cela semble hyper facile avec Studio-One ou Cubase…

Adrien Administrateur / / Répondre

Oui effectivement, le workflow est très paramétrable – une des grandes forces de Reaper.

Ted Brennan / Répondre

Il faut vraiment ne jamais avoir mixé sur Logic, puis remixé sur Protools pour dire que tous les DAWs ont le même son ! Autant la différence est minime entre Protools et Reaper (et encore) autant elle est énorme avec Logic. Essayer d’avoir un son soyeux avec Logic est difficile (voire impossible) quand on utilise des cordes virtuelles ou un ensemble orchestral. La seule chose qui est juste et que j’ai testé avant d’écrire cela, c’est qu’un fichier audio importé dans les 3 DAW que j’utile (Logic Pro, Protools, Reaper) , puis exporté simplement sans FX, sonnera de manière identique et donne une niveau 0db quad on les oppose en phase. Mais dès qu’on importe des instruments virtuels augmentés de plugins multiples et renvoyés vers des groupes avec FX puis le Master bus avec FX , (de la même manière et avec les mêmes FX sur les 3 DAW) c’est une toute autre histoire.

Adrien Administrateur / / Répondre

Est-ce que l’on parle d’un mixage en utilisant la même pan law et strictement les mêmes plugins 🙂 ?

Claude / Répondre

Bonjour
Que pensez vous de N-Track Studio 9 ? J’ai bien lu le descriptif et les possibilités, mais j’aimerai connaître l’avis d’une personne qui l’a testé.
Merci

Laissez un commentaire

Nous respectons votre vie privée : votre adresse mail ne sera pas publiée.