Craquements & Interfaces Audio : Comment Régler ces Problèmes ?

Rencontrer des problèmes de craquements, de grésillements ou de crépitements fait partie des soucis courants lorsque l’on travaille avec des interfaces audio (ou cartes son externes).

Typiquement, que ce soit lors de l’enregistrement avec un micro ou lors de l’écoute, on entend ce genre de choses :

Si vous aussi, vous rencontrez ce genre de bruits parasites avec votre carte son externe (par exemple, votre Focusrite 2i2), ne vous inquiétez pas : elle n’est pas défectueuse, mais il va falloir régler un certain nombre de choses.

Parce que oui, il existe différentes solutions possibles au problème — ou du moins différentes actions qui peuvent être menées pour annihiler ces grésillements qui sont vraiment gênants pour la MAO, l’enregistrement et le mixage.

Une interface audio avec des craquements

Dans cet article, nous allons voir en détail différentes stratégies pouvant être mises en place pour corriger ce soucis de craquements.

Plus précisément, nous allons aborder les sujets suivants :

  1. Pourquoi ai-je des craquements avec mon interface audio ?
  2. Les suspects habituels : buffer et taux d’échantillonnage
  3. Réduisez les craquements audio en mettant à jour vos logiciels
  4. Vérifiez la partie hardware
  5. Optimisez la gestion du CPU et du disque dans votre DAW
  6. Windows : quelques actions simples pour éviter les grésillements
  7. Windows : pour aller plus loin…

Pourquoi ai-je des craquements avec mon interface audio ?

Avant d’essayer de mettre en place telle ou telle action corrective ou mise à jour pour diminuer les craquements du son de votre interface audio, il est important de bien comprendre ce qui les cause.

Cela vous permettra de choisir de façon plus pertinente ce que vous allez faire pour les retirer.

Que se passe-t-il lorsque vous travaillez sur votre ordinateur avec une interface audio ?

Eh bien, nécessairement, les deux appareils communiquent entre eux — via USB par exemple : ils échangent des données concernant le signal audio qui doit être enregistré et/ou celui qui doit être lu.

Bien que vous ayez peut-être l’impression que tout a lieu en temps réel, ce n’est pas le cas : ni l’interface, ni votre ordinateur ne peuvent tout faire en même temps.

En conséquence, un certain nombre de petits blocs de mémoire appelés buffers sont utilisés pour stocker de façon temporaire les données audio — typiquement localisés au niveau de la RAM.

C’est notamment à cause de ceux-ci qu’il y aura toujours une latence entre le moment où vous jouez une note et le moment où celle-ci est enregistrée sur votre ordinateur.

Bon.

Imaginons justement que vous êtes en train d’enregistrer quelque chose (votre voix, votre guitare…) via votre interface audio et regardons de façon simplifiée ce qu’il se passe :

  1. le signal audio analogique est converti par votre interface en signal numérique ;
  2. des paquets de données (et donc de signal) sont déposées tour à tour dans un buffer ;
  3. l’ordinateur accède à ce buffer, récupère les données et les stocke sur le disque dur.

Et inversement lorsque vous êtes en train d’écouter votre production :

  1. l’ordinateur dépose un premier paquet de données dans un buffer ;
  2. ce buffer est récupéré et lu par l’interface ;
  3. l’ordinateur vient déposer un second paquet ;
  4. etc.

Que se passe-t-il si l’ordinateur n’est pas assez rapide pour récupérer ou déposer ces fragments de données ?

La réponse en audio :

Et oui, voilà les fameux craquements dans le son de votre interface audio !

Craquements qui d’ailleurs sont très visibles sur les formes d’ondes que vous avez enregistrées :

Exemple de craquements sur une interface audio

Notez par contre que la rapidité de l’ordinateur n’est pas uniquement liée à sa puissance : l’efficacité du driver, c’est-à-dire du programme qui permet justement de dérouler les processus expliqués juste au-dessus, y est pour beaucoup.

Certains constructeurs proposent des drivers très bien programmés / très efficaces, comme RME.

Chez d’autres, les drivers sont plus lents et plus sujets à des crashs : cela se traduit généralement par des grésillements ou des craquements dans le signal audio.

Les suspects habituels : buffer et taux d’échantillonnage

Si vous rencontrez des craquements avec votre carte son externe (et ce quel que soit le DAW : Cubase, Reaper, Ableton Live, Studio One…), différentes actions peuvent être mises en place pour les supprimer.

En effet, il n’est pas tolérable d’avoir ce type de crépitement lorsque vous écoutez votre production, et encore moins si vous enregistrez.

Ajustez la taille du buffer

Votre tout premier réflexe doit être d’augmenter la taille des buffers — ceux-là même dont nous parlions un peu plus haut.

Remarque : comme je le disais, il y a plusieurs buffers. Toutefois, comme un seul réglage est disponible, le terme est généralement écrit au singulier. Pour la suite de l’article, j’écrirai donc « la taille du buffer » et non pas « la taille des buffers ».

En effet, plus le buffer est petit, plus l’ordinateur va devoir être rapide. Et plus il y aura donc de craquements.

Augmenter le buffer permet donc de laisser souffler un peu votre PC ou votre Mac, au détriment par contre d’une plus grande latence.

Pour ajuster la taille du buffer, vous avez généralement deux options : via votre DAW ou via le logiciel de votre interface audio.

Via votre DAW

Lorsque vous êtes dans votre DAW (= STAN = Séquenceur), il est toujours possible d’accéder à un panneau de réglages audio communiquant avec votre interface.

Les noms exacts vont changer suivant le logiciel, mais par exemple dans Ableton Live, vous pouvez faire Options > Préférences > Audio pour accéder au panneau suivant.

Comme vous pouvez le constater, le panneau affiche notamment (zone 1) la taille du buffer, que l’on appelle aussi mémoire tampon en français :

Réglage du buffer et de la latence sur un DAW (Ableton Live)

La latence actuelle est également indiquée (zone 2).

En cliquant sur le bouton « Config Matérielle » (zone 3), la fenêtre de configuration du logiciel associé à votre interface audio s’ouvre. Vous pouvez alors ajuster la taille du buffer.

Panneau de réglage du buffer

Je vous conseille d’y aller progressivement : si votre buffer fait 64 samples et que vous avez des craquements audio, passez à 128.

Il y a encore des craquements ? Passez à 256 samples, la taille juste au-dessus.

Et ainsi de suite…

Remarque : j’ai déjà eu le cas, contre-intuitif, ou diminuer la taille du buffer permettait de réduire les problèmes du signal. C’est rare, mais certains drivers ont du mal avec les buffers de très grande taille…

A titre de référence, voici comment accéder à vos réglages d’interface sur les principaux DAWs :

DAWProcédure
Ableton LiveOptions > Préférences > Audio
Studio OneStudio One > Options > Configuration Audio > Périphérique audio
CubaseStudio > Configuration du Studio > Système Audio VST
FL StudioOptions > Audio Settings
ReaperOptions > Préférences > Audio > Device
LogicLogic Pro > Préférences > Audio
BitwigLogo Bitwig en haut de la fenêtre > Settings > Audio
Cakewalk by BandlabEdit > Preferences > Audio – Sync and Caching
Pro ToolsSetup > Playback Engine > H/W Buffer Size

Remarque : certains DAWs incluent des options permettant de réduire la latence via telle ou telle technologie.

Si vous rencontrez des problèmes de craquements / de grésillements, essayez dans un premier temps de désactiver ces options : parfois elles fonctionnent très bien, mais dans certains cas elles peuvent faire plus de mal que de bien.

Source : j’ai désactivé ces options sur Studio One et les craquements ont disparu.

Via le logiciel de votre interface audio

La plupart du temps, votre interface audio est livrée avec un logiciel, que vous avez probablement téléchargé, et qui vous permet de modifier la taille du buffer.

Généralement, c’est d’ailleurs ce logiciel qui est lancé lorsque vous réglez le buffer depuis votre DAW.

L’interface peut être plus ou moins moderne, plus ou moins complexe mais vous retrouverez toujours le réglage adéquat.

Par exemple, avec les interfaces Focusrite Scarlett, la marque propose un outil du nom de Focusrite Device Settings, qui vous permet de faire les ajustements souhaités.

Ajustez le taux d’échantillonnage

Le problème en augmentant la taille du buffer — nous l’avons dit — c’est que cela a pour conséquence d’augmenter la latence globale.

Si ça ne pose pas de problème particulier durant la lecture / le mixage, c’est tout de même plus gênant durant une phase d’enregistrement.

Sur les Focusrite Scarlett, l’option de réglage du taux d’échantillonnage est accessible directement depuis l’outil Focusrite Control

Une option simple, et directement accessible depuis le même panneau que le réglage du buffer, consiste à ajuster le taux d’échantillonnage (sampling rate en anglais).

En effet, celui-ci a un lien direct sur la latence : plus le taux d’échantillonnage est élevé, plus la latence sera basse.

Mais plus le processeur (CPU) de votre ordinateur sera sollicité.

On peut donc se dire qu’il y a un bon équilibre à trouver entre taille du buffer et taux d’échantillonnage.

Cependant, surtout si votre ordinateur n’est pas très puissant, je vous conseillerais de rester plutôt sur le taux d’échantillonnage avec lequel vous souhaitez travailler (typiquement, 44100 Hz pour la qualité CD), et de jouer simplement avec le réglage du buffer pour éviter de mettre sous contrainte votre CPU.

Et si après ces premières étapes vous entendez encore des craquements lorsque vous utilisez votre carte son externe, alors continuez à lire, il y a encore des choses que vous pouvez faire pour améliorer la performance de votre interface ! 🙂

Réduisez les craquements audio en mettant à jour vos logiciels

Un certain nombre de problèmes de craquements peuvent apparaître lorsque vos outils ne sont pas tout à fait à jour.

Mine de rien, entre la première et la dernière version d’un logiciel, il peut y avoir de grosses différences de performances.

Si jouer avec la taille du buffer ne vous a pas permis d’annihiler les grésillements de votre interface, je vous conseille de vérifier que vous avez bien fait les mises à jour de vos outils.

D’ailleurs, même sans grésillements, c’est plutôt une bonne pratique…

Le firmware de votre interface audio

Commençons par nous occuper de l’interface audio en elle-même.

En effet, celle-ci possède son propre logiciel, qui s’installe sur les circuits intégrés qu’elle contient.

On appelle cela un « firmware », et il est essentiel de s’assurer que celui-ci soit à jour.

Même si vous venez tout juste d’acheter votre interface, rien ne vous garantit que la dernière version du firmware soit bien installée.

Du coup, comment faire ?

La procédure est en règle générale plutôt simple (et est décrite dans le manuel de votre interface) :

  • soit le fabricant de votre interface a intégré une fonctionnalité de mise à jour du firmware, qui se lance automatiquement ou que vous pouvez déclencher manuellement ;
  • soit vous pouvez récupérer la dernière version du firmware directement sur le site du fabricant, comme sur l’image ci-dessous.
Téléchargement du firmware sur le site d'un fabricant de carte son

Bien souvent, la mise à jour du firmware se fait via un utilitaire très simple doté d’un simple bouton « update » :

Interface de mise à jour du firmware d'une interface audio RME
Exemple d’outil de mise à jour du firmware d’une carte son RME

Mise à jour du driver audio

99% des interfaces sont livrées avec des drivers fournis par le fabricant.

Il faut donc s’assurer d’utiliser et de maintenir ces drivers à jour pour qu’ils restent compatibles avec les nouvelles versions des systèmes d’exploitation (Windows, Mac OS…).

A nouveau, la procédure consiste à se rendre sur le site du fabricant pour télécharger la dernière version et l’installer.

Normalement, il n’est pas nécessaire de désinstaller l’ancienne version — mais vous pouvez le faire histoire de vous assurer que l’installation soit la plus propre possible.

Une remarque sur Asio4all :

Sur Windows, on lit parfois qu’en cas de grésillements, il faut utiliser le driver Asio4all.

Si vous avez épuisé toutes les autres options, pourquoi pas.

Mais la plupart du temps, c’est une fausse bonne idée : Asio4All n’est pas un vrai driver Asio, mais ce qu’on appelle un « wrapper ». Il est donc préférable d’utiliser les « vrais » drivers fournis par le fabricant de votre interface, et nécessairement adaptés à celle-ci.

Mise à jour du DAW et des plugins

Il n’y a pas que l’interface et ses drivers qui ont besoin d’être à jour !

En effet, l’ensemble de vos logiciels est susceptible de créer des problèmes de performance, qui se traduisent souvent par des craquements audio.

Assurez-vous donc d’avoir la dernière version de votre DAW et de vos plugins.

Mise à jour de l’OS

Enfin, faire une mise à jour de votre système d’exploitation peut aussi être une bonne idée.

Elle peut cependant être à double-tranchant, dans le sens où l’on a déjà vu des problèmes apparaître suite à une mise à jour de Windows, par exemple.

Ceci dit, en ce qui me concerne, mon PC tournant sous Windows est en permanence à jour, et je n’ai jamais rencontré de problème.

Vérifiez la partie hardware

La plupart du temps, les problèmes de craquements ou de crépitements avec les interfaces audio sont liés à la partie logicielle : drivers mal réglés, non mis à jour, etc.

Cependant, il est possible que certains problèmes matériels aient un impact sur le comportement de votre interface.

Voici quelques idées de choses que vous pouvez vérifier / essayer :

Le câble et l’interface

Inspectez visuellement votre câble USB et le connecteur au niveau de l’interface :

  • le câble est-il en bon état ?
  • y a-t-il de la poussière sur le connecteur ?
  • lorsque vous branchez/débranchez, est-ce que tout a l’air normal ?

Bref, vérifiez que physiquement tout a l’air normal.

Evitez les hubs USB

Aujourd’hui, surtout si vous êtes utilisateur/-trice d’un ordinateur portable, la tentation est grande d’utiliser un hub USB.

Toutefois, cela peut être tout simplement la cause de vos problèmes de craquements : en effet, les hubs vont d’une certaine manière partager le courant électrique entre plusieurs appareils.

En fonction de ce qui est branché sur votre hub, et de sa qualité, il est possible qu’il ne soit plus assez rapide pour votre interface audio.

Une solution existe avec les hubs « actifs », c’est-à-dire alimentés sur secteur. Cependant, soyez vigilant(e) avec ce type de hubs également : suivant le circuit électronique de mise à la masse, ils peuvent créer des boucles de masse (ground loops) — et donc créer d’autres types de problèmes audio (bruit de fond, ronflements…).

Bref, vous l’aurez compris : par défaut, si vous en avez la possibilité, je vous recommande de brancher votre interface audio directement sur un des ports USB de votre ordinateur.

Essayez un autre port USB

Suivant votre carte mère et la façon dont les composants de votre ordinateur sont montés, il est possible que certains ports USB soient plus efficaces/rapides que d’autres.

Il existe des outils et des techniques pour faire des mesures, mais ce n’est pas tout à fait l’objet de l’article : ceci dit, si vous rencontrez des soucis de son avec votre interface audio, je vous conseille de tester les autres ports USB de votre ordinateur.

Dans certains cas, la différence de performance peut être non négligeable.

Nettoyez votre ordinateur

On sous-estime souvent l’impact que peut avoir la poussière qui s’infiltre dans nos ordinateurs.

Pourtant, non seulement elle peut réduire la durée de vie de ceux-ci, mais elle peut aussi impacter de façon non négligeable les performances.

En effet, beaucoup de poussière = les ventilateurs ont plus de mal à refroidir le boîtier = il fait plus chaud = le processeur est potentiellement moins efficace.

Alors il ne faut pas non plus s’attendre à ce que nettoyer son ordinateur double les performances — mais le nettoyer régulièrement (une fois tous les 6 à 12 mois) me semble être une bonne pratique.

Optimisez la gestion du CPU et du disque dans votre DAW

A un moment, malgré les différentes optimisations que vous pourrez faire dans les réglages du buffer et sur votre PC, il est possible que vous rencontriez tout de même des soucis — notamment sur les sessions avec beaucoup de plugins et beaucoup de pistes.

Heureusement, différentes approches vous permettent d’économiser les ressources du système.

Geler vos pistes (ou : la fonction Freeze)

Un grand nombre de DAWs intègrent ce que l’on appelle une fonction de gel des pistes ou freeze en anglais.

Celle-ci est conçue précisément pour soulager votre ordinateur, et donc éviter les craquements, les pops, les grésillements que vous pourriez avoir.

En effet, lorsque l’on gèle une piste, celle-ci est exportée sur le disque dur dans un format audio.

Gel ou Freeze d'une piste audio
Geler une piste permet notamment de soulager l’ordinateur lorsque de nombreux plugins sont utilisés, comme sur cet exemple

C’est-à-dire qu’au lieu d’avoir une piste avec tous vos plugins d’effets ou d’instruments virtuels, vous vous retrouvez avec une piste audio classique — beaucoup moins nécessiteuse de ressources CPU ou RAM.

Et bien entendu, le processus est conçu pour être temporaire et réversible : vous pouvez dégeler une piste à tout moment pour y apporter des modifications.

Ajustez les paramètres de vos plugins

Ensuite, directement au niveau des plugins que vous utilisez, certains réglages sont susceptibles de demander beaucoup plus de puissance de calcul.

Commencez bien sûr par désactiver ou retirer les plugins non utilisés, s’il y en a.

Ensuite, regardez si certains de vos plugins ont une option d’oversampling qui serait activée.

L’oversampling, c’est une technique d’échantillonnage utilisée lors de la programmation des plugins pour éviter les phénomènes d’aliasing.

Si c’est indispensable dans bien des cas pour avoir un son de qualité (je pense notamment aux distorsions et simulations d’amplis), ce genre d’algorithme peut être très très gourmand en ressources.

Par exemple, avec l’excellente simu d’ampli Euphoria de Mercuriall :

  • sans oversampling, je suis à 10% d’utilisation du processeur ;
  • avec un oversampling 8x, je passe à 29% !
Oversampling sur une simulation d'ampli
Les simulations d’amplis peuvent être gourmandes en ressources

Je vous conseille donc, lorsque vous travaillez et seulement bien sûr si vous entendez des craquements, de désactiver l’oversampling sur vos plugins.

Par contre, n’oubliez pas de le réactiver lors de l’export pour profiter de cette fonctionnalité et optimiser la qualité du son !

Windows : quelques actions simples pour éviter les grésillements

Pour les utilisateurs de Windows a minima, certaines actions complètement indépendantes du DAW peuvent être effectuées pour optimiser les performances de l’ordinateur et donc pouvoir allouer plus de ressources au traitement audio.

Fermez les autres programmes

Si vous avez des problèmes de craquements, il est indispensable de commencer par fermer tous les logiciels qui pourraient tourner en arrière plan.

Fermez toutes les fenêtres ouvertes, mais vérifiez aussi parmi les icônes en bas à droite de votre écran que vous n’avez pas de logiciel qui serait lancé pour rien :

  • Applications gaming type Steam, Epic Games…
  • Applications cloud type OneDrive, Google Drive (n’oubliez pas de les réactiver après votre session de MAO par contre)

Désactivez les effets visuels

Assurez-vous de désactiver tous les effets visuels qui pourraient être générés par votre ordinateur.

Typiquement, sur Windows 10, il est conseillé de désactiver les effets de transparence des fenêtres.

Pour ce faire :

  1. Faites un Clic Droit sur votre bureau et choisissez l’option Personnaliser.
  2. Allez dans l’onglet Couleurs
  3. Décochez la case Effets de Transparence
Réglages d'effets de transparence sur Windows 10

Si vous en utilisez, retirez également tous les widgets / modules s’affichant sur votre bureau.

Désactivez le wifi et le bluetooth

Dans de nombreux studios, le ou les PC utilisés pour l’enregistrement ne sont pas connectés à Internet.

Cela permet d’éviter potentiellement certains virus, mais ça présente également l’avantage de maximiser la stabilité du système.

En effet, tout ce qui est wifi et bluetooth consomme nécessairement une partie des ressources de l’ordinateur.

Hors, dans la plupart des cas, nous n’avons pas besoin d’aller sur le web lorsque nous travaillons sur nos morceaux (non, la pause Facebook n’est pas une bonne excuse 😀 ).

Si vous rencontrez des problèmes de craquements, essayez donc de désactiver temporairement ces deux fonctionnalités.

Sur Windows 10, une façon simple de faire cela est d’activer le mode avion.

Ajustez les options d’alimentation

Surtout si vous êtes sur ordinateur portable, il est essentiel de vérifier que les options d’alimentation réglées par défaut sur votre ordinateur ne viennent pas baisser les performances de celui-ci.

Rendez-vous dans le Panneau de Configuration, affichez la liste complète des icônes au lieu des catégories (sélecteur en haut à droite de la fenêtre) et cliquez sur Options d’Alimentation.

Options d'alimentation sous Windows

Une fenêtre va apparaître, avec une liste de modes de gestion de l’alimentation.

Que ce soit pour produire, enregistrer ou mixer un morceau, vous avez besoin d’avoir un maximum de ressources disponibles.

De fait, il convient alors de s’assurer que le mode Performances élevées soit sélectionné :

Mode de gestion d'alimentation "Performances élevées" sous Windows

Cliquez ensuite sur Modifier les paramètres du mode et réglez sur Jamais les deux paramètres qui s’affichent (Eteindre l’écran et Mettre l’ordinateur en veille) :

Réglages de performances d'alimentation

Ensuite, vous pouvez aller encore plus loin en réglant les paramètres avancés (Modifier les paramètres d’alimentation avancés) :

  • Gestion de l’alimentation du processeur : assurez-vous que tous les réglages soient à 100%
  • Disque dur : réglez sur « jamais » l’option d’arrêt du disque
  • Paramètres USB : désactivez la suspension sélective

Quelques autres idées…

Voici quelques autres actions simples que vous pouvez faire :

  • défragmentez vos disques dur, sauf bien sûr s’il s’agit de SSDs ;
  • désactivez les sons systèmes ;
  • désactivez votre antivirus (si bien sûr votre ordinateur est totalement isolé du reste du monde).

Windows : pour aller plus loin…

Pour les utilisateurs avancés qui n’ont pas peur de la technique (et même pour les autres tant qu’ils suivent la bonne méthode 🙂 ), il est possible d’optimiser encore plus son PC pour éviter les craquements audio.

Remarque : les manipulations proposées ci-dessous ne sont pas nécessairement compliquées, mais il y a potentiellement un risque de nuire aux systèmes installés ou au bon fonctionnement de l’ordinateur.

Ne les réalisez que si vous comprenez bien ce que vous faites : Projet Home Studio ne saurait bien sûr être tenu responsable de problèmes survenus suite à ces manipulations.

De la même façon, notamment en cas de problèmes, je ne pourrai pas vous assister pour le corriger.

Passez en revue les applications qui se lancent au démarrage

Lorsque vous allumez votre ordinateur et que Windows démarre, un certain nombre d’applications sont automatiquement lancées.

Outre le fait que cela impacte le temps mis par le PC pour démarrer, le simple fait que ces logiciels soient lancés implique qu’ils vont utiliser une partie de vos ressources systèmes.

Bien entendu, certaines sont très utiles — mais d’autres n’ont pas nécessairement besoin d’être lancées de façon systématique.

Désactivez le démarrage automatique des applications non indispensables

Sur Windows 10, la façon la plus simple de vérifier quelles sont ces fameuses applications est de suivre la procédure suivante :

  1. Cliquez sur le bouton Démarrer
  2. Cliquez sur l’icône d’engrenage (Paramètres)
  3. Cliquez sur Applications puis sur Démarrage

Désactivez ensuite les applications qui, pour vous, n’ont pas besoin de se lancer au démarrage. En cas de doute sur l’utilité d’une application, n’hésitez pas à chercher son nom sur Google.

Mettez à jour vos drivers USB

C’est une bonne pratique que de s’assurer que l’ensemble des drivers de votre système soient bien à jour.

En particulier, à partir du moment où vous branchez votre interface audio sur un port USB, il est utile de vérifier que les drivers USB soient à jour.

Plusieurs façons de faire sont possibles.

Option 1 : via le gestionnaire de périphériques

  1. Cliquez sur le bouton Démarrer
  2. Tapez Gestionnaire de Périphériques
  3. Lancez l’application du même nom qui s’affiche
  4. Trouvez et déployez la catégorie Contrôleurs de bus USB
  5. Sur chaque ligne :
    • faites un clic droit et choisissez Mettre à jour le pilote
    • suivez la procédure qui s’affiche en sélectionnant l’option de recherche automatique
Mise à jour des drivers USB

Option 2 : via le constructeur

Une autre approche consiste à se rendre sur le site du constructeur de l’ordinateur si vous l’avez acheté déjà monté, ou bien sur le site du fabricant de la carte mère si vous l’avez montée vous même.

Comme ça, vous serez sûr(e) d’aller à la source en obtenant les derniers drivers existants.

Mettez à jour le BIOS

Le BIOS, c’est un ensemble de fonctions stockées au niveau de la carte mère, et qui assurent son fonctionnement basique.

Une partie de ces fonctions concernent les ports USB de votre machine.

Généralement, il n’est pas indispensable de mettre à jour le BIOS — cela peut parfois créer plus de problèmes que ça n’en solutionne, surtout si la mise à jour est mal faite.

Toutefois, si vous rencontrez des problèmes de craquements avec votre carte son externe branchée en USB, cela peut valoir le coup de vérifier si une mise à jour du BIOS n’est pas disponible sur le site du constructeur de l’ordinateur ou bien du fabricant de la carte mère.

Et si c’est le cas, vérifiez avant d’installer que la nouvelle version apporte bien des corrections relatives aux ports USB.

LatencyMon : l’outil ultime contre les craquements en MAO ?

Et maintenant, je vous ai gardé le meilleur pour la fin, puisqu’il existe un logiciel permettant de vérifier si votre ordinateur est apte au traitement de l’audio en temps réel — et donc à la MAO, à l’enregistrement et au mixage.

Il s’agit de LatencyMon, un utilitaire de chez Resplendence.

Installez LatencyMon

Il existe une version gratuite et une version payante de LatencyMon.

Objectivement, la version gratuite sera largement suffisante dans la plupart des cas, puisqu’elle fournit déjà de précieuses informations.

Rendez-vous donc sur cette page regroupant les logiciels de la marque, trouvez LatencyMon dans la liste et cliquez sur « Download Free Home Edition ».

Installez le programme comme n’importe quel logiciel Windows.

Lancez votre premier test

Le principe de fonctionnement de LatencyMon est plutôt simple :

  1. Lancez le logiciel
  2. Cliquez sur le symbole de flèche verte fluo (« Start Monitor »)
  3. Attendez un peu que l’analyse ait lieu
  4. Cliquez sur le symbole de carré rouge pour arrêter l’analyse
  5. Regardez les résultats dans les différents onglets.

Je vous conseille de faire deux tests, dans les deux cas juste après le démarrage de l’ordinateur :

  • un premier, « à vide », sans avoir lancé aucune application manuellement ;
  • un second, avec cette fois votre DAW ouvert et qui joue un de vos morceaux.

En théorie, le second test vous permettra de confirmer les résultats obtenus avec le premier.

Assurez-vous aussi de laisser un maximum de temps pour que l’analyse soit la plus précise possible : au moins 5 minutes, mais n’hésitez pas à laisser le logiciel tourner un petit quart d’heure.

Le rapport synthétique

Une fois l’analyse effectuée, commencez par consulter l’onglet « Main ».

Celui-ci vous propose un résumé synthétique de ce qui a été mesuré, ainsi qu’une phrase de conclusion.

Celle-ci peut-être rouge, et vous indiquer que certaines choses ne vont pas — ou bien être verte comme sur la capture d’écran ci-dessous et vous indiquer que tout va bien.

Le rapport de l'outil LatencyMon

Grosso-modo, cette conclusion est basée sur les quatre temps d’exécutions de ce qu’on appelle les routines DPC et ISR :

  • si elles sont inférieures à 2 millisecondes (2000 µs), le logiciel considérera que tout va bien, et que votre PC pourra gérer l’audio en temps réel ;
  • entre 2 et 4 millisecondes, le logiciel considérera qu’il y a un doute ;
  • et au-dessus de 4 millisecondes, il vous indiquera qu’il y a un gros problème.

Remarque : il y a la théorie, et la vraie vie. Il est possible que LatencyMon vous donne un résultat positif (donc, en vert) alors que vous entendez des craquements. Continuez de lire si c’est le cas, ce qui va suivre vous concernera aussi.

Corrigez les durées DPC et ISR élevées

Les DPC et ISR sont des routines susceptibles de s’exécuter à n’importe quel moment, et potentiellement sur le même processeur que celui sur lequel le signal audio est géré — ce qui peut donc créer des microcoupures dans le son.

Il est donc important que ces durées soient les plus faibles possibles.

Pour regarder ce qui génère ces latences, rendez-vous dans l’onglet « Drivers » de LatencyMon et classez le tableau en cliquant sur la colonne « DPC » ou la colonne « ISR ».

Repérez ensuite les drivers responsables des durées DPC et ISR les plus élevées.

Latence des drivers

Si par exemple LatencyMon vous indique que les drivers tcpip.sys ou ndis.sys génèrent des latences DPC / ISR importantes, cela veut dire que vos drivers réseaux sont coupables. Essayez de désactiver les périphériques correspondants (cf. l’explication sur le Gestionnaire de Périphériques un peu plus haut dans l’article) puis refaites une mesure.

Si vous ne savez pas à quoi correspondent les noms d’un driver, une recherche du nom et/ou de la description du driver sur Google devrait vous apporter la réponse.

Attention à ne pas désactiver quelque chose dont vous ne comprenez pas l’utilité !

Remarque : au lieu ou en complément de l’analyse des durées DPC/ISR, vous pouvez aussi regarder les drivers qui ont généré des temps d’exécution importants, une information disponible sur le même onglet.

Essayez d’éviter les pagefaults

Un hard pagefault a lieu lorsqu’une application fait appel à une mémoire virtuelle stockée sur le disque et non pas au niveau la RAM.

Vous l’aurez compris, ces évènements sont eux aussi susceptibles de générer des grésillements ou craquements dans le signal audio de votre interface.

Cliquez sur l’onglet « Processes » et classez le tableau en cliquant sur la colonne « Hard pagefaults ».

Les pagefaults sur LatencyMon

Je vous conseille de jeter d’abord un œil sur les applications avec beaucoup de hard pagefaults : certaines n’ont peut-être pas lieu de s’être exécuté (par exemple, un antivirus qui scanne votre disque dur lorsque vous faites de la MAO…).

Toutefois, le plus important est plutôt de rechercher vos applications audio pour voir si elles ont été impactées par des pagefaults.

Si c’est le cas, deux principales actions sont à recommander :

  • Fermez les applications qui utilisent beaucoup de RAM ;
  • Augmentez la RAM dans votre système.

En conclusion

Voilà, nous arrivons à la fin de cet article — qui j’espère vous aura aidé à résoudre vos problèmes de craquements.

N’hésitez pas à poser vos questions en commentaires si vous avez besoin de précisions sur certains éléments.

Continuez à lire avec ma sélection des meilleures interfaces pour le home studio.

Commentaires (26)

Laisser un commentaire

Yann DANIEL Membre / / Répondre

Excellent article Adrien !
J’ai moi-même été récemment confronté à des problèmes de craquements et c’est grâce à LatencyMon que j’ai trouvé ce qui ne fonctionnait pas bien (en l’occurrence la fonctionnalité Momentum Cache de mon SSD Crucial P1 nvme qui explosait la latence).
Depuis c’est bcp mieux au niveau craquements même s’il me reste un ACPI.sys qui reste haut sans trouver pkoi…)
Bref, je réitère : super article !

jan lesvesque / Répondre

merci Adrien grâce à toi j ai réglé le problème de friture de studio one qui me causait bien du souci depuis des années avec certains plugins isotope et output. Je te suis reconnaissant et je suis content de te connaitre.

Bernard Delhomme / Répondre

Super travail d’investigation et de pistes à explorer !
Je te remercie et te félicite pour tout ce travail (énorme!) que tu nous mets à disposition.
Pour des questions de commodité de lecture et mise en oeuvre, est-il possible d’avoir tes articles à télécharger en PDF ?
Bonne journée et porte-toi bien.
Bernard

Adrien Administrateur / / Répondre

Merci beaucoup pour ce retour !
Je note pour la demande d’avoir les articles en PDF, il faudrait que je regarde comment faire.
Adrien

Niskens / Répondre

Merci beaucoup Adrien pour tous ces conseils précieux.
j’ai envoyé le lien de ton site à un ami musicien à qui j’ai offert un micro de studio (RODE NT1).
il a adoré ton article ainsi que ton site.
AMitiés.
Niskens

Adrien Administrateur / / Répondre

Avec plaisir – et merci beaucoup d’avoir partagé le site à ton ami !
Adrien

Manuel Rodrigues / Répondre

Salut Adrien…je suis le Rode Nt1 ci-dessus ahahah
Merci et bravo pour tous ces bons conseils..à garder précieusement sous le coude..carrément!!
Mon ami Niskens..mille mercis pour tous les bons tuyaux…Uggy!!
Je te souhaite bon vent Adrien..peace.
Keros.

Phil / Répondre

Un très bon article, qui pousse l’analyse bien au delà de ce qu’on peut imaginer. Une vraie démarche de Pro! Merci Adrien

Adrien Administrateur / / Répondre

Merci beaucoup pour ce retour encourageant 🙂

Thibault / Répondre

Bonjour Adrien , merci pour cet article , j’ai ce problème que je n’arrivais pas à résoudre et je n’ai pas trouvé d’article traitant ce sujet avant le tien ( en français ) . Super !

Sanjiva / Répondre

Bonjour Adrien malgré toute tes astuces j’ai changer plusieurs fois de carte son en pensant que c’était eux le problème, mais le problème viens de mon ordi lors d’une écoute sur youtube par exemple, ma carte grésille sauf si je met l’échantillonnage en 192000hz

Adrien Administrateur / / Répondre

Peut-être faut-il aligner la fréquence d’échantillonnage paramétrée pour la lecture Windows ? (dans le panneau de configuration > Sons)

MrWalsh / Répondre

Bonjour à tous !!
Encore une fois un travail de fourmis pour nous fournir un dossier extrêmement détaillé !! Bravo !!
J’ai toutefois une question concernant les phénomène de craquements, mais je ne sais pas si ce problème est adapté au sujet.
Lorsque j’enregistre une piste de guitare par exemple (Cubase), le son est claire, propre sans grésillement. En revanche lorsque je découpe les parties que je souhaiterai garder, structurer, repositionner, j’entends des craquements au tout début de la partie découpée.
Pas sûr que ce problème vienne de la partie logiciel ou performance PC puisque je ne rencontre pas ce problème pour les instruments numériques, ou MIDI.
Quelqu’un a t-il déjà rencontré ce problème ?
Merci par avance et à bientôt pour de nouvelles aventures musicales !!!

Adrien Administrateur / / Répondre

Bonjour,
Merci beaucoup !
Effectivement ces craquements sont un autre type de problème, beaucoup moins compliqué à gérer : lorsque l’on coupe une piste audio, on va créer un « saut » entre un sample à 0 (les parties où il n’y a pas de son) et un sample avec une valeur positive ou négative. C’est ce qui génère le pop. Pour résoudre le problème, il suffit d’ajouter des fondus en début et fin de chaque fragment audio.
Adrien

Anthony Piedagniel / Répondre

Salut adrien
Pour ma part je n’ai pas de problème de craquement lié au cpu car récemment investi dans un pc fixe avec le processeur i7 qui va bien … mais depuis que j’ai installe ma presonus 24c a mon nouveau pc j’ai des bruits strident plutôt à un problème de grésillement et interférence electrique… le son qui sort de mon monitoring est intenables… le son qui sort est ressemblant à un son de signal audio avec des gresillements qui semble être l’activité du Pc… ce n’est pas une interférence à cause d’un volet roulant électrique ou signal radio dans la pièce…
J’ai donc essayé avec mon ancienne carte son komplete audio2 pareil toujours ces bruits qui sort du monitoring
J’ai changé les câbles.. pareil
J’ai changé de ports usb … pareil
J’ai débranché les éléments du pc, ecran, ventilos etc … pareil
J’ai branché ma presonus 24c sur un autre Pc fixe chez un pote … pareil
J’ai désinstallé ma carte son presonus 24c et réinstallé… pareil
J’ai branché mes équipements à des prises différentes… pareil
J’ai changé de boitier d’alimentation du pc … pareil
J’ai branché ma carte son komplete audio 2 à mon ancien pc portable et la Aucun problème
Je suis donc sur que le probleme vient de mon nouveau pc et/ou de ma carte son 24c…
je viens d’investir 1200e dans un Pc qui a des bruits parasites … je suis complètement a bout et j’ai vraiment besoin de votre aide svp
D’après vous qu’est-ce que ça peut-être ?
Merci de votre aide

Adrien Administrateur / / Répondre

Hello,
Difficile de deviner bien sûr, mais quelques idées :

  • éloigner le PC des enceintes si ce n’est pas déjà le cas
  • vérifier si les enceintes sont bien câblées avec des câbles symétriques
  • plus compliqué et sans garantie : changer d’enceintes
  • essayer de retirer temporairement la carte graphique s’il y en a une
  • y’a-t-il des disques durs dans le PC ? ou bien full SSD ?

Adrien

Laissez un commentaire

Nous respectons votre vie privée : votre adresse mail ne sera pas publiée.