TritonAudio FetHead : Le Test Complet

9.7/ 10

Qualité sonore - 9.5

Fonctionnalités / Fabrication - 9.5

Rapport Qualité/Prix - 10

Voir le prix sur
Thomann - Amazon

POUR
Le gain très propre à transistors JFET, la facilité d'utilisation, la taille, la qualité du son

CONTRE
La réduction du bruit de fond un peu dépendante de l'interface ou du préampli avec lequel le FetHead est utilisé

Dans le monde des préamplis de studio, on retrouve bien sûr les fameux gros préamplis au format rack et aux nombreux réglages, mais on retrouve aussi le FetHead de TritonAudio.

La taille est réduite, le gain insuffisant pour amplifier à lui seul un microphone…

…pourtant, il s’agit sans aucun doute de l’un des outils les plus efficaces que vous puissiez ajouter à votre (home) studio.

De quoi s’agit-il ? Comment le FetHead fonctionne-t-il ? Et surtout, comment est-ce que ça sonne ?

Toutes les réponses, dans cet article ! 🙂

Le FetHead de TritonAudio

Le concept du FetHead

Dans bien des home studios, les seuls préamplis utilisés sont ceux intégrés au sein d’une interface audio qui tend à être le point central du studio.

Pourtant, ils ne sont pas toujours parfaits. Surtout sur les modèles entrée de gamme, mais pas seulement.

En particulier, ils manquent parfois de gain.

Je pense notamment aux interfaces Scarlett de chez Focusrite, qui ne fournissent en moyenne qu’une amplification d’une cinquantaine de décibels.

Ce qui, bien sûr, pose problème pour amplifier correctement le signal de nombreux microphones dynamiques comme les SM57 ou SM7B (pourtant incontournables en studio) ainsi que des microphones à ruban.

Résultat : on est obligé de pousser le préampli au maximum ou presque pour avoir un signal à peine correct, ce qui a pour conséquence :

  • d’augmenter le niveau du bruit généré par le préampli ;
  • et de colorer le son d’une façon pas toujours appréciée.

Le FetHead de TritonAudio a donc pour objectif d’apporter une solution à ce problème majeur de gain staging.

Il agit en effet comme un préampli fournissant +27 dB de gain, grâce à un circuit d’amplification basé sur 4 transistors JFET appairés.

L’avantage c’est que pour le coup, le bruit de fond est extrêmement bas.

En le positionnant entre votre microphone et le préampli, par exemple, de votre interface, le FetHead fournira donc une grande partie du gain, sans bruit, ce qui permettra de solliciter un peu moins le préampli arrivant après. Et donc d’avoir un signal plus propre !

A noter également : l’impédance d’entrée très élevée du FetHead (22 kOhms) aura tendance à améliorer le son, que vous l’utilisiez avec un microphone dynamique ou à ruban.

Un FetHead branché sur un microphone dynamique

Fabrication et Utilisation

Fabriqué aux Pays-Bas, le FetHead surprend un peu par sa taille : il ne mesure en effet que huit centimètres de haut, ce qui le rend pratique à emporter, déplacer ou stocker.

Globalement, la fabrication semble très solide. Je n’essaierais pas nécessairement de le jeter par terre, mais l’ensemble est bien conçu et s’avère fiable à l’utilisation.

Utilisation qui est on ne peut plus simple, d’ailleurs :

  1. Vous branchez votre FetHead sur votre microphone ;
  2. Vous reliez celui-ci via un câble XLR à votre préampli / interface ;
  3. Pour que le tout fonctionne, il suffit alors d’activer l’alimentation phantom, et le tour est joué.

La topologie du circuit électrique est bien pensée, puisque le FetHead va empêcher l’alimentation phantom de passer

Autrement dit, il va protéger votre microphone d’une éventuelle activation par erreur de ces fameux +48 volts, ce qui peut facilement endommager les microphones à ruban (les micros dynamiques sont généralement moins sensibles).

Si par contre vous cherchez un modèle laissant passer ce courant électrique, alors je vous conseille de jeter un œil au FetHead Phantom de la même marque, un modèle alternatif (un article test de ce modèle arrivera bientôt 😉 ).

Une amplification utile et de qualité

J’ai effectué un certain nombre de tests du FetHead avec une interface audio Focusrite Scarlett 18i8, en simulant différentes conditions d’enregistrement.

Clairement, l’utilisation du FetHead prend tout son sens lorsque vous manquez de gain et/ou que, malheureusement, les préamplis de votre carte son sont bruyants lorsqu’ils sont poussés à fond.

Sur ma 18i8, entre un enregistrement avec FetHead et le gain au minimum et un enregistrement sans FetHead mais avec le gain au maximum, j’ai pu noter au moins 5 dB de moins de bruit de fond, ce qui n’est pas négligeable.

Je m’attendais à un effet plus marqué, mais il semblerait que la qualité de l’alimentation phantom fournie par l’interface puisse influer sur les propriétés des transistors JFETs intégrés. Et donc, sur la capacité du FetHead à minimiser le bruit.

Ecoutez cet exemple avec ces deux enregistrements de voix simples (le gain a été ajusté pour une comparaison plus équitable) :

Le premier sample a été effectué avec un SM57 branché directement sur la Focusrite, tandis que le second a été effectué avec un FetHead ajouté entre le microphone et l’interface.

Tout d’abord, vous pouvez entendre que le bruit de fond est nettement plus faible dans l’enregistrement avec le FetHead. Quant au bruit de fond de la pièce, il est presque étonnamment moins présent avec le FetHead : le son est plus précis, plus contrôlé.

Notez également les subtiles variations de tonalité apportées par le préampli en raison de son impédance d’entrée élevée : le son a gagné légèrement en densité, et on peut entendre un petit soulèvement des aigus.

Ces derniers points sont un peu plus évidents sur ce deuxième exemple audio, cette fois-ci repiqué sur un ampli guitare (Marshall 8240) — toujours avec le même Shure SM57 :

Sans être le jour et la nuit, on peut très bien entendre que l’enregistrement utilisant le préampli de TritonAudio est plus clair : le FetHead apporte une précision appréciable au son, qui était autrement masquée par les préamplis de qualité moyenne de l’interface audio.

Le léger boost sur les aigus est également plus audible, ce qui tend à donner à l’enregistrement un effet plus « pro », en tous cas un peu plus moderne.

En Conclusion

Pour moi, la conclusion de ce test est très claire : si vous rencontrez des problèmes de gain, notamment avec des micros dynamiques ou à ruban, ou bien que vos préamplis sont trop bruyants dès que vous les poussez un petit peu, alors votre studio bénéficiera clairement d’un (ou plusieurs) FetHead.

Même si vous avez des préamplis haut de gamme, d’ailleurs : certains préamplis sont susceptibles de générer beaucoup de bruit de fond suivant les conditions d’enregistrement.

Bref, de taille réduite et facile à utiliser, le FetHead de TritonAudio s’avère être un préampli accessible et extrêmement intéressant pour améliorer la qualité de vos enregistrements, en studio ou en home studio.

4 thoughts on “TritonAudio FetHead : Le Test Complet

  1. Jean Pierre Kelly Réponse

    merci et encore bravo pour ce test je trouve aussi que c est un super produit j en possède 3 sur sm7 plus de gain que son rival le CLOUD MICROPHONES CLOUDLIFTER CL-1 et plus facile pour la mise en place

    • Adrien Auteur ArticleRéponse

      Merci 🙂 ! Le FetHead est effectivement super pratique à mettre en place !

Laisser un commentaire