6 Techniques pour des Simulations d’Ampli Plus Réalistes

Obtenir un bon son d’une simulation d’ampli guitare n’est pas toujours facile — il faut bien l’avouer.

C’est sans doute ce qui fait dire à beaucoup de gens qu’il vaut mieux investir dans un vrai ampli plutôt que de perdre du temps avec des logiciels.

Pourtant, cela nécessite d’avoir une pièce avec une bonne acoustique et des microphones adaptés à l’enregistrement de guitare électrique – ce qui n’est pas à la portée de tout le monde en termes de budget.

Ceci dit, il est vrai que même avec un très bon plugin de simulation d’ampli, le son peut présenter différents types de défauts :

  • trop de basses ;
  • trop en retrait dans le mix ;
  • pas assez réaliste, un peu « numérique » ;
  • pas assez de cohésion ou de précision.

…sauf si on utilise les bonnes techniques de mixage. 🙂

Et dans ce cas, vos pistes de guitare peuvent sonner comme s’il s’agissait de vrais amplis.

Voici donc une sélection de quelques astuces que j’utilise régulièrement et qui vous aideront à rendre vos guitares électriques plus réalistes.

Un amplificateur guitare

Utilisez de meilleures impulsions

Lorsqu’on enregistre une guitare, 50% du son au moins dépend du baffle utilisée (cabinet en anglais).

Par exemple, vous n’aurez pas le même son sur un baffle 1×12 de chez Fender ou un 4×12 de chez Marshall ou Orange.

Si jamais vous n’êtes pas convaincu(e), voici un rapide exemple sonore :

Choisir une bonne simulation de baffle est donc aussi important que de choisir un bon plugin d’ampli, car cela va conditionner votre son.

Les plugins utilisent ce qu’on appelle des impulsions, ou IRs ou encore impulse responses. Il s’agit tout simplement d’enregistrements de signaux spécifiques passant à travers un baffle et captés avec un microphone donné.

Si vous utilisez une impulsion bas de gamme, vous aurez beau appliquer tous les effets que vous voudrez : vous n’obtiendrez jamais un son « pro ».

Prenez donc le temps de sélectionner une impulsion de baffle de qualité, qui corresponde à la tonalité que vous recherchez.

Mélangez micros et impulsions

Bien souvent, on se rend compte que le son d’un seul baffle enregistrée avec un seul micro ne suffit pas. Il est trop chaud, trop aigu, pas assez équilibré, etc.

D’ailleurs, c’est le cas pour les « vrais » baffles aussi bien que pour les simulations utilisant des impulsions.

Une solution possible est alors de mélanger deux impulsions dont le son serait complémentaire. Par exemple, une impulsion enregistrée avec un microphone dynamique, très proche du haut-parleur, et une autre enregistrée avec un microphone à ruban de façon plus distante.

En les combinant, vous obtiendrez un son plus riche, plus construit. Plus profond.

Ainsi, vous pouvez faire varier, en fonction des impulsions à votre disposition :

  • le baffle en elle-même ;
  • le type de haut-parleur ;
  • le microphone utilisé ;
  • la position du microphone par rapport au cône du haut-parleur.

Attention : si vous mélangez deux impulsions, assurez-vous que celles-ci soient bien en phase, autrement vous risquez de constater un manque de puissance et perdre le bénéfice du mélange de deux IRs.

Ajustez le gain staging

Les simulations d’ampli ne réagissent pas de la même manière suivant le niveau d’entrée du son.

Typiquement, plus le signal est fort, plus la distorsion sera marquée puisque le circuit virtuel sature plus rapidement. Autrement dit, les lampes ou les transistors simulés par le plugin sont plus sollicités.

Assurez-vous donc de bien régler vos niveaux dès le départ — ça fait partie de ce qu’on appelle le gain staging.

A noter que de nombreux plugins proposent pour ce faire des réglages de niveau d’input et output.

Utilisez un overdrive

Une pédale de Tube Screamer virtuelle
Un plugin d’overdrive de Mercuriall émulant une Ibanez TS808

Dans la même idée : on a régulièrement besoin d’avoir un son plus tranchant et plus cohérent que celui que peut apporter un ampli seul.

C’est notamment le cas pour tout ce qui est rock/hard rock/métal, où un son précis est de mise pour que la guitare trouve sa place dans un mix déjà complexe.

Les guitaristes utilisent alors un overdrive (tel que la Tube Screamer d’Ibanez) pour booster leur niveau sonore et faire saturer leur amplificateur plus rapidement.

La même technique peut bien sûr être appliquée dans votre DAW : insérez un plugin simulant une pédale d’overdrive (comme la TSC de Mercuriall, gratuite) avant votre simulation d’ampli.

Vous sentirez alors votre ampli prendre vie et devenir plus incisif ! 🙂

Utilisez un EQ

Pour obtenir un son réaliste d’ampli guitare en utilisant des plugins, il est important de prendre le temps d’égaliser correctement ses pistes.

Commencez déjà par couper un peu de basses en utilisant un filtre passe-haut : c’est le rôle de la guitare basse que d’être présente sur ces fréquences.

Atténuez ensuite le fizz, ce grésillement aigu que génèrent parfois les amplis, avec un passe-bas ou encore un filtre high-shelf.

Enfin, si vous constatez des résonances particulières dans votre son qui vous semblent gênantes, n’hésitez pas à les minimiser via une égalisation chirurgicale, centrée sur les fréquences posant problème.

Avec ces manipulations, vous allez gagner en clarté et votre guitare aura un son plus naturel.

Ajoutez de la saturation

L'interface de Tapedesk d'OverloudSurprenant comme conseil, non ?

Ajouter de la saturation à un ampli qui sature déjà ?

Pourtant, si c’est fait de façon subtile, cela peut rendre votre son nettement plus réaliste.

En effet, si les simulations d’ampli sont parfois considérées comme peu réalistes, c’est peut-être parce qu’elles ne sont pas toujours exhaustives. Ainsi, certaines ne font qu’émuler l’étage de préamplification des amplis, et pas la partie amplificateur de puissance.

En conséquence, leur ajouter un peu de saturation est parfaitement logique.

Utilisez par exemple une saturation à bande magnétique telle que Tapedesk d’Overloud ou bien l’un des nombreux autres plugins de saturation existant.

Vous allez voir, cette méthode apportera vraiment une nouvelle dimension à votre son et à vos mixages.

Et vous ?

Quelles sont vos astuces pour améliorer vos simulations d’ampli guitare ?

Laissez un commentaire en-dessous pour les partager. 🙂

8 thoughts on “6 Techniques pour des Simulations d’Ampli Plus Réalistes

  1. Florian Baudot Réponse

    hey’ , moi j’utilise une console ( premp à lampe , compresseur et EQ ) avant de rentré d’attaquer la carte son et les simulations qui s’en suivent , avec des réglages assez transparent mais apportant un réel plus , mon signal ‘ clean ‘ est donc déjà traiter de manière analogique , gain d’épaisseur et de dynamique (comme si je passait par une ts9 très light’) . Lors du mixage , cela minimise les retouches avec diverses plug’ et apporte une vrai chaleur =)

    • Adrien Auteur ArticleRéponse

      Bonjour,
      Merci pour ton commentaire 🙂
      Oui c’est une bonne idée également. Là pour l’article je me suis concentré sur les solutions « in the box » comme on dit, en considérant uniquement le traitement avec des plugins, mais effectivement avoir une entrée avec un processing analogique dès le départ peut être une très bonne option !
      – Adrien

  2. Bruno L'Espérance Réponse

    La raison pourquoi je n’utilise pas les amplis virtuels est surtout que je trouve ça très difficile de reproduire un son. Mais j’ai encore de la difficulté à chercher le son que j’ai besoin.

    • Adrien Auteur ArticleRéponse

      Tu veux dire reproduire un son de guitare d’un groupe connu, par exemple ?
      – Adrien

  3. Florent Réponse

    Je branche ma guitare ou basse sur ma table 03d j equalize le clean et je lui rajoute (de ma table) un effect reverb et un chorus par exemple Du coup J ai travaillé mes entrées et lorsque je branche la guitar rig J obtiens de la profondeur dans mon sons et plus de relief.

    • Adrien Auteur ArticleRéponse

      Merci pour ce commentaire 🙂
      Je pense que tu devrais essayer d’ajouter la réverbe/chorus plutôt dans ton DAW, après Guitar Rig plutôt qu’avant. Sauf si justement en ajustant les entrées/sorties tu peux ajouter l’effet après 🙂

  4. Yann Réponse

    De mon côté, le seul ampli virtuel qui m’a convaincu est le S-Gear… la reverb, par contre, n’est pas terrible. Je branche ma guitare directement dans ma Babyface Pro.

    • Adrien Auteur ArticleRéponse

      S-Gear est bien – j’aime bien aussi ce que font Mercuriall et Kazrog 🙂
      Pour la réverbe, je te conseille de passer plutôt par des plugins dédiés, type Springbox de PSP.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :