Devez-Vous Vraiment Utiliser des Filtres Passe-Bas ?

Lorsqu’on lit des articles sur le mixage et sur l’égalisation, on entend souvent parler d’ajouter des filtres passe-haut ou passe-bas pour rendre le son plus propre, pour nettoyer les enregistrements de fréquences non souhaitées.

Soit.

Pour ce qui est du filtrage des basses avec des filtres passe-haut, cela fait du sens. En effet, sans eux, les grondements de la basse, de la guitare, de la batterie se mélangeraient pour former une boue sonore indistincte. Pas terrible.

Mais qu’en est-il des filtres passe-bas, autrement appelés LPF (Low Pass Filter) ?

Sont-ils vraiment utiles ?

Un filtre passe-bas

PASSE-HAUT ET PASSE-BAS : QUELLE DIFFÉRENCE ?

Il y a souvent quelques confusions sur la différence entre ces filtres. Aussi, avant d’aller plus loin, je vous propose de faire un bref rappel.

Les filtres d'égalisation passe-haut et passe-bas

Les filtres passe-haut servent à atténuer les fréquences d’un signal dès lors que celles-ci sont inférieures à une fréquence de coupure choisie (cutoff en anglais). Ils possèdent également d’autres noms :

  • HPF = High Pass Filter
  • LCF = Low Cut Filter
  • Filtre Coupe-Bas (c’est logique, au final : si on laisse passer le signal au-dessus d’une fréquence, c’est aussi comme si on coupait celui en-dessous d’une fréquence — ça dépend du point de vue)

A l’inverse, les filtres passe-bas servent à atténuer les fréquences d’un signal lorsqu’elles sont supérieures à la fréquence de coupure choisie. On les appelle aussi :

  • LPF = Low Pass Filter
  • HCF = High Cut Filter
  • Filtre Coupe-Haut (même remarque qu’au-dessus)

Pour chacun d’entre eux, la pente représente la rapidité à laquelle les fréquences sont atténuées. Elle est souvent mesurée en décibels par octave (dB/octave).

QUAND UTILISER UN LOW PASS FILTER ?

Soyons clair : la plupart du temps, les filtres passe-bas sont inutiles et même à proscrire.

Je vais vous expliquer pourquoi, mais aussi dans quelles situations ils peuvent être pratiques 🙂

UTILISATION AU NIVEAU DU MASTER

On entend parfois parler d’ajouter un filtre passe-bas au niveau du master.

Malheureusement, c’est une mauvaise idée.

En effet, les fréquences aiguës du master sont l’addition des harmoniques et du bruit caractéristique de chacun des instruments de votre mix.

En conséquence, si votre filtre affecte l’ensemble du mixage, celui-ci semblera plus faible et terne car il manquera d’air.

UTILISATION AU NIVEAU DES PISTES

Si vous utiliser un filtre passe-bas sur toutes les pistes individuelles, bien entendu, vous arriverez au même problème que décrit précédemment.

Par contre, un certain nombre de situations peuvent se présenter pour lesquelles l’ajout d’un tel filtre sera efficace.

Par exemple :

  • Pour atténuer le côté digital/artificiel de certains instruments, notamment des synthétiseurs ;
  • Pour donner plus d’espace à la voix en retirant un peu d’air aux autres instruments ;
  • Ou plus couramment encore, pour couper le sifflement ou crachotement d’amplificateurs de guitare. En particulier pour tout ce qui est hard rock/métal où les amplis génèrent un gain élevé.

Comme vous pouvez le voir, il s’agit de cas bien précis. La plupart du temps, vous n’avez pas besoin de nettoyer le haut de votre spectre avec un Low Pass Filter car cela fera perdre « de la vie » à vos enregistrements.

AUTRES OPTIONS CRÉATIVES

Enfin, les filtres passe-bas peuvent également s’avérer utiles lorsqu’ils sont ajoutés sur des réverbes ou des delays (placés sur des pistes Send, bien sûr).

En effet, cela permet de rendre les réflexions un peu moins présentes mais en même temps plus réalistes. Et surtout, ça évite de recouvrir l’enregistrement brut par lui-même.

Voici un exemple audio, utilisant un extrait de la chanson « Believe » du groupe I Am Cassettes (avec leur aimable autorisation).

Tout d’abord, juste la voix et le delay non égalisé :

La résonance n’est pas très naturelle. Mais faisons la même chose mais avec un filtre passe-bas réglé à 4.5 kHz (pente usuelle de 12 dB/octave) et appliqué sur le delay uniquement :

La différence est nette, n’est-ce pas ?

QUELLES ALTERNATIVES AUX FILTRES PASSE-BAS ?

Exemple de filtre passe-bas résonant
Exemple de filtre résonant

Tout d’abord, au lieu d’utiliser le filtre passe-bas de base de votre DAW ou de votre égaliseur favori, vous pouvez en essayer d’autres avec une pente plus légère ou au contraire très forte, pour une découpe chirurgicale des fréquences.

Autre option : utiliser un filtre résonant, qui va à la fois couper le sifflement de votre ampli guitare ou le bruit des cymbales de votre piste de toms, tout en donnant plus de corps à votre instrument.

Exemple de filtre High-Shelf…Malgré tout, les filtres passe-bas sont souvent un peu trop extrêmes.

Que faire alors ?

La solution est simple : utiliser des filtres en plateau, également appelés high-shelf filter.

En effet, ceux-ci vont vous laisser sculpter les fréquences de votre mix à volonté mais de façon beaucoup plus subtile et surtout beaucoup plus musicale. Le son d’origine sera respecté et vous gagnerez en réalisme.

EN CONCLUSION

Vous l’aurez compris, d’une façon générale, il vaut mieux éviter au maximum d’utiliser des filtres passe-bas au risque de perdre en puissance et en clarté.

Sauf dans des cas bien précis tels quel l’égalisation d’amplis guitares, où ces filtres excellent.

Ceci dit, il ne faut pas que cet article vous empêche d’expérimenter : le mixage dépend aussi des enregistrements bruts. Si ceux-ci contiennent beaucoup trop d’aigus, alors un LPF sera peut-être de rigueur…

Et vous, dans quelle(s) situation(s) utilisez-vous des filtres passe-bas ? Laissez un commentaire ci-dessous 🙂

12 thoughts on “Devez-Vous Vraiment Utiliser des Filtres Passe-Bas ?

  1. Bruno L'Espérance Réponse

    Je m’en allais justement dire d’éviter les LPF. Tu perds trop de clarté et c’est essentiel pour un mix. Avec l’âge, on entend moins bien les highs. Alors, pas besoin! 😛

    • Adrien Auteur ArticleRéponse

      Effectivement, on peut très vite perdre en clarté – presque sans s’en rendre compte !

  2. Cédric Réponse

    Très bon blog, c’est clair, bien expliqué, avec des images et des exemples audio. Je suis surpris qu’il y ait si peu de commentaires 🙁 🙁

    • Adrien Auteur ArticleRéponse

      Merci beaucoup Cédric pour votre commentaire 🙂 Je suis content de lire que le contenu vous plaît 🙂
      Pour les commentaires, il y en a de plus en plus, mais effectivement il pourrait y en avoir plus !

      Adrien

  3. Pierre Réponse

    Bonjour,

    Merci pour cet article, qui va dans le sens de ce que je peux tester personnellement.

    J’ai tout de même une question, dont dépendrait la « survie » de nos enceintes et en particulier de leur tweeter (j’ai beau chercher des réponses mais ne trouve pas d’explication satisfaisante).

    Rapide descriptif du matériel utilisé : logiciel JRiver configuré avec le Driver Asio correspondant à mon matériel : DAC USB TEAC UD-501 (réponse en fréquence allant de 5hz à 80khz à -3dB) , ampli TEAC AX-501 (10Hz à 60kHz), enceintes CANTON ERGO RCL (18Hz à 30kHz). J’écoute de la musique DSD dans le cadre de ce qui suit.

    Dans le logiciel et la « configuration du module d’entrée / DSD input plugin » je peux régler le filtre passe-bas sur plusieurs niveaux :  »
    – Safe 24kHz à 48dB/octave /
    – Moyen à 30kHz à 24dB/octave /
    – Permissif à 50kHz à 24dB/octave »
    – le désactiver.

    Dans ce dernier cas, JRiver recommande d’utiliser un filtre passe-bas externe et son Wiki évoque un risque pour les enceintes. Hélas, pas d’explication du pourquoi ou du comment ce risque peut se réaliser.
    Le seul conseil de réglage dans le logiciel est « It is not recommended to change the filter from the default » (soit le réglage « Safe »). On se pose alors la question de l’utilité des 3 autres réglages, mais il n’y a pas d’autre explication.

    Malgré ce conseil je note, comme il est dit dans votre article, que mes pistes sont beaucoup plus « vivantes » lorsque je règle le filtre passe-bas sur des fréquences plus élevées que « Safe 24kHz à 48dB/octave ». (J’ai choisi pour l’instant le réglage « moyen », afin de rester dans les mêmes fréquences que mes enceintes). J’avais rejoint les propos de cet article avant même sa lecture. Cet article me conforte donc.

    A titre complémentaire, pour avoir une autre source que le Wiki JRiver, sur un mode d’emploi d’un lecteur SACD de la gamme 501 de chez TEAC, il est indiqué qu’il existe un mode « Pure ». Je cite ce mode d’emploi :
    « ATTENTION
    Dans ce mode, l’audio DSD d’origine est produit tel quel sans passer par le filtre numérique 50kHz. Faites attention pour éviter d’endommager vos enceintes. »
    Ici également, aucune explication du phénomène qui causerait (nature et ampleur) un risque pour les enceintes… Je ne comprends pas pourquoi l’option existe si elle constitue un risque pour les enceintes. D’ailleurs, le filtre numérique 50kHz correspond au niveau « permissif » de JRiver (selon son Wiki, c’est déjà « dangereux »). Enfin, je note que Teac conseille comme enceinte les S-300 NEO dont la bande passante monte jusqu’à 33kHz, donc en-dessous du filtre numérique qui équipe son lecteur SACD. L’utilisation normale de cette platine n’est alors pas dangereuse pour ces enceintes ?

    Auriez-vous, s’il-vous-plaît, des éléments de réponse quant à cette utilité « protectrice » du filtre passe-bas, et éventuellement quelques conseils du niveau de réglage ?

    Merci pour votre lecture et pour votre aide…

    • Adrien Auteur ArticleRéponse

      Bonjour,

      Bonne question effectivement, à laquelle je n’ai pas la réponse malheureusement.

      Par contre, j’ai cherché un peu et j’ai trouvé notamment cet article : http://superbestaudiofriends.org/index.php?threads/jriver-mc-dsd-to-pcm-filter-setting.292/ qui indique que dans le format DSD, il n’y a que du bruit au-dessus de 25 kHz, et qu’effectivement il y a un risque pour les enceintes si trop de hautes fréquences sont envoyées. J’imagine en effet qu’en envoyant un signal plus large, les tweeters peuvent surchauffer un peu.

      Par contre, je pense que rien ne vous empêche de tester les trois modes, je doute fortement qu’en quelques secondes vous abîmiez vos enceintes. Le risque, à mon avis, est plus sur l’utilisation long terme.

      En termes de réglages, rien ne me choque par contre de le laisser à 24 kHz puisqu’en théorie nous ne pouvons entendre que les fréquences allant de 20 Hz à 20 kHz. Au-dessus, on peut percevoir des choses mais c’est un peu subjectif. Une coupure à 24 kHz ne me choque pas du tout.

      Bien cordialement,

      Adrien

  4. Wassim Bennani Réponse

    Bonjour

    Merci pour vos informations le blog est très enrichissant,

    Je souhaiterai savoir si le coupe bas des micros ont le même effet lors d’une prise de voix que les filtres coupe bas parametrés pendant le mix ?
    Quel est le role du filtre coupe bas du micro ? Quand l’utiliser ?

    Je travaille avec un micro SE 2200a II C, relié a ma Scarlett 2i2, le tout sur protools 10 HD.

    • Adrien Auteur ArticleRéponse

      Bonjour,

      Merci pour ce commentaire 🙂

      Oui globalement c’est le même effet. (attention, au cas où je précise, les filtres coupe-bas sont différents des filtres passe-bas)

      En activant le filtre directement sur le micro, celà permet par exemple d’avoir un enregistrement plus propre ou bien, si par exemple le signal passe d’abord dans un compresseur hardware avant d’être enregistré sur le PC, de moins solliciter le compresseur avec des fréquences basses qui dans tous les cas seront retirées.

      Adrien

  5. Maxime Réponse

    Apres les PassBas pour le Mastering c’est surtout pour supprimer les fréquences > 16 khz … Enfin moi quand je l’utilise …

    • Adrien Auteur ArticleRéponse

      Mais pourquoi les supprimer, justement 🙂 ? Les atténuer peut parfois servir, mais je conseille généralement d’éviter d’être trop drastique 🙂

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :