TritonAudio FetHead Germanium : le Test Complet

9.8/ 10

Qualité sonore - 10

Fonctionnalités / Fabrication - 9.5

Rapport Qualité/Prix - 10

Voir le prix sur
Thomann

POUR
La qualité du son, la facilité d'utilisation, la fabrication effectuée aux Pays-Bas

CONTRE
Le bruit de fond légèrement plus élevé que sur le FetHead "standard", le design trop similaire à celui du modèle de base

Régulièrement dans mes articles, et notamment celui sur les préamplis micros, je parle du FetHead.

Cet accessoire au prix abordable est en effet un petit outil très pratique en studio, que vous travailliez dans des conditions pro ou bien que vous soyez un ou une débutant(e) en home studio.

J’avais déjà eu l’occasion, début 2019, de tester le FetHead et le FetHead Phantom sur les pages de Projet Home Studio — aussi ayant désormais eu l’opportunité de tester le FetHead Germanium, qui s’avère être une variante du FetHead « standard » (et non pas une nouvelle version à proprement parler), j’ai souhaité partager avec vous le résultat de mes tests.

Le préampli FetHead Germanium de TritonAudio

Un petit rappel sur le concept du FetHead…

Commençons par se remettre en mémoire ce qu’est le FetHead de TritonAudio et ce à quoi il sert.

Il existe de nombreuses situations où l’on peut manquer de gain lors d’une prise de son.

Typiquement, les microphones dynamiques ou à ruban ont tendance à nécessiter l’utilisation de préampli avec beaucoup de gain pour pouvoir capter un signal correct.

Problème : les préamplis ne proposent pas toujours assez de gain.

Je pense par exemple au célèbre SM7B, que vous ne pourrez pas vraiment utiliser avec une interface type Focusrite, laquelle ne propose que +57 dB de gain.

Ou alors, si votre préampli propose juste assez de gain, vous devrez le pousser à fond, ce qui peut engendrer une augmentation importante du bruit de fond ou de la saturation.

C’est là qu’entre en jeu le FetHead, puisqu’il va vous offrir un gain supplémentaire ultra-propre d’une petite trentaine de décibels grâce à des transistors FET — ce qui aura pour effet de soulager, par exemple, le préampli de votre interface audio.

Et du coup, le FetHead Germanium ?

Le FetHead Germanium est basé sur le même concept que le FetHead standard mais il surfe sur la vague « son analogique » où l’on cherche à avoir un signal très coloré plutôt que transparent.

C’est à la mode, et c’est pour cela que j’utilise le mot « surfe ». Mais s’il est un peu connoté négativement, je pense en fait que proposer un mini-préampli colorant le signal est une très bonne idée, surtout lorsqu’on couple ce type de matériel au préampli d’une interface audio entrée de gamme qui par définition n’est pas très musical.

Comme son nom l’indique, le FetHead Germanium intègre donc un transistor au germanium NOS, c’est-à-dire « New Old Stock » (un transistor vintage, donc, mais neuf), permettant ainsi de proposer un gain de +29 dB (contrairement aux +27 dB du modèle de base).

Le tout se branche directement sur le micro et est alimenté via alimentation phantom +48 volts (attention, impossible de l’utiliser avec des microphones nécessitant une telle alimentation type microphones statiques).

La fabrication, quant à elle, est sérieuse et on a une impression de matériel solide. On regrettera juste le fait que le design soit presque similaire au FetHead standard…

Le Fethead Germanium sur un SM57

Un son chaud et qualitatif

J’ai effectué différents essais avec le FetHead Germanium, que ce soit sur des voix, sur une guitare acoustique ou bien sur un ampli de guitare électrique.

En termes de bruit de fond, celui-ci est légèrement plus élevé que sur le FetHead. Rien toutefois qui ne gêne réellement les enregistrements (on parle maximum de +1 dB).

Le FetHead Germanium est d’ailleurs tout aussi efficace que son collègue pour booster le signal d’un microphone et éviter ainsi de sur-solliciter les préamplis de votre carte son.

Aussi, au lieu de reproduire ma review du FetHead standard (que je vous recommande de lire également), je vous propose une sorte de comparatif basé sur le morceau « Back Down » de Ryan Cali.

Plutôt que d’avoir une comparaison approximative, j’ai décidé de repiquer directement la piste de voix depuis l’une de mes enceintes avec un SM57, lui-même branché sur une Focusrite 18i8 2nd gen.

Dans le premier cas, le FetHead utilisé est le modèle classique, tandis que dans le second cas c’est le FetHead Germanium. Les deux samples ont été ajustés en termes de volume pour compenser la différence de gain existante entre les préamplis :

La différence entre les deux prises de son est subtile, mais on est clairement sur quelque chose qui a un impact sur le mix à partir du moment où vous commencez à ajouter des effets et surtout à combiner plusieurs pistes qui utiliseraient un FetHead Germanium.

En effet, avec ce dernier, le son est plus chaud et plus coloré. Les médiums semblent plus entiers et doucement mis en avant là où le FetHead standard offre un son légèrement plus creusé.

Les aigus sont aussi plus agréables, plus lisses, ce qui contribue à donner une impression globale d’ouverture et donc de qualité. Le son devient plus appréciable, malgré les conditions d’enregistrement volontairement non-idéales — et il tranchera sans doute plus facilement dans le mix.

Sur les autres instruments, on retrouve bien sûr la même attitude sonore. Sur la guitare (acoustique ou électrique), il vous sera ainsi possible d’ajouter un peu de vie à vos enregistrements grâce à la subtile magie apportée par le FetHead Germanium.

En conclusion

Au final, j’ai été assez impressionné par la capacité du FetHead Germanium à apporter de la couleur aux enregistrements malgré sa petite taille.

J’avais déjà apprécié le FetHead pour le côté pratique permettant de s’affranchir des problèmes de gain — mais là, la version Germanium offre quelque chose en plus.

De mon côté, il est probable que je privilégie cette dernière sur la plupart de mes enregistrements, car je suis friand de ce type de sonorité. 🙂

Toutefois, si votre besoin est simplement d’avoir plus de gain mais de façon propre, neutre — alors le FetHead de base sera sans doute bien plus indiqué.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *