Audient iD22 : Le Test Complet

8.8/ 10

Qualité sonore - 9.5

Fonctionnalités / Fabrication - 8

Rapport Qualité/Prix - 9

Voir le prix sur
Thomann - Woodbrass - Amazon

POUR
Les préamplis, les convertisseurs, l'usinage, les deux entrées symétriques pour brancher du hardware externe

CONTRE
Le design un peu brut, la prise casque située sur la face arrière

La marque anglaise Audient n’est pas nouvelle.

Initialement connue pour ses consoles de mixage haut de gamme (l’un des fondateurs a d’ailleurs conçu et construit des consoles pour George Harrison et Ringo Starr), elle s’est plus récemment tournée vers les interfaces audio.

Tout d’abord, avec l’iD22, modèle testé ici ; puis avec des modèles plus petits comme l’iD14 ou l’iD4 — mais toujours avec une volonté de fournir du matériel de haute qualité à un prix tout de même accessible.

Ayant eu l’occasion de tester l’iD22 pendant quelques jours, je souhaitais vous donner mon avis sur cette interface audio USB 10 entrées / 14 sorties (avec l’ADAT), qui comme nous allons le voir prendra très bien sa place dans la plupart des studios ou home studios.

L'interface audio USB Audient iD22

Premières impressions

A la sortie de la boîte, l’effet est plutôt positif : on a le net sentiment de tenir quelque chose de solide, conçu avec des matériaux de bonne qualité.

Certes, le design est un peu brut, mais c’est surtout parce qu’il est dépourvu de fioritures excessives : la finition, elle, est parfaite.

Les boutons en aluminium sont élégants et faciles à manipuler, ce qui permet une bonne précision de réglage.

Les boutons « Dim » et Cut », juste en-dessous du contrôle de niveau des enceintes de monitoring, semble eux un peu moins solides que le reste, mais c’est probablement parce qu’ils sont rétroéclairés, ce qui nécessite un plastique assez fin.

Enfin, en termes d’alimentation électrique, le transfo fourni me semble un peu léger mais il reste complètement fonctionnel, donc suffisant. Le câble USB, lui, est très bien.

Bref, quelques petits détails critiquables, mais en même temps une fabrication qui inspire confiance et qui n’aura absolument pas l’air d’un jouet dans votre (home) studio.

Connectiques

Sur l’iD22, Audient a inclus un nombre assez important de connectiques, toutes placées à l’arrière. Pour de nombreux studios, je pense que cela sera suffisant.

On retrouve tout d’abord les entrées combo XLR/Jack associées aux deux préamplis réglables sur la face supérieure de l’appareil. A noter que le canal #2 possède une entrée supplémentaire « DI », donc sur laquelle on pourra brancher directement un instrument tel qu’une guitare électrique ou une basse.

Connectiques à l'arrière de l'Audient iD22

Un couple d’entrées/sorties supplémentaires permettra de brancher, sur les mêmes canaux, du matériel hardware externe, en accédant directement aux convertisseurs. On peut donc imaginer y brancher d’autres préamplificateurs en bypassant ceux présents dans l’interface.

A ceci s’ajoutent deux sorties pour brancher des enceintes de monitoring (plus exactement, deux paires, ce qui sera pratique pour de nombreux studios), ainsi que des entrées sorties numériques ADAT qui permettront d’augmenter le nombre d’entrées présentes en connectant, par exemple, un Audient ASP800.

Enfin, c’est également sur la face arrière qu’est positionnée la sortie de l’ampli casque, ce qui sans être très gênant pourra s’avérer inconfortable si vous souhaitez le débrancher régulièrement.

Deux petits points négatifs : pas de connectique MIDI, pas de bouton On/Off pour couper l’alimentation. Pas très grave, mais mon honnêteté de testeur m’oblige à le mentionner. 🙂

Logiciels et latence

Bonne surprise : l’installation de l’Audient iD22 est on ne peut plus simple. Dans la boîte, un petit carton indique la procédure, vraiment basique, pour installer les drivers audio (si besoin, vous trouverez la dernière version des drivers ici).

Le tout est assez intuitif, et en quelques secondes votre interface audio est prête à fonctionner.

Pour contrôler l’interface, un logiciel dénommé « iD22 » est inclus. Plutôt bien pensé, son design rappelle celui d’une console de mixage :

L'interface du logiciel de contrôle de l'iD22

Il permet de faire toutes sortes de gestions de niveau et de routage du son, grâce à une matrice de routage. Autrement dit, que ce soit pour l’enregistrement ou le mixage, il est possible d’envoyer des mix différents sur chacune des sorties de l’interface audio.

Par ailleurs, l’application permettra notamment :

  • d’assigner des fonctionnalités aux boutons programmables de l’interface ;
  • d’ajuster le niveau d’atténuation appliqué aux sorties de monitoring lorsque le bouton « Dim » est enclenché ;
  • de gérer la source du microphone de talkback (pas de microphone intégré, il faudra donc utiliser l’une des entrées de l’iD22).

Enfin, c’est également depuis le logiciel que les réglages de latence et de taille de buffer (mémoire tampon) pourront être ajustés.

Justement, qu’en est-il de la latence ?

Lors de mes tests, l’Audient iD22 a fourni d’excellents résultats. Aucun problème pour atteindre 8 ms aller/retour sur mon ordinateur (PC fixe avec un Core i5-3570K et 14 GB de RAM). Le driver est stable, et je n’ai constaté aucune anomalie durant la totalité de mon utilisation.

Autrement dit, tous ces aspects « logiciels » fonctionnent, et ils fonctionnent très bien !

A l’utilisation

Une fois l’interface connectée et configurée, j’y ai branché un certain nombre d’instruments (guitare, basse…) et de microphones (MXL, Aston…). Ce qui m’a marqué instantanément, c’est la clarté et la précision du son. Clairement, l’Audient iD22 offre une qualité d’enregistrement et d’écoute élevée.

Autrement dit, les convertisseurs AD/DA intégrés sont très convaincants : tout sonne à l’identique de la façon dont il a été enregistré. Assurément, on est sur du matériel haut de gamme !

Pour les préamplis, l’expérience fut aussi positive. Très silencieux, ils fournissent un gain de 60 dB sans jamais générer de souffle, ce qui permet de brancher la plupart des microphones, mêmes ceux à ruban.

Sur chacun des deux préamplis, on appréciera également l’ensemble des fonctionnalités intégrées :

  • Filtre coupe-bas (100 Hz, 12 dB/octave)
  • Pad -10 dB
  • Inversion de phase

Un indicateur de niveau plus précis que les quelques LEDs présentes sur la face supérieure de l’interface audio auraient toutefois été bien pratique, pour faciliter le travail d’enregistrement. Mais bon, on peut monitorer le tout sur le logiciel ou directement dans le DAW, donc ce n’est pas grave.

Enfin, en ce qui concerne l’écoute au casque, j’ai également été positivement surpris : à nouveau, le son est cristallin et les fréquences sont toutes très bien restituées.

En conclusion

Vous l’aurez compris, l’Audient iD22 est une excellente interface, qui conviendra aussi bien aux home studios qu’aux petits studios professionnels.

Certes, quelques connectiques manquent, ou sont placées de façon moyennement pratique, mais au final ces quelques « défauts » sont vite gommés lorsqu’on entend le son magnifique des préamplis et la qualité avec laquelle les convertisseurs restituent les détails du mix.

A ceci s’ajoute une latence très faible, un driver stable, ainsi que la possibilité de gérer facilement le routage audio grâce au logiciel inclus.

Au final, si vous recherchez une interface de qualité, que ce soit en première interface ou bien pour upgrader depuis un modèle entrée de gamme, je ne peux que vous conseiller l’Audient iD22, qui répondra sans aucun doute à vos attentes !

Comparez le prix de l’Audient iD22 sur : ThomannWoodbrassAmazon

5 thoughts on “Audient iD22 : Le Test Complet

  1. Colson Réponse

    Bonjour, j’aimerais savoir s’il y a un direct monitoring sur ce modèle d’une part et aussi savoir si on peut moduler le volume de l’instrument (en cours d’enregistrement) entendu dans le casque indépendamment de ce qui a déjà été enregistré. Mon ancienne interface audio qui a d’ailleurs rendu l’âme etait la profire 2626 et je n’avais pas cette possibilité, ce qui était assez gênant à l’enregistrement…

  2. totoskaya Réponse

    Bonjour, quand la carte son est éteinte, et qu’on la rallume, elle revient automatiquement sur les réglages d’usine en 96Khz et 256 samples, est il possible de changer les réglages par défaut ? Merci

  3. Sony Réponse

    Bonjour Adrien, remercie de ce test, qui m’a permit de prendre ma décision finale concernant le choix de cette interface. Je plussoie vos dires concernant les qualités audio tant au niveau des préamps que des sorties qui sont d’une grande qualité (dynamique, musicalité). Néanmoins j’ai l’intention d’acquérir un préampli externe (mono ou multi canal) afin d’améliorer encore les prises voix (Rode NT1A) et guitares acoustiques et je me posait la question, au vue de la qualité des préamps d’entrée de l’ID22, du type de produit acquérir (je pensais partir sur un ART Pro MPA II), car il ne faudrait pas qu’il soit inférieur.
    Merci par avance de votre avis.

    • Adrien Auteur ArticleRéponse

      Bonjour,
      Merci pour votre commentaire 🙂 Content d’avoir pu aider à choisir !
      Les préamplis de l’Audient étant très cleans, j’aurais tendance à vous conseiller de vous orienter vers quelque chose de plus coloré que le ART Pro MPA II, qui a une certaine couleur mais moins marquée qu’on pourrait le penser. Je recommanderais plutôt un TB12 de chez Warm Audio, par défaut. Avez-vous vu mon article sur les préamplis ?
      Adrien

Laisser un commentaire