Audient iD14 mkII : le Test Complet

9.0/ 10

Qualité sonore - 9.5

Fonctionnalités / Fabrication - 8

Rapport Qualité/Prix - 9.5

POUR
La qualité du son d'une façon générale (préamplis, entrée instrument, sortie casque...), le rapport qualité/prix, la facilité d'utilisation

CONTRE
Le câble USB un peu court, pas de visualisation du niveau d'entrée, l'absence de MIDI et de bouton on/off.

Audient fait partie des marques leaders sur le marché de l’interface, même s’ils fabriquent aussi du matériel plus haut de gamme (je pense notamment aux jolies consoles de studio ASP).

La iD14 mkII inaugure, avec sa petite sœur la iD4, une nouvelle version de la série iD de la marque, une gamme d’interfaces audio au prix relativement accessible et dont la première mouture avait déjà bien plu en raison de la qualité de son.

Nouvelle version oblige, quelques optimisations sont à prévoir sur les specs techniques et sur le design.

Je vous propose donc de regarder en détail si cette petite interface audio résolument orientée home studio vaut ou non le coup…

L'interface audio Audient iD14 mkII

Une interface esthétique

J’avais un peu peur du nouveau design en regardant les photos promotionnelles, car j’aimais bien celui des anciennes avec l’aspect métal un peu satiné.

Mais au déballage de la iD14 mkII, je fus agréablement surpris : l’interface est très jolie, avec un style moderne. Tout est bien proportionné, et ça rend bien sur le bureau.

Certes, le look ne fait pas tout — mais je fais partie des personnes qui considèrent ça comme important.

Par ailleurs, la carte son Audient est livrée avec un câble USB-C <=> USB-C : attention donc à avoir la bonne connectique, et préparez-vous à vous procurer un câble plus long si votre interface est vouée à être positionnée loin de votre PC — celui inclut étant un peu court…

Il s’agit de plus d’une interface USB 3, ce qui n’est pas très utile pour que l’interface ait une meilleure latence mais contribue par contre, au vu des spécifications, à mieux alimenter la sortie casque. On appréciera donc.

Au global, la qualité de fabrication est réelle avec même la présence de connectiques Amphenol (une alternative à Neutrik, moins onéreuse mais tout aussi qualitative). Bref, la iD14 mkII donne plutôt l’impression d’être du matériel solide même si le potentiomètre de volume oscille légèrement lorsqu’il est manipulé.

Des connectiques intéressantes

Sur le plan des connectiques, la petite Audient ressort un peu du lot parmi les autres interfaces orientées home studio car elle est très bien équipée, ce qui la rend assez évolutive et donc pérenne sur le long terme.

En façade

Sur l’avant de l’appareil vous retrouvez une entrée DI, ainsi que deux sorties casques 6,35 et 3.5 mm pouvant être utilisées simultanément (!).

Sur le dessus

Au-dessus de l’interface, on retrouve :

  • 2 potentiomètres de gain (logique puisque vous avez deux entrées) ;
  • 2 switchs permettant d‘activer l’alimentation fantôme de façon individualisée pour chaque entrée ;
  • un indicateur de niveau avec un bandeau de LEDs (pratique, mais il n’affiche que le niveau de sortie : on aurait aimé une option permettant de visualiser le niveau des entrées microphones) ;
  • un encodeur rotatif massif en aluminium dont le comportement est paramétrable via les petits boutons situés en-dessous.
Connectiques à l'arrière de l'interface Audient iD14 mkII

A l’arrière

Enfin, derrière l’interface, on retrouve :

  • 2 entrées combo microphone/ligne (associées bien sûr aux deux préamplis inclus) ;
  • 2 paires de sorties jack symétriques (pratique pour brancher une deuxième paire d’enceintes ou bien pour relier du matériel hardware) ;
  • 1 entrée optique (Toslink) pouvant être configurée pour travailler au choix en ADAT ou en S/PDIF — ce qui vous donnera la possibilité d’ajouter facilement 8 préamplis supplémentaires.

On regrettera toutefois l’absence d’entrées/sorties MIDI mais surtout d’un bouton On/Off, ce qui vous oblige à débrancher manuellement l’interface si vous ne souhaitez pas l’utiliser durant un long moment.

A l’utilisation

A l’utilisation, la iD14 mkII se débrouille bien voire même très bien — surtout en comparaison avec d’autres modèles sur la même gamme de prix.

Le son

Tout d’abord, si l’on se concentre sur les entrées, on y retrouve des circuits de préamplification de bonne qualité : la DI réagit très bien aux détails (aussi bien pour la guitare électrique que pour la basse, j’ai testé les deux) et les préamplis micros sont efficaces et transparents.

Ceci dit, pas transparents dans le sens « ennuyeux » du terme, mais fidèles et musicaux : ils font bien le job sans apporter toutefois de couleur spécifique.

Niveau gain, on a une réserve correcte même si l’utilisation d’un fethead ou équivalent sera recommandée si vous souhaitez amplifier des microphones nécessitant beaucoup de gain, comme les SM7B — tout simplement parce que l’on retrouve du bruit de fond en fin de course des potentiomètres, ce qui est courant sur les interfaces audio orientées entrée de gamme/milieu de gamme.

Enfin, niveau sorties, la Audient iD14 mkII propose un son détaillé et très honorable, surtout vu le prix — on appréciera notamment le rendu de l’ampli casque, ce qui est parfois un point faible sur certaines interfaces d’autres marques.

L’aspect logiciel

Le driver de la iD14 mkII inclut un petit logiciel permettant de contrôler différents paramètres.

Comme vous pouvez le voir sur la capture d’écran ci-dessous, il prend la forme d’une console de mixage virtuelle au design agréable et à l’organisation bien pensée :

Le logiciel d'Audient pour contrôler la iD14

Via cet outil, vous pourrez ainsi gérer le routage de vos signaux, mais également ajuster le buffer et la fréquence d’échantillonnage.

Sur ce sujet et à titre d’information (parce que ça diffère toujours suivant les ordinateurs), voici les valeurs de latence reportées par Studio One sur ma machine (i7-9700k) :

Nombre d’échantillonsLatence entréeLatence sortieLatence totale
161,86 ms2,49 ms4,35 ms
322,22 ms2,49 ms4,71 ms
642,95 ms2,49 ms5,44 ms
1285,40 ms4,49 ms9,89 ms
25610,3 ms8,50 ms18,8 ms

Option intéressante sur le logiciel Audient : la gestion de deux « cues » en plus du master mix. Cela vous permettra d’envoyer des mixages différents dans les sorties 1/2, 3/4 ou dans les sorties casque.

Enfin, niveau pack logiciel, je trouve l’offre « Arc » fournie avec l’interface intéressante même si elle n’est pas universelle. On y retrouve en effet des versions lights de Cubase / Cubasis, le synthétiseur Retrologue de Steinberg ou encore le Torpedo Wall of Sound qui ravira les guitaristes.

En conclusion

Au final, la petite Audient iD14 mkII s’avère être une interface à la fois bien fabriquée, facile à manipuler, et proposant un son de qualité, aussi bien en écoute qu’en enregistrement.

Les connectiques intégrées permettront, par ailleurs, de conserver l’interface même dans un futur où un home studio souhaiterait s’agrandir un peu en ajoutant d’autres matériels.

Bref, une très bonne interface — et le léger écart de prix par rapport à d’autres modèles orientés débutants/entrée de gamme/petit home studio me semble vraiment justifié.

Laissez un commentaire

Nous respectons votre vie privée : votre adresse mail ne sera pas publiée.