Mixage : Par Quelle Piste Commencer ?

Imaginons un instant la situation : vous avez pris le temps de composer un morceau sympathique, vous avez enregistré chaque instrument séparément dans les meilleures conditions possibles, et vous êtes désormais prêt(e) à entamer la phase de mixage.

Problème : par où faut-il commencer ?

Faut-il mixer la voix en premier ?

La batterie ?

Y’a-t-il un ordre de pistes particulier à suivre lorsque l’on mixe un morceau ?

Comme bien souvent dans l’univers du studio, il y a plusieurs réponses possibles, chaque ingénieur du son ayant nécessairement ses propres astuces et ses propres préférences.

Toutefois, à travers ce court article, j’aimerais vous aider à commencer « par le bon bout », à savoir celui qui fera du sens pour vous et pour le style de musique que vous produisez.

Par où commencer le mixage

Commencer par la batterie

Personnellement, je commence 99% du temps par la batterie (ou le beat si applicable).

Pour moi, c’est l’instrument qui rythme le morceau par excellence, qui lui donne sa structure.

Si on le retire, bien souvent, le mix s’écroule.

En commençant par mixer cet instrument, cela permet donc de se concentrer tout de suite sur l’instrument qui soutient le morceau — que la batterie soit ou non mise en avant dans le mix, d’ailleurs.

Une fois que la batterie est stable, mixée de façon harmonieuse avec un son qui correspond au genre musical / au style que vous souhaitez donner au morceau, vous pouvez alors venir construire le mix tout autour, de façon incrémentale.

Vous placez ainsi la basse, les guitares, la voix… dans l’espace en faisant en sorte que ça s’intègre au groove.

Comme la batterie est déjà mixée, l’exercice devient plus facile : il vous suffit de positionner les instruments vis-à-vis de ce référentiel rythmique.

Si vous débutez, cette approche est celle que je vous recommande car c’est la plus simple et la plus logique.

Commencer par la voix

Autre option : mixer la voix en premier.

Généralement, cette stratégie est efficace si le morceau est à dominante vocale : chant a cappella bien sûr, pop avec juste un peu d’instruments à cordes entourant la voix, slam ou rap pourquoi pas…

En effet, dans les musiques denses (je pense au rock ou au metal notamment), si vous commencez par mixer la piste de voix principale, vous aurez du mal à bien faire ressortir vos instruments car votre voix prendra déjà toute la place.

Par contre, si le morceau est à la base centré sur une performance vocale, se concentrer sur le mixage de la voix en premier permet de lui donner tout de suite le style que l’on souhaite pour ensuite ajouter autour les éléments d’harmonie ou de rythme.

Comme ça, on peut s’assurer à chaque instant que les pistes que l’on ajoute ne nuisent pas à la qualité et à l’intelligibilité de la piste de voix.

Commencer par le passage-clef du morceau

Autre approche, pas incompatible avec les deux premières : commencer par le passage-clef du morceau.

Dans toutes les chansons, il y a toujours ce que j’appellerais un passage caractéristique, c’est-à-dire un moment particulièrement important qui est la clef de voûte du morceau, généralement avec un groove marqué.

Il peut s’agir du refrain, mais pas obligatoirement.

En commençant par mixer cette poignée de mesures, vous vous assurerez que le moment clef du morceau est sous contrôle — c’est-à-dire que le moment où il y a le plus d’émotion est le mieux mixé possible.

Cela vous permettra d’avoir une sorte de référence pour mixer le reste du morceau.

En effet, une fois le passage-clef mixé, vous pourrez vous concentrer sur ce qui se trouve avant ou ce qui arrive après en gérant plus facilement les transitions.

Votre progression sera logique : à partir de votre référence / passage-clef, vous pourrez aisément vous assurer que les différentes parties s’enchaînent correctement et que la montée en puissance est graduelle.

Mixer tout en même temps

Console de Mixage

Dernière option, qui n’est toutefois pas celle que je recommande : tout mixer en même temps.

Personnellement, j’ai tendance à mixer d’abord un premier instrument, puis un deuxième, puis un troisième… etc.

Je construis le mix de façon progressive et incrémentale.

Toutefois, certains ingénieurs du son préfèrent mixer le morceau en écoutant en permanence (ou presque) la totalité du mix — donc la totalité des instruments — et en effectuant différentes corrections au fur et à mesure qu’ils entendent des problèmes.

Par exemple, ils vont d’abord se concentrer sur le mixage de la grosse caisse et de la basse, puis aller égaliser un peu la voix ou les guitares, puis revenir sur la batterie… en affinant en permanence les réglages dans le contexte du mix complet.

Alors certes, il est important de toujours faire attention au reste des instruments lorsque l’on mixe une piste, mais je trouve que l’approche « je mixe tous les instruments en même temps sans suivre d’ordre particulier » est plutôt une mauvaise idée si vous débutez car vous risquez de vous perdre un peu.

Toutefois, comme exercice de mixage, ça peut être une très bonne idée 🙂 !

En conclusion

Voilà, vous connaissez désormais les principales façons d’approcher le mix d’un morceau.

Si vous êtes débutant(e), je vous recommande de commencer par la batterie : c’est l’approche la plus courante mais aussi la plus simple. Cela vous permettra de donner dès le début du rythme à votre morceau.

Toutefois, n’hésitez pas à expérimenter les autres techniques, toutes aussi valables les unes que les autres.

Commentaires (14)

Laisser un commentaire

  1. Stéphane Répondre

    Super article bien utile, encore une fois.
    Qui appelle une question essentielle: que signifie « mixer une batterie-ou le beat ? » concrètement ?

    Stéphane

    • Adrien Administrateur / Répondre

      Merci beaucoup !
      Je faisais référence aux beats électroniques versus une batterie acoustique en fait 🙂
      Adrien

  2. jan lesvesque Répondre

    duper mol aussi je commence toujours par la batterie c est beaucoup plus simple comme ça. merci pour les conseils Adrien

    • Adrien Administrateur / Répondre

      C’est clair que c’est une approche assez simple et efficace… merci bien !

  3. François Répondre

    Je commence effectivement par la batterie ce que j’appelle un pré mix.
    Après être arriver à un premier résultat satisfaisant, je laisse dormir quelques jours et après ré écoute, je décide si je garde ou si je recommence. le plus souvent, je me contente de retripatouiller à gauche et à droite quelques égalisations et volumes. Très bon article sans blabla inutile

    • Adrien Administrateur / Répondre

      Merci bien du feedback 🙂 !
      Effectivement, bonne idée de laisser passer un peu de temps !

  4. Raymond Hert Répondre

    Bonjour Adrien,

    C’est toujours agréable de recevoir confirmation de ce qu’on applique déjà (commencer par les dms, puis la basse, etc.) mais les autres approches, que je découvre, sont également dignes d’intérêt. C’est une constante dans tous tes articles depuis le début : clarté, concision, humilité, ouverture d’esprit.

    C’est donc toujours avec curiosité et plaisir que je prends connaissance des nouveaux thèmes. Bravo et merci !

    • Adrien Administrateur / Répondre

      Merci mille fois pour ce retour très gentil et très positif 🙂 ! Merci du soutien !

  5. Raph Répondre

    Salut Adrien,
    Je suis un débutant absolue dans l’enregistre et le mix de mes morceaux, c’est vraiment avec plaisir que je lis tes conseils, merci pour ce que tu fais, j’aime bien ton approche des choses.
    Du coup, y aurait il des mix que tu présentes pour qu’on puisse avoir concrètement une idée des objectifs à atteindre

    Merci encore et bonne continuation.

    • Adrien Administrateur / Répondre

      Bonjour Raph,
      Merci pour ton message !
      Je n’ai pas exactement ce que tu suggères, par contre dans la formation que je viens tout juste de sortir, on voit justement un mixage de A à Z 🙂 Ca pourrait peut-être aider 🙂
      Adrien

Laissez un commentaire

Nous respectons votre vie privée : votre adresse mail ne sera pas publiée.