Kush REDDI : Le Test Complet

9.7/ 10

Qualité sonore - 10

Fonctionnalités / Interface - 9.5

Rapport Qualité/Prix - 9.5

Acheter

POUR
La coloration que le plugin apporte, la simplicité d'utilisation

CONTRE
Rien

Kush n’est peut-être pas la marque la plus connue en France, mais c’est pourtant un éditeur de plugins et un fabricant de matériel hardware (préamplis, EQ…) dont le travail est généralement de très bonne qualité.

J’en veux pour preuve mon récent test de Novatron, un plugin de compression novateur que j’utilise désormais sur la totalité de mes mix.

D’où ma curiosité lors de la sortie de REDDI, un plugin volontairement simpliste mais qui est en même temps particulièrement original.

Explications…

Concept : une DI Box en plugin

REDDI de Kush est conçu pour être un clone de la célèbre REDDI d’A-Designs Audio.

Concrètement, il s’agit d’une DI Box à lampe haut de gamme, inspirée des amplis Ambeg B-15 et contenant un transformateur Cinemag de qualité.

Utilisée sur de nombreux albums, elle tend à apporter une chaleur appréciable aux prises de son tout en restant au besoin assez transparente. Le haut du spectre, quant à lui, est clair et détaillé.

Quelle différence, du coup, entre le plugin de Kush et « le vrai » modèle ?

Il y a bien sûr quelques fonctionnalités en plus, mais le prix est surtout ce que l’on remarque immédiatement. En effet, la version d’origine est disponible au coquet tarif de $775, tandis que le plugin de $49.

Une différence non négligeable, donc.

Enfin, le concept du plugin est bien sûr le même que celui d’une vraie DI Box : il convient de placer REDDI au tout début de la chaîne de traitement. Certes, vous pouvez faire ce que vous voulez, mais c’est beaucoup plus logique de faire ainsi car l’idée est d’améliorer votre son dès le début, avant d’effectuer d’autres traitements.

A l’utilisation

L'interface de REDDI de Kush

La REDDI de Kush se caractérise tout d’abord par une interface épurée et une utilisation évidente.

Il n’y a que quatre boutons, et deux d’entre eux ne sont que des switchs On/Off. Ce n’est donc pas une surprise que le plugin ne contienne pas de presets : son utilisation ne pourrait pas être plus simple.

Le réglage du gain

Le seul réglage identique au modèle hardware simulé, c’est le Level qui se comporte comme un réglage de gain.

Il permet de passer à volonté d’un son clair et transparent à quelque chose de beaucoup plus saturé qui aidera vos pistes à trancher dans le mix, ou du moins à trouver leur place.

En termes de sonorités, on retrouve une saturation typique à lampe avec un vrai caractère, très agréable et très attachante. Le son devient plus épais, plus dense, et les harmoniques ajoutées colorent le signal de façon intéressante.

Ecoutons un exemple audio basé sur la piste de basse du morceau All Souls Moon de James May :

Sympathique, non ?

Au besoin, si votre signal d’entrée est trop élevé ou si vous souhaitez profiter de la saturation du plugin de façon plus modérée, vous pourrez bien sûr activer le réglage Headroom, qui vous offrira +20 dB de headroom supplémentaire avec donc une distorsion moins marquée.

Le réglage des basses

REDDI inclut également un réglage nommé tout simplement Bass, qui vise à renforcer les basses.

En quelque sorte, il s’agit d’un égaliseur low-shelf relativement subtil qui va pousser les basses à la saturation d’une façon extrêmement harmonieuse, ce qui aura pour effet de les faire ressortir avec cohérence dans le mix.

C’est presque un bouton magique, en fait : combiné à la saturation/distorsion du réglage Level, il sera un outil idéal pour mettre en valeur les fréquences basses sans jamais faire perdre de la définition ou de la cohésion au signal — bien au contraire.

Ecoutez par vous-même le résultat avec ce petit Avant/Après, basé sur la même piste que plus haut :

Mais il n’y a pas que les guitares basses…

Bien entendu, on peut complètement utiliser ce plugin sur autre chose que les pistes de guitares basses : batterie, claviers… un peu tout en fait — à partir du moment où vous souhaitez ajouter donner de la vie et du caractère à vos pistes.

A titre d’illustration, voici un exemple sur une piste de batterie (j’ai ajouté le plugin directement sur le buss, pour le coup) :

Ecoutez notamment la façon dont la grosse caisse réagit, ainsi que le renforcement du craquant et de l’attaque de la caisse claire.

En conclusion

Je vais aller droit au but : REDDI est un plugin impressionnant.

Certes, il est tout simple. Peut-être aurait-il été possible d’avoir quelques réglages en plus, je ne sais pas.

Ce qui est sûr en tous cas, c’est que l’effet qu’il produit est extrêmement appréciable. On peut en abuser, mais même sans pousser trop l’effet il sera extrêmement facile de repositionner un instrument dans le mixage tout en lui imposant une coloration sonore caractéristique.

Ca sonne bien — j’adore. 🙂

Félicitations à l’équipe de Kush !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *