Fuse Audio Labs Flywheel : le Test Complet

9.5/ 10

Qualité sonore - 9

Fonctionnalités / Interface - 10

Rapport Qualité/Prix - 9.5

Acheter

POUR
Le réalisme de la simulation analogique, le design & la facilité d'utilisation de l'interface

CONTRE
Le réglage Hysteresis pas si convaincant

J’aime beaucoup rédiger des reviews de marques montantes.

En effet, je trouve qu’il est toujours intéressant de voir les marques se construire, plugin par plugin — surtout lorsque ceux-ci sont de qualité.

Fuse Audio Labs, fondée en 2017, fait partie de ces marques montantes, puisqu’elle a pris sa place très facilement grâce à une offre logicielle orientée simulation analogique assez impressionnante.

Lors de la sortie de Flywheel par contre, j’ai été un peu surpris car le marché des simulations de bandes magnétiques et autres magnétophones est assez surchargé, avec toutes sortes de plugins à l’effet plus ou moins subtil.

Surpris, mais intéressé : le plugin était-il aussi bien que les précédentes sorties de la marque ?

C’est ce que nous allons voir dans cette review…

Une interface graphique jolie et efficace

L'interface du plugin Flywheel de Fuse Audio Labs

Le design de Flywheel est très agréable, et globalement cohérent avec le nouveau style donné depuis quelques temps par la marque à ses plugins (le design des tous premiers a récemment été retouché). Les bobines, qui prennent un peu de place dans l’interface mais contribuent à l’ambiance, peuvent être animées si vous le souhaitez.

La fenêtre est redimensionnable dans une certaine mesure, ce qui conviendra bien aux possesseurs d’écrans avec une résolution élevée.

Sur la gauche, vous retrouvez les usuels réglages de gain et de vitesse de bande magnétique (avec deux options : 30 ips ou 15 ips) — sachant que plus la vitesse est lente plus vous perdrez dans les aigus.

Sur la droite, vous pouvez contrôler le gain de sortie et activer le bruit de fond et le cross-talk — ce dernier correspondant au subtil phénomène de mélange des canaux lorsqu’ils sont enregistrés sur une bande magnétique.

Au-dessus du vu-mètre qui n’est somme toute pas très utile pour ce genre de plugin, différents réglages permettent d’ajuster le comportement du son : HF Eq est une sorte de filtre passe-bas, Speed Variance gère la quantité de pleurage et Hysteresis simule le phénomène d’hystérèse — un phénomène propre aux appareils à bande magnétique se traduisant par de la distorsion et une perte des hautes fréquences.

Enfin, en-dessous du vu-mètre, on retrouve quelques options très intéressantes :

  • un sélecteur de « Formule », qui correspond tout simplement à un choix entre deux types de bandes magnétiques ;
  • des boutons simulant le démarrage et l’arrêt d’un magnétophone ;
  • un bouton pour activer l’oversampling.

Tous les réglages sont donc immédiatement disponibles et présentés de façon très claire, ce qui facilite l’utilisation du plugin.

Deux parfums analogiques

En testant Flywheel, je n’ai pas vraiment été déçu : le son est excellent, comme je m’y attendais après mes récents tests du limiteur VCL-515 et du préampli VPRE-2C.

Ceci dit, regardons dans le détail ce que peut apporter ce plugin.

Au global, la simulation de bande magnétique est très convaincante : Flywheel vient bien sûr avec son lot d’harmoniques, mais engendre aussi une compression naturelle et particulièrement agréable.

Aussi, que vous l’utilisiez sur votre buss master, sur vos groupes ou sur des pistes individuelles, vous devriez être satisfait(e) de ce que vous entendez.

En effet, il est possible d’utiliser le plugin dans des usages variés — et notamment en termes d’agressivité : employé subtilement, Flywheel ajoutera un peu de magie analogique à votre morceau ; employé de façon extrême, il vous permettra de générer une distorsion très agréable.

Voici un exemple avec une piste de batterie toute simple. Faites notamment attention au changement d’attitude de la grosse caisse dans les basses, à l’écrasement de la caisse claire et à l’impression de cohésion qui se dégage du mix :

Comme vous pouvez l’entendre, le caractère de l’effet est net, mais sauf à ce que vous poussiez le plugin au maximum, il reste tout de même relativement modéré : ce n’est pas un effet lo-fi, à la base.

L’intégration des Formules I et II, les deux simulations de bandes magnétiques disponibles, s’avère particulièrement utile puisque cela permet d’accéder à deux couleurs assez différentes. Ce n’est peut-être pas le jour et la nuit, mais globalement :

  • la Formule I est plus neutre, avec un léger soulèvement dans les aigus ;
  • la Formule II est plus sombre, avec un soulèvement dans les médiums qui lui donne une texture un peu plus vintage.

Voici un autre exemple mettant en évidence les différences entre les deux :

Enfin, les autres réglages permettent bien évidemment d’ajuster encore plus le son de Flywheel.

Avec l’option d’égalisation HF EQ, vous avez la possibilité d’atténuer assez fortement les aigus d’une façon très musicale. Peut-être pas indispensable sur chaque mix, mais c’est une bonne façon de créer un son plus old-school voire légèrement lo-fi.

La Speed Variance est également assez utile, surtout dans une optique d’effets spéciaux ou par exemple pour apporter un peu de mouvement sur des nappes de synthétiseur.

Seul l’option d’hystérèse ne m’a pas vraiment convaincu : c’est peut-être personnel, mais j’ai trouvé l’effet un peu trop marqué et au final peu utile durant le mixage. Notez au passage qu’il vous faudra absolument activer l’oversampling pour l’utiliser, sinon l’aliasing est beaucoup trop audible.

En conclusion

Après ma phase de test, Flywheel s’avère pour moi être une simulation de magnétophone / bande magnétique très efficace, et qui montre à nouveau tout le sérieux et l’expérience de Fuse Audio Labs.

La saturation et la texture que le plugin apporte sur les pistes, les buss ou le master buss permettent de l’utiliser dans des situations diverses, que ce soit pour donner un léger vernis analogique à votre mix ou au contraire saturer de façon plus marquée une basse ou une batterie.

Bref, un très beau et très bon plugin !

Commentaires (2)

Laisser un commentaire

    • Adrien Administrateur / Répondre

      Oui, rien à voir pour moi.
      VTM est beaucoup moins subtil je trouve, notamment avec un vrai soulèvement dans les basses. Pour un effet vraiment marqué du coup, VTM. Peut-être plus facile à gérer d’ailleurs. Pour un effet plus réaliste / qui impacte moins le mix, Flywheel.
      Je t’ai fait une petite comparaison en termes de fréquences : [cliquer ici pour l’image]
      Adrien

Laissez un commentaire

Nous respectons votre vie privée : votre adresse mail ne sera pas publiée.