Ableton Live 11 Suite : le Test Complet

9.7/ 10

Qualité sonore - 10

Fonctionnalités / Interface - 9.5

Rapport Qualité/Prix - 9.5

POUR
La fonctionnalité de comping, le support MPE, les nombreux instruments et effets de qualité, qui stimulent la créativité, le workflow

CONTRE
Peut-être certaines nouvelles options sont "trop" innovantes, la palette de couleurs disponible pour les pistes non customisable

On ne présente plus Ableton Live, le célèbre DAW allemand au design reconnaissable et au workflow unique — utilisable aussi bien en studio qu’en live.

S’il a toujours été prisé des beatmakers et autres créateurs de musique électronique, il s’est étoffé au fil des années de nouvelles fonctionnalités permettant de l’utiliser dans un usage plus « classique » de prise de son et de mixage.

Avec la version 11 de Live, Ableton va encore plus loin en proposant de nouveaux sons, de nouveaux instruments, de nouveaux effets et de nouvelles fonctionnalités — pour certaines très attendues.

Explications avec cette review de la version Suite du logiciel…

Remarque : tous les screenshots de cette review ont été effectués en utilisant un thème custom. Live 11 propose différents thèmes personnalisables dans une certaine mesure, que vous cherchiez un thème clair ou sombre.

Deux vues complémentaires pour la production et le mixage

Ableton Live diffère avant tout de la plupart des autres DAW par le fait qu’il est construit autour de deux vues, l’écran « Arrangement » et l’écran « Session », qui permettent d’aborder les différentes tâches de production musicale de façon complémentaire.

L’écran Arrangement

L'écran Arrangement d'Ableton Live 11

L’écran Arrangement, c’est tout simplement la vision à laquelle on est souvent habitué lorsque l’on vient d’autres DAWs : on retrouve les différentes pistes organisées de façon horizontale, avec tous les réglages usuels pour enregistrer ou mixer (routing des entrées et sorties, armement de la piste pour activer l’enregistrement, volume, panoramique…).

On regrettera juste l’impossibilité de customiser la palette de couleurs des pistes : de nombreuses couleurs sont disponibles, mais appréciant personnellement choisir ma propre palette pour avoir une visualisation agréable et esthétique, ça me gêne. Rien de très grave ceci dit.

Depuis la version 11 par contre, vous avez la possibilité de lier des pistes pour pouvoir les manipuler de façon synchronisée. Par exemple, vous pouvez désormais redimensionner ou déplacer en une seule fois les clips présents sur plusieurs pistes liées. Pratique.

Autre fonctionnalité particulièrement utile et fortement attendue depuis des années par la communauté des utilisateurs d’Ableton Live : le comping.

Sur Live 11, il est en effet possible d’enregistrer plusieurs prises (audio ou midi) sur une même piste puis de sélectionner les meilleurs passages. L’ajout de cette fonctionnalité renforce la polyvalence de Live en autorisant des usages plus liés à la prise de sons « studio », qui était jusqu’à présent un point faible du célèbre DAW (du moins et pour être précis : sur l’enregistrement de synthés, il n’y avait pas vraiment de soucis, mais par exemple pour l’enregistrement de voix l’absence d’option de comping se faisait cruellement sentir…).

L’écran Session

L'écran Session d'Ableton Live 11

La deuxième vue de Live 11 est appelée « écran Session ».

Dans ce mode, on retrouve les pistes de la vue Arrangement, mais désormais structurées verticalement.

C’est parfois la vue qui est un peu plus compliquée à comprendre par les débutants — mais au final elle fonctionne de façon assez simple : verticalement, sur chaque piste, vous ajoutez des clips audio ou MIDI qui peuvent être déclenchés à volonté, manuellement ou automatiquement selon des règles.

Par exemple, vous pouvez imaginer sur votre piste de percussions avoir un clip pour l’intro, un pour le couplet, un pour le refrain, etc.

Et en un clic, vous pouvez déclencher tous les clips sur une même ligne (tous les clips de l’intro, du couplet…).

Point positif avec Live 11, il est désormais possible d’avoir un tempo différent et une signature rythmique différente pour chaque ligne, ce qui sera nécessairement utile si vos morceaux ont tendance à contenir des variations.

Enfin, également depuis cette version, un indicateur d’utilisation du CPU peut être affiché en-dessous des pistes, ce qui peut s’avérer extrêmement pratique sur de grosses sessions avec beaucoup de plugins ou bien si votre ordinateur n’est pas très puissant : grâce à cet indicateur, vous pourrez aisément identifier les pistes qui consomment beaucoup de ressources système et les geler.

De nombreux outils pour éditer les clips

Ableton Live propose de nombreux outils pour éditer les clips, audio ou MIDI, qui sont présents sur les différentes pistes — et la version 11 en particulier amène un lot de nouveautés très appréciables voire attendues.

Edition des clips MIDI

Edition des clips MIDI dans Ableton Live 11

Commençons par regarder l’édition des séquences MIDI.

Bien entendu, on retrouve toutes les fonctions de base permettant de gérer les notes : mode dessin, grille magnétique, quantification.

Ensuite viennent s’ajouter différentes fonctions de boucle et de manipulation des notes et des enveloppes d’automation associées. On notera notamment l’ajout d’une fonction de randomisation, qui permet par exemple d’ajouter de subtiles variations à la vélocité d’une sélection de notes.

Il est aussi possible de définir une probabilité que chaque note soit jouée : pratique pour générer des variations dans une mélodie.

Aspect sympathique également, l’ajout d’une option « scale » qui permet d’affecter une gamme à un clip MIDI, et donc potentiellement de n’afficher que les notes « autorisées » sur le piano roll.

Enfin, et c’est sans doute une fonctionnalité qui ravira ceux qui possèdent des claviers et autres contrôleurs MIDI disposant de cette technologie : Live 11 est désormais compatible MPE, et il est possible d’éditer manuellement les valeurs de Slide, de Pressure ou de Release Velocity.

Edition des clips Audio

Edition audio dans Ableton Live 11

Ableton Live 11 embarque également tout un panel d’outils pour contrôler les clips audio.

Tout d’abord, on retrouve bien entendu un mode Warp pour ajuster un sample au tempo du morceau, ainsi que des fonctionnalités standard de transposition et de gain.

Bon, c’est vrai, de nombreux DAWs proposent cela — toutefois je trouve la qualité des algorithmes de Live, notamment pour tout ce qui est warping, particulièrement bonne. Les beatmakers apprécieront sans aucun doute, mais ils ne seront pas les seuls.

On peut également ajuster facilement les marqueurs de début et de fin du sample et gérer le comportement de la boucle. Cependant, je serais preneur de quelques fonctionnalités supplémentaires permettant d’intervenir directement sur des passages du fichier audio : aujourd’hui, pour ce type d’actions, Live 11 s’appuie avant tout sur un bouton « Edit » qui permet de lancer un éditeur audio externe (comme Wavosaur).

Enfin, tout comme pour les clips MIDI, il est bien entendu possible d’ajuster l’enveloppe des paramètres des effets — avec d’ailleurs une option permettant d’insérer facilement une forme d’enveloppe (sinusoïdale, square, triangle… — cf. capture d’écran ci-dessus).

Des effets efficaces et nombreux (mais peut-être trop ?)

Les plugins d'effets dans Ableton Live 11

Passons maintenant aux effets — qui sont désormais classés par catégories plutôt que d’être « en vrac » comme auparavant (ça ne plaira peut-être pas à tout le monde, mais bon).

Il y a tout d’abord les effets « classiques » : égaliseur 8 bandes, delay (incluant un mode ping-pong), overdrive, bitcrusher, compresseur, chorus, gate, réverbe…

Objectivement, ils sont tous très bons et complètement utilisables pour produire un morceau professionnel. Dans certains cas, je les préfère même à des plugins d’éditeurs tiers, puisqu’ils ont tendance à inclure des options de modulation « avancées » qui facilitent la génération de légères variations dans la musique.

Ensuite, on retrouve des effets plus originaux ou plus créatifs, qui font pour certains partie du package d’effets de Live depuis un long moment : Grain delay (module d’écho granulaire), Echo (une simulation de delay analogique), Resonators, Drum Buss (outil de compression/saturation dédié au traitement de buss de batterie)… je ne vais pas faire la liste complète : il suffit d’aller sur le site officiel de Ableton pour voir tout ce qu’il est possible de faire.

Au global, je trouve ces effets vraiment intéressants et utiles, notamment en raison du grand nombre d’options qu’ils intègrent.

Si l’on prend en exemple le plugin Echo, vous pouvez :

  • travailler en stéréo, ping-pong ou mid/side ;
  • utiliser des paramètres temporels différents pour les canaux gauche et droit ;
  • ajouter des modulations de tempo ou de filtre, avec 6 formes disponibles ;
  • ajouter une gate, du ducking, du bruit de fond ou simuler le pleurage de bandes magnétiques ;
  • etc.

Les nouveaux effets de Live 11

Enfin, si l’on se concentre sur ce qu’apporte Live 11, on retrouve principalement trois nouveaux plugins :

  • Hybrid Reverb — une réverbe à la fois algorithmique et à convolution ;
  • Spectral Resonator — un outil qui, via séparation du spectre de fréquences, peut ajouter ou retirer des harmoniques et donc colorer un signal de façon très particulière ;
  • Spectral Time — un autre outil spectral assez proche d’un delay qui permet, par exemple, de « mettre le temps sur pause ».

Et je dois avouer que je suis partagé sur ces nouveaux effets.

En termes de traitement du signal, ils sont excellents : le son est de qualité, les options sont efficaces et bien pensées… mais je me pose d’une certaine façon la question de leur utilité.

Pour un usage de type « j’enregistre ma guitare dans mon home studio et j’ajoute une nappe de synthé de temps en temps », ils ne seront pas utiles car trop poussés.

Mais, pour la musique d’ambiance, la techno, la musique électronique en général, il sera vraiment possible d’en obtenir des sons intéressants.

Bien sûr, pour le sound design, ils seront sans doute indispensables.

Alors pourquoi ces doutes ? Pourquoi suis-je « partagé » ?

Je pense tout simplement que la courbe d’apprentissage de ces nouveaux effets est raide : il s’agit d’outils vraiment innovants, qui vont permettre d’aller chercher des sonorités que je qualifierais presque d’impensées — mais il faut prendre le temps de les apprivoiser et d’expérimenter pour bien comprendre leur fonctionnement.

Et en disant cela, on se rend compte à quel point leur intégration dans Live 11 fait du sens, en fait : Live est un DAW qui tout en étant polyvalent a toujours poussé ses utilisateurs vers le sound design, l’expérimentation, la création de nouveaux sons.

Et cela se vérifie à nouveau aujourd’hui.

Des instruments et samples de qualité

Ableton Live 11 est livré avec de nombreux instruments et une quantité impressionnante de samples — pour certains téléchargeables via des packs additionnels.

Niveau plugins tout d’abord, on retrouve toute une panoplie de synthétiseurs d’excellente qualité et qui n’ont rien pour la plupart à envier aux plugins d’éditeurs tiers : synthèse VA, synthèse FM, Synthèse par modélisation physique, Sampler… tout y est !

Une mention spéciale, ceci dit, pour l’instrument Wavetable ajouté dans la version 10, un synthétiseur à table d’ondes particulièrement efficace et offrant de nombreuses possibilités de modulation. Pour les pads, typiquement, c’est génial !

Niveau percussions, Live 11 propose une série de samples qui vous permettra aussi bien de composer vos pistes de batterie acoustique que de créer des beats électroniques (808, 909, 606… tout y est !).

On notera au passage les très intéressantes et toutes nouvelles fonctionnalités accessibles lorsque les instruments (ou les effets) sont regroupés dans des « racks » virtuels : d’une part il est possible de créer des boutons macros (de 1 à 16 par rack) pour contrôler de façon centralisée les différents paramètres des plugins, mais de surcroît Live 11 donne la possibilité de créer des « Macro Variations » pour stocker, justement, différents réglages des boutons macros.

Je trouve ça très pratique, notamment si vous utilisez ce DAW pour jouer en live : passer d’une couleur de son à une autre devient un jeu d’enfant.

Macros et Variations dans Ableton Live 11

Niveau samples d’instruments et field recordings, on trouve également de très nombreux éléments audio. Certains sont installés par défaut, et d’autres peuvent être récupérés sur le site d’Ableton.

Certes, si votre seul objectif est de composer des symphonies avec les sons les plus parfaits possibles, il vous faudra sans doute vous orienter vers des librairies plus complètes. Toutefois, celles proposées par Live 11 (comme les nouvelles banques de sons de piano, de cuivres et de cordes réalisées en partenariat avec Spitfire Audio) sont toutes de bonne qualité et parfaitement utilisables pour des productions de qualité.

Max4Live, la cerise sur le gâteau ?

Ableton Live 11, dans sa version « Suite », intègre également un outil du nom de Max4Live.

Grosso modo, cette plateforme vous permet de faire deux choses :

  • construire vos propres effets audio, effets MIDI ou instruments en vous appuyant par exemple sur des blocs préexistants ;
  • utiliser dans vos morceaux des effets ou instruments « Max4Live » conçus par Ableton ou des développeurs tiers, et qui sont téléchargeables sur le net (certains sont gratuits, d’autres payants).

Par défaut dans Live 11, vous avez avant tout accès à des outils supplémentaires simples mais utiles : arpégiateur avancé, LFOs pour moduler les paramètres de n’importe lequel de vos plugins, réverbe à convolution…

Avec les packs « PitchLoop89 » et « Inspired by Nature », tous nouveaux, Ableton invite à nouveau à l’expérimentation : le premier, inspiré d’un processeur d’effets vintage, permet de créer des glitchs et des textures, tandis que le deuxième inclut plusieurs instruments et effets dont le comportement est inspiré par des phénomènes naturels.

Oui, par des phénomènes naturels !

Un instrument Max4Live dans Ableton Live 11

On est vraiment dans l’expérimental, mais vous pouvez jouer des instruments générant des sons ou gérant des grains audio dont le comportement est régi par des lois de gravité, de magnétisme ou encore dérivé de motifs de croissance de plantes.

Et si par-dessus tout ça vous ajoutez tous les packs disponibles sur le net, vous vous ouvrez la porte à un fabuleux univers d’expérimentation, avec des outils très variés : synthétiseurs granulaires, séquenceurs polyrythmiques… vous pouvez même, via le pack Connection Kit, contrôler Ableton Live avec des capteurs Arduino ou Lego Mindstorm.

Les possibilités sont littéralement infinies.

Max4Live est une grosse cerise sur le gâteau.

En conclusion : à qui s’adresse Live 11 ?

Au final, il me semble important de noter qu’avec la version 11, Ableton vient compléter son célèbre DAW avec un panel de fonctionnalités très pertinentes dont certaines étaient très attendues par les utilisateurs. Je pense notamment à tout ce qui est gestion du MPE et comping pour l’enregistrement.

A l’utilisation, Live 11 donne aujourd’hui l’impression d’un DAW bien fini, efficace et offrant des possibilités de création sonores stellaires, que ce soit en termes de qualité sonore ou de fonctionnalités disponibles.

Bien sûr, si votre objectif est d’avoir un DAW uniquement pour faire de l’édition, du mixage et du mastering de groupes de rock — enfin un usage studio strictement traditionnel — Live touchera sans doute ses limites : ce type d’application est complètement possible, mais certaines actions seront peut-être moins pratiques à faire que dans d’autres DAWs.

Par contre, si vous cherchez un DAW inspirant pour créer votre propre musique, si vous êtes intéressé(e) par la création sonore, ou tout simplement si vous souhaitez enregistrer vos productions avec un DAW puissant — Ableton Live est sans aucun doute l’outil qu’il vous faut.

Un grand bravo à l’équipe Ableton !

Commentaires (6)

Laisser un commentaire

Esteban / Répondre

Super test, rapide à lire et complet à la fois !
ça donne envie de s’y mettre et de tester, mais… c’est le temps qui manque 😀
Bravo pour la qualité de tes articles Adrien 🙂

patrick / Répondre

Merci pour les infos ,je cherche à apprendre a mieux me servir de live , un logiciel à double entrée que je trouve toujours très déconcertant.
Les nouveautés du live 11 me dépassent de beaucoup ,moi qui ai fait mon apprentissage sur Acid il y a bien longtemps.
Cordialement.

Adrien Administrateur / / Répondre

C’est vrai qu’il n’est peut-être pas le plus facile d’accès. Je conseillerai, même s’il est long, de prendre le temps de lire le manuel. Un peu chaque jour, quoi. Il est vraiment bien fait et clair.
Adrien

Digital Expérience / Répondre

Merci Adrien pour ton test toujours aussi agréable à lire. J’aimerais si possible que tu puisse te rapprocher du daw Renoise. Certe, ce daw ne sera pour tout le monde puisqu’il s’agit d’un tracker mais je pense que c’est le principal concurrent de live et qu’il est injustement peu connu. En terme de musique électronique, renoise rivalise à mon avis à live pour 69 euro… Vu ta capacité à écrire des articles de qualité, j’espère qu’un jour tu pourras prendre le temps de t’intéresser à Renoise.

Adrien Administrateur / / Répondre

Bonjour,
Merci beaucoup pour ton message. Oui, ça pourrait être intéressant que je parle de Renoise, mais je connais assez mal l’outil moi-même. Il faudrait que je jette un oeil…
Adrien

Laissez un commentaire

Nous respectons votre vie privée : votre adresse mail ne sera pas publiée.