Auburn Sounds Couture : Le Test Complet

9.0/ 10

Qualité sonore - 9.5

Fonctionnalités / Interface - 8.5

Rapport Qualité/Prix - 9

Acheter

POUR
La flexibilité sonore, la simplicité d'utilisation, le processing indépendant du niveau du signal en entrée

CONTRE
L'interface jolie mais pas très grande

Les éditeurs de plugins français, il n’y en a pas beaucoup.

Alors, lorsque Guillaume d’Auburn Sounds m’a contacté par email pour me parler de son nouveau plugin Couture, ma curiosité a été piquée au vif : d’une part je n’avais jamais entendu parler de cette marque, mais d’autre part l’interface esthétique du plugin semblait inspirer confiance et qualité.

C’est donc avec grand plaisir que j’ai accepté de tester le plugin — et bien m’en a pris, comme vous allez le voir…

L'interface du transient shaper Couture

Une gestion efficace des transitoires

Au sein de l’interface très jolie mais un peu petite de Couture, on retrouve tout d’abord un module de gestion des transitoires (transient shaping).

Construit autour d’un bouton rotatif nommé Sharpen (« rendre plus net » ou aiguiser, en anglais), son utilisation est extrêmement simple :

  • si vous le tournez vers la droite, vous augmentez l’attaque du signal et diminuez le sustain ;
  • si vous le tournez vers la gauche, c’est l’inverse : l’attaque diminue et le sustain augmente.

Pour un maximum de précision et de polyvalence, il est possible de démultiplier l’effet de ce curseur via les boutons 1x / 2x / 3x situés juste à côté.

Par ailleurs, trois modes de détection du signal sont intégrés au plugin :

  • le mode flat va traiter l’énergie en entrée du plugin de façon homogène ;
  • le mode human va prendre en compte le volume perçu (perceived loudness) pour l’altération des transitoires ;
  • et enfin, le mode sybil va comme son nom l’indique cibler les fréquences spécifiques aux phénomènes de sibilance. Vous pourrez donc utiliser ce transient shaper sur des voix, par exemple.

Pour aller encore plus loin, Couture offre deux réglages supplémentaires, Speed et Front/Back.

Speed permet d’ajuster la durée de l’effet. Une vitesse courte ciblera vraiment le tout début du transitoire, tandis qu’une vitesse lente permettra d’affecter également une partie du sustain.

Front/Back permet quant à lui de choisir si l’effet s’applique plus sur le transitoire ou plus sur le sustain.

Mais est-ce que ça sonne bien ?

Presque sans surprise au vu de toutes ces options, Couture s’avère extrêmement polyvalent. Lors de mes tests, j’ai en effet fortement apprécié les différents réglages disponibles, qui autorisent une gestion précise du son.

Mais surtout, le traitement dynamique est transparent, neutre — la mise en valeur des transitoires, ou au contraire du sustain, s’avère parfaite et sans artefact.

A noter au passage : l’effet induit par le plugin est indépendant du niveau d’entrée. Cela veut dire que si vous ajustez, pour une raison ou pour une autre, le signal d’entrée, Couture se comportera toujours de la même façon. Ce qui est vraiment très pratique.

Pour vous montrer un peu ce qu’il est possible de faire, voici un exemple audio basé sur un beat de day_tripper13 (CC BY).

Dans cet exemple, j’ai fait évoluer le réglage Sharpen de la valeur minimale à la valeur maximale.

Comme vous pouvez l’entendre, il est facile d’obtenir toutes sortes de sonorités, des plus douces aux plus claquantes, simplement en tournant un bouton.

Le module de saturation

En plus du module dédié aux transitoires, Couture intègre également un module de saturation.

Le concept, décrit notamment dans le manuel utilisateur, est le suivant : comme la saturation affecte également la dynamique du signal, il est plutôt logique de combiner les deux effets en un seul plugin.

Les réglages de la saturation dans Couture sont très complets, avec tout d’abord 6 modes de saturation : Bit (bitcrusher), Rect, Fuzz, Sine, Bass, Tube.

Chacun d’entre eux permet d’obtenir une couleur différente.

Toutefois, le plugin intègre également un ensemble de filtres passe-haut et passe-bas, qui permettent de customiser le son au maximum. Chaque filtre peut d’ailleurs être placé avant ou après l’effet de saturation (pre ou post).

Bien entendu, le module de saturation est lui aussi indépendant du niveau du signal en entrée.

A l’utilisation, j’ai trouvé que chaque type de saturation proposé par Couture était très convaincant, avec une bonne gestion de l’aliasing sur les hautes fréquences.

Par contre, ce module ne sera sans doute pas utile pour tous les styles de musique. On n’est pas vraiment sur une saturation vintage légère, mais beaucoup plus sur un effet créatif qui, je pense, cible plutôt les créateurs de musiques électroniques / dance / ambient.

A titre d’illustration, pour reprendre la boucle de son précédente, voici un exemple de ce qu’on peut obtenir avec les différents modes de saturation disponibles :

Sympathique, non ?

En conclusion

Au final, après quelques semaines de tests, ma conclusion est la suivante :

Sur l’aspect « Transitoires », Couture est clairement l’un des meilleurs Transient Shapers du marché, offrant une vraie polyvalence et un contrôle précis des transitoires et du sustain.

Sur l’aspect « Saturation », et même si j’imagine qu’il ne conviendra pas à tous les styles musicaux, Couture se débrouille tout aussi bien et rendra vos beats plus créatifs et surtout plus colorés.

En somme, un très bon plugin, et Made In France de surcroît ! 🙂

► Pour plus d’informations ou pour acheter le plugin, rendez-vous sur la page officielle de Couture

Laisser un commentaire