Test Plugin : Physion d’Eventide

9.0/ 10

Qualité sonore - 9

Fonctionnalités / Interface - 10

Rapport Qualité/Prix - 8

Acheter

POUR
L'innovation, la polyvalence, l'interface limpide, la qualité générale

CONTRE
Le manque de certains effets (tel que la distorsion), un seul effet par chaîne de traitement

Physion est le premier plugin Eventide introduisant la technologie des « Structural Effects », une nouvelle approche du traitement audio annoncée comme novatrice.

Autrement dit, il ne s’agit que du premier maillon d’une série d’effets haut de gamme, conçus par la marque américaine célèbre pour avoir révolutionné le monde du traitement audio dans les années 70 avec son Harmonizer H910 (AC/DC, David Bowie…).

Comme vous allez le voir, Physion est peut être à lui tout seul une autre petite révolution, car il s’agit d’un outil extrêmement puissant, suscitant de nouvelles idées et forçant à mixer sa musique de façon différente.

En effet, s’il ressemble sous certains aspects à un transient designer ou transient shaper, il est capable de beaucoup plus qu’une simple gestion des transitoires.

J’ai donc souhaité en faire un test dans les pages de Projet Home Studio, pour vous montrer ce que l’on pouvait faire avec… 🙂

Nota Bene : Ce plugin était initialement nommé Fission, mais a été renommé rapidement Physion par Eventide.

Un concept intéressant

Physion est basé sur un concept assez simple : la séparation entre transitoires (attaque) et partie tonale (sustain) du son.

Autrement dit, si on prend un enregistrement de guitare tout simple comme celui-ci :

Physion va le séparer en deux sons distincts, la partie correspondant aux transitoires (transient en anglais) :

et la partie tonale :

L’objectif ?

Tout simplement de traiter de façon différente les deux parties, avec des effets différents.

Par exemple, pour donner du punch à votre batterie ou bien au contraire pour adoucir votre enregistrement de piano.

Présenté de façon simplifiée et en s’inspirant d’un schéma présent sur le site d’Eventide, le son va être traité comme sur le schéma ci-dessous :

Fonctionnement du plugin Fission

C’est une vraie innovation.

Certes, il existait déjà des transient shapers en tout genre, plus ou moins perfectionnés. Mais avec Physion, on accède véritablement à une nouvelle façon de mixer, de créer des sons.

Et qui plus est, plutôt facilement, grâce à l’interface.

Une interface de qualité

Au-delà du design magnifique, l’interface est plutôt claire et intuitive, facilitant une prise en main rapide et séparée en trois parties :

L'interface de Fission, le plugin d'effets Eventide

La partie centrale – Structural Split

La partie centrale permet avant tout de contrôler où va l’énergie audio. Autrement dit, la « quantité » de son qui va aller dans la chaîne de traitement dédiée aux transitoires et celle qui va aller dans la chaîne de traitement dédiée à la partie tonale.

Outre des réglages visant à adoucir l’interaction entre les deux, c’est également à ce niveau que se trouve le contrôle de choix de la source (source type). Tout simplement, celui-ci vous donne la possibilité d’ajuster l’algorithme en fonction de l’instrument. Toutefois, notez que le manuel de Physion lui-même vous encourage à expérimenter et à essayer, par exemple, un type de source « Guitare » alors que vous traitez une piste de batterie ou de chant.

Les Chaînes de traitement

Les parties supérieures et inférieures sont dédiées, respectivement, aux signaux des transitoires et de la partie tonale.

C’est en effet à cet endroit que peuvent être:

  • ajustés les niveaux sonores ;
  • appliqués les effets.

Ces derniers, tous de très bonne qualité, sont de plusieurs types : dynamique, spectral ou spatiaux. De plus, Ils diffèrent selon que l’on traite les transitoires ou le sustain. Cette particularité semble se justifier à l’utilisation mais d’une façon générale j’aurais préféré avoir beaucoup plus d’effets, tels que des distorsions ou encore des EQs plus précis.

De plus, il n’est malheureusement impossible d’en utiliser plus d’un par canal, ce qui peut être un peu limitant. Cependant, comme on peut jouer chaque partie en solo, il est possible de construire, en dehors de Physion, des chaînes d’effets plus complexes.

A l’utilisation : un plugin multifonctions

Si Physion peut vite nous entraîner dans des effets sonores extrêmes et expérimentaux, il s’avère en réalité particulièrement polyvalent dès que l’on prend un peu de temps pour le maîtriser.

D’ailleurs, c’est bien le sens de la communication présente sur le site d’Eventide, qui liste un certain nombre d’utilisations possibles :

  • Accordage de percussions
  • Contrôle de la diction/de l’articulation
  • Transient Shaping (contrôle des transitoires)
  • Restauration audio
  • Déstructuration de beats

En utilisation simple (mixage, mastering…)

Lors de mes tests, je me suis rendu compte que Physion excellait tout simplement pour tout ce qui était gestion/modification de transitoires.

En effet, en quelques clics, il est possible de régler le niveau des transitoires et de la partie tonale d’une piste. Puisque les deux peuvent également être compressés individuellement, vous pouvez contrôler avec précision la dynamique, par exemple, de votre enregistrement de batterie ou de guitare acoustique.

Tiens, gardons l’exemple de la guitare acoustique et voyons ce qu’il est possible de faire.

Voici la piste brute, sans effet, provenant de la chanson « Believe » du groupe I Am Cassettes (avec leur aimable autorisation) :

Grâce à Physion, j’ai baissé légèrement le niveau du sustain et augmenté celui des transitoires. Le résultat est plus agressif, et la dynamique ressortira plus facilement dans un mix un peu surchargé.

Si on le souhaite, il est même possible d’ajouter un peu de réverbe directement sur le sustain pour donner un effet d’espace stéréo sans toutefois modifier l’impact des transitoires.

Et tout ça, en quelques secondes…

Efficace, non ?

En utilisation expérimentale

S’il y a une chose qui m’a marqué testant ce nouveau plugin Eventide, c’est sa capacité à susciter la créativité. C’est une vraie mine d’or sonore, notamment pour les producteurs de beats hip-hop/électroniques/ambient.

En effet, dès que l’on passe sur des effets plus extrêmes (delays, transposition…), on se rend compte que les possibilités sont littéralement illimitées.

L'effet de correction du pitch de Fission
Physion donne même accès à des effets de modification de hauteur de note (pitch) !

C’est presque gênant, en fait : on a tellement de choix qu’on ne sait plus « où donner de la tête ». Et là, il est pour le coup plutôt appréciable que le nombre d’effets soit assez restreint (même si j’aimerais bien avoir une petite distorsion, j’insiste 😉 ).

Voici un exemple audio utilisant les presets d’origine du logiciel. Vous entendrez d’abord l’enregistrement sans effet sur 4 mesures, puis cinq exemples de traitement made by Physion :

D’ailleurs, si jamais vous trouvez l’effet trop marqué, aucun problème : un bouton « Mix » situé en haut à droite de la fenêtre fera fonctionner Physion en parallèle du signal d’origine, pour ajouter du caractère à votre son sans le déstructurer complètement :

Le plugin satisfera également les adeptes du sound design et d’une façon générale tous ceux qui cherchent à créer de nouveaux sons à partir de samples (notamment Diego Stocco, j’en suis sûr).

Par exemple, rien ne vous empêche de réduire au minimum le niveau des transitoires pour traiter uniquement la partie tonale d’une guitare acoustique ou d’un piano et générer un pad atmosphérique…

En Conclusion

Physion d’Eventide est un excellent plugin, basé sur un algorithme robuste mais toutefois particulièrement facile à utiliser.

C’est aussi un effet plutôt novateur : bien loin des transient shapers habituels, il révolutionne l’approche créative de traitement sonore. Que vous l’utilisiez subtilement ou de manière agressive et expérimentale, il changera sans aucun doute votre façon de travailler, et même d’entendre la musique.

Et ce n’est que le début, puisqu’il n’est, comme je le disais en introduction, que le premier d’une série de plugins basés sur la même technologie !

Personnellement, j’attends la suite avec impatience…

Pour plus d’informations, rendez-vous sur la page officielle de Physion, qui est en promotion jusqu’au 17 Avril.

Laissez un commentaire

Nous respectons votre vie privée : votre adresse mail ne sera pas publiée.