Beyerdynamic M90 PRO X : le Test Complet | Projet Home Studio

Beyerdynamic M90 PRO X : le Test Complet

8.7/ 10

Qualité sonore - 8.5

Fonctionnalités / Fabrication - 8.5

Rapport Qualité/Prix - 9

POUR
Le bon rapport qualité / prix
la housse de protection et le côté "tout en un" du pack
l'ouverture dans les aigus assez musicale

CONTRE
Le côté un peu cheap lorsqu'on le prend en main car il est très léger
peut-être un côté "scooped" trop marqué sur certaines voix

Lorsque l’on parle de Beyerdynamic en home studio, on pense souvent en tout premier aux excellents casques de la marque.

Cependant, la marque allemande fondée en 1924 par Eugen Beyer (oui on apprend toujours des choses sur ProjetHomeStudio) possède également une longue expérience dans la fabrication de microphones.

Je pense notamment au très efficace M160 à ruban ou au M201 TG, très sympathique pour repiquer des batteries.

Assez récemment, Beyerdynamic a annoncé la sortie de deux nouveaux microphones :

  • le M70 PRO X — un micro dynamique plutôt orienté streaming/podcasting ;
  • et le M90 PRO X — un microphone statique plus orienté studio/home studio.

Et c’est ce dernier que je vous propose aujourd’hui d’examiner à travers cet article, qui est de fait le tout premier test en français du M90 PRO X — un grand merci d’ailleurs à l’équipe de Woodbrass qui a pu me mettre à disposition un M90 PRO X pour que je le teste !

Woodbrass

N’hésitez pas à regarder également ma review au format vidéo :

Un pack très complet

Comme vous pourrez voir dans le court unboxing intégré à la vidéo ci-dessus (que je vous invite à regarder 😉 ), le microphone est livré dans une boîte en carton solide contenant :

  • le M90 PRO X bien sûr ;
  • une suspension à élastique antichoc ;
  • un filtre anti-pop de qualité (attention il est un peu caché au fond de la boîte, ne faites pas comme moi, j’ai failli jeter la boîte sans l’avoir récupéré… je me disais bien que c’était encore lourd…).

Le pack a donc un côté un peu tout en un, qui sera sans aucun doute apprécié des débutants à la recherche d’un premier microphone, mais servira tout aussi bien à des utilisateurs ayant déjà un parc micro à disposition.

Le Beyerdynamic M90 PRO X en mode sortie champêtre

Le microphone en lui-même est protégé dans une housse de bonne facture à cordons resserrables et exactement de la dimension du micro, ce qui permettra d’éviter qu’il se raye ou qu’il s’abîme lors du rangement.

Histoire de chipoter un peu, on notera par contre l’absence d’une mini-monture basique et non-antichoc, qui peut être pratique lorsque la place est un problème ou que l’on souhaite monter ultra rapidement un micro.

Ceci dit, comme le microphone se visse de façon très simple sur la suspension antichoc, c’est au final un non-problème et on peut très rapidement brancher son matériel pour enregistrer, tout en l’orientant dans la direction que l’on souhaite via une rotule solide.

Pour ce qui est de la fabrication, le microphone est bien usiné . Il possède un corps noir plutôt mat, voire légèrement satiné, ainsi qu’une grille grise un peu plus claire, ce qui lui confère un design moderne et agréable.

On retrouve l’esthétique des autres produits de la marque.

Cependant, lorsqu’on le prend en main, on a un peu une sensation « cheap » car le poids est vraiment léger, même si le corps est métallique. Sans doute un alliage un peu moyen — même si au global tout a l’air suffisamment solide, donc je ne suis pas du tout inquiet.

La suspension, quant à elle, est en plastique, mais fait très bien le job que l’on attend d’elle.

Le Beyerdynamic M90 PRO X avec sa suspension
Le Beyerdynamic M90 PRO X avec sa suspension antichoc

Un micro plutôt polyvalent

De fait, son prix juste en-dessous des 300 € place le Beyerdynamic M90 PRO X dans la catégorie des microphones entrée de gamme voire début de milieu de gamme.

Et au sein de ces catégories, je trouve qu’il se débrouille très bien, en proposant un très bon rapport qualité prix.

Le son est intéressant, et assez moderne.

Non je ne suis pas influencé par le look du micro : je dis ça car la réponse en fréquences est quelque peu « scooped » comme disent les anglophones, c’est-à-dire en forme de sourire.

En raison d’un effet de proximité marqué mais facile à contrôler, on retrouve en effet un soulèvement des basses lorsqu’on est assez près du microphone — tandis que les hauts-médiums et les aigus sont également boostés d’environ 5 dB entre 4 et 15 kHz.

Cette amplification des hautes fréquences peut sembler assez marquée, mais il est important de noter qu’il s’agit d’un boost très large, très étalé : au lieu d’avoir des aigus perçants comme on aurait sur d’autres micros, on se retrouve donc juste avec un soulèvement naturel et des aigus vraiment ouverts.

Pour vous faire bien entendre tout ça, j’ai fait appel à Lola (et sa coach, qui gère le cours Orphée), une chanteuse à la technique impressionnante qui a repris pour l’occasion la chanson « If I Ain’t Got You » d’Alicia Keys.

Lola et votre serviteur, à la fin de la session d’enregistrement

Voici donc un extrait de l’enregistrement avec le Beyerdynamic M90 PRO X, avec deux versions :

  • une fois avec le chant brut, sans aucun effet (préampli : Warm Audio TB12 avec opamp x18, condensateurs vintages et transformateur steel) ;
  • une fois mixé et masterisé avec l’accompagnement.

Comme vous pouvez l’entendre, le micro fournit un son ouvert avec un bon niveau de détail.

Certes, il n’a bien sûr pas le même corps que ce qu’on pourrait retrouver sur des micros haut de gamme, mais il se défend bien une fois intégré au mix et n’est jamais agressif (ce qui est souvent un problème sur les micros entrée de gamme).

On notera également une faible sensibilité aux plosives : certes vous utiliserez toujours un filtre anti-pop lorsque vous ferez des prises de son en studio, mais on peut du coup imaginer l’utiliser sans filtre dans un contexte de streaming en le décalant légèrement par rapport à l’axe de la bouche.

De fait, il est également utilisable sur les instruments acoustiques : lors de mes tests, j’ai pu aisément obtenir un son agréable sur ma Lâg Tramontane sans éprouver de complexité à positionner le microphone. Donc pas de soucis pour vous enregistrer si vous faites de la guitare acoustique.

Vous pourrez aussi facilement capter des cordes, des chœurs, voire même des overheads de batterie si les cymbales ne sont pas trop brillantes.

Par contre, je vous le déconseillerai pour repiquer les amplis guitare : il y a peut-être des situations où ça fonctionnera, mais d’une façon générale je trouve que le son que l’on obtient avec pour ce type d’utilisation n’est pas hyper intéressant.

En conclusion

Au final, le Beyerdynamic M90 PRO X est pour moi un microphone sympathique qui a toute sa place en home studio.

Et je dirais même, il s’agit pour moi d’une alternative potentielle au célèbre RØDE NT1-A, en raison de l’aspect « pack tout en un » mais également parce que le son est un peu plus agréable sur le Beyerdynamic.

Bref, un microphone à regarder attentivement si votre budget est inférieur à 300€ et que vous souhaitez faire de la prise de voix (parlée ou chantée) et de l’enregistrement d’instruments acoustiques.

Commentaires (4)

Laisser un commentaire

Nono M / Répondre

Bonjour Adrien,
le test est bienvenu et le travail du chant ainsi que du mixage nous offre un bon rendu avec ce type de voix mais ça s’arrête là… Dans la lancée, il aurait été intéressant de compléter avec des extraits de la gratte acoustique, de la batterie (éventuellement) et pourquoi pas de la repique guitare sur ampli (même si…) pour que l’on puisse s’y retrouver un peu plus. Merci et bonne continuation !

Adrien Administrateur / / Répondre

Bonjour Nono,
Merci pour ce retour,
Je prends note pour de futurs tests 🙂 !
Adrien

Ben / Répondre

Le poids n’est pas un indice de qualité, même un certain Adrien le reconnaît dans son test du Lewitt 140 !
Sinon ce micro serait un concurrent du NT1-A pour un prix supérieur à celui du NT1 ou du Lewitt 440. Il ne semble pas très bien placé.

Adrien Administrateur / / Répondre

Mais c’est bien vu ! 🙂 Je vois que j’ai des lecteurs assidus 🙂 !
Non, effectivement, pas un critère de qualité en tant que tel, après ça indique souvent qu’il y a eu du cost-cutting sur certaines choses. Ce qui n’est pas nécessairement un problème.

En fait je le vois pas vraiment comme concurrent du NT1-A, mais plus comme une alternative plus haut de gamme. Par exemple pour quelqu’un qui a un peu plus de budget, mais qui cherche « le même style de micro » pour débuter.

Laissez un commentaire

Nous respectons votre vie privée : votre adresse mail ne sera pas publiée.