Eventide SP2016 : Le Test Complet

9.0/ 10

Qualité sonore - 9.5

Fonctionnalités / Interface - 9.5

Rapport Qualité/Prix - 8

Acheter

POUR
La simplicité d'utilisation, la qualité et la couleur des algorithmes

CONTRE
L'égaliseur un peu trop subtil, le prix assez élevé

Au début des années 80, quelque chose de plutôt novateur fit son apparition sur le marché du matériel hardware de studio.

Ce quelque chose, c’est le SP2016 de la célèbre marque Eventide.

Comme le disait le manuel à l’époque : « il ne s’agit pas simplement d’une réverbe, ni d’un effet d’écho numérique, ni d’un égaliseur… mais de toutes ces choses à la fois, et plus encore ».

En effet, le SP2016 était le premier multi-effets numérique programmable grâce à des puces électroniques de type ROM, que vous pouviez remplacer à volonté à l’intérieur de l’appareil. Eventide maintient d’ailleurs une page de référence sur le sujet, avec quelques photos très intéressantes.

Après un premier plugin (2016 Stereo Room) sorti en 2011, Eventide a visiblement choisi d’aller plus loin en proposant un nouvel effet intitulé simplement SP2016, regroupant un certain nombre d’algorithmes très intéressants issus du hardware d’origine.

Regardons ce que ça donne…

L'interface de SP2016 d'Eventide

Une interface simple à utiliser

SP2016 se caractérise tout d’abord par une interface plutôt esthétique qui, bien que non redimensionnable, n’est pas sans rappeler le SP2016 des années 80.

En plus d’un évident module d’ajustement des niveaux d’entrée/sortie (input/output), le plugin nous propose tout d’abord trois modes de réverbes :

  • Stereo Room — une simulation de pièce très orientée vers une sensation 3D ;
  • Room — qui correspond sans doute dans l’esprit à une réverbe mono, mais qui dans la réalité affiche quelques variations entre les canaux gauche et droit ;
  • Hi Dens Plate — une réverbe à plaque aux sonorités très denses, comme son nom l’indique.

Chaque mode existe par ailleurs en deux versions : « Vintage » pour les sons plus old-school et avec plus d’artefacts, et « Modern » pour des sonorités plus claires, plus propres et calculées avec une résolution en bits supérieure.

A ceci s’ajoute bien sûr toute une série de contrôles extrêmement simples à manipuler :

  • Mix — réglage de la quantité de son sans effet ;
  • Pre-Delay — de 1 à 999 ms, ce qui permet d’accéder à des effets d’écho originaux ;
  • Decay — la durée de la réverbe allant de 200 ms à une impressionnante valeur de 100 secondes. Pour aller dans le détail technique, il s’agit d’une mesure de RT60 dont je parle dans ce tutoriel lié au traitement acoustique de studio ;
  • Position — facile à contrôler, ce réglage permet d’ajuster la position d’écoute dans la pièce simulée. Comme l’indique le manuel, on peut rapprocher cette option d’une quantité de Premières Réflexions (early reflections), même si l’effet est un peu plus complexe ;
  • Diffusion — une option très subtile affectant la tonalité des réflexions acoustiques.

Enfin, sur la partie droite de SP2016, un égaliseur à deux bandes fournira encore plus de réglages pour ajuster la couleur de la réverbération, avec un filtre low-shelf et un filtre high-shelf.

A l’utilisation, vous vous rendrez toutefois compte que cet égaliseur est assez subtil et manque donc un peu de flexibilité selon ce que vous voudrez faire.

Régulièrement, j’imagine que vous serez amené(e) à ajouter un égaliseur supplémentaire après coup.

Une excellente réverbe algorithmique

Si vous testez la démo de SP2016 — ce que je vous recommande fortement — les presets sont un très bon point de départ.

Certes, je le dis souvent, il ne faut pas se baser juste sur des presets pour mixer. Ceci dit, sur des plugins comme les réverbes, les presets sont souvent un bon moyen d’avoir une vision globale des sons pouvant être produits.

Il faut être clair : je ne possède pas le hardware que le SP2016 est sensé reproduire. Aussi, je ne me risquerai pas à faire des comparaisons hasardeuses…

Par contre, ce qui est certain, c’est que les algorithmes de réverbération qu’il inclut sont extrêmement convaincants. Ils s’intègrent très facilement dans le mix tout en fournissant des sons denses et pleins de caractère.

Les quelques réglages inclus, s’ils ne semblent pas révolutionnaires au premier abord, donnent en réalité accès à de nombreuses colorations.

Notamment lorsque l’on joue avec le bouton de Distance, qui a un effet très marqué sur l’attitude de la réverbe.

Pour illustrer ces propos, voici un exemple tout simple d’une piste de batterie (extraite du morceau Eliza Jane de James May), et différents réglages de « Distance » :

Comme vous pouvez l’entendre, les sonorités que l’on peut obtenir sont très différentes.

Notez au passage que la réverbe engendre quelques artefacts, que vous pouvez notamment remarquer sur les deux derniers exemples ci-dessus : c’est normal, cela fait partie de l’algorithme d’origine. Isolé, ça peut surprendre, mais dans l’ensemble du mix cela s’intègre à merveille !

(Le réglage de pre-delay permet d’ailleurs de minimiser les artefacts lorsqu’il est réglé sur des valeurs très faibles.)

Prenons un autre exemple tiré du même morceau, mais avec cette fois-ci une piste de voix :

A nouveau, on se rend compte que de nombreuses sonorités sont possibles.

Si les deux premiers samples, qui utilisent deux versions de la réverbe à plaque, sont très denses et tendent à colorer fortement la voix, on se rend compte que le mode Stereo Room est beaucoup plus léger.

Durant mes tests, j’ai d’ailleurs trouvé que les simulations de pièces, qu’il s’agisse de rooms mono ou stereo, étaient impressionnantes. Elles possèdent toutes une certaine qualité réaliste, bien qu’il s’agisse purement de réverbes algorithmiques.

J’adore.

En conclusion

Au final, le plugin SP2016 d’Eventide s’avère être une réverbe à la fois extrêmement simple à utiliser et capable de produire de magnifiques sons.

Et à ce titre, il s’agit vraiment d’un plugin professionnel qui pourra être utilisé dans la plupart de vos mixages — sous réserve bien sûr que la coloration de la réverbe convienne à l’ambiance que vous souhaitez créer.

A acheter les yeux fermés, alors ?

Si le prix élevé ne vous fait pas peur, alors oui, sans aucun doute ! Parce qu’il faut le dire : la qualité Eventide est tout sauf un mythe, et le SP2016 le prouve une nouvelle fois 😉 !

Laisser un commentaire