Audix A152 : Test d’un Casque pour Ceux qui Aiment les Basses

8.8/ 10

Qualité sonore - 8.5

Fonctionnalités / Fabrication - 9.5

Rapport Qualité/Prix - 8.5

POUR
Les basses impressionnantes, les détails dans les médiums, le confort général

CONTRE
Le manque d'air dans les aigus

Vous connaissez sans doute la marque Audix pour ses microphones – et notamment ses micros pour batterie qui font plutôt référence dans l’univers du studio tout en affichant des prix accessibles.

Récemment, la marque semble avoir toutefois décidé de diversifier ses produits, en se lançant notamment dans la production de casques audio avec une gamme constituée de quatre modèles : A140, A145, A150 et A152.

Nous n’en avons cependant pas beaucoup entendu parler jusqu’à présent – sans doute la faute au coronavirus qui n’a pas simplifié la communication sur les évènements…

Ayant eu accès au A152, le modèle supérieur de la série, je vous propose via cet article un résultat de quelques semaines de tests attentifs. 😉

La boîte de l'Audix A152

Apparence & Fabrication

Commençons par regarder l’aspect physique du casque et ses caractéristiques.

Au-delà de l’évidente boîte en carton, le A152 est livré dans une coque de protection sobre mais rigide qui permettra de l’emporter sans risque en le glissant dans un sac.

A l’intérieur de la coque, on retrouve un câble en nylon tressé (oui, je commence par le moins important) de type mini-jack/mini-jack (3,5 mm) ainsi que d’un classique adaptateur pour les prises jack de 6,35 mm.

Pour moi, la conséquence de ce choix de câble est très positive puisqu’il s’agit d’un câble complètement standard en termes de connectiques. Il sera donc facile de le remplacer dans le futur s’il vient à avoir un défaut – contrairement aux casques de nombreuses autres marques qui disposent d’une connectique propriétaire.

Une fois qu’on a dit ça, passons maintenant au casque.

Le casque fermé Audix A152

La fabrication est plutôt de bonne qualité : il y a beaucoup de plastique, mais c’est un plastique solide, noir mat, plutôt élégant. Pas de soucis donc de ce côté-là.

Et puis, bien sûr, l’arceau au niveau de la tête est en métal et réglable — ce qui assure une vraie solidité du casque.

Lors de mes tests, j’ai particulièrement apprécié les oreillettes du A152 : les coussinets sont épais, et de fait vraiment très confortables. Un vrai plaisir à porter !

Enfin, à l’intérieur, on retrouve des drivers de 50 mm pour une impédance moyenne de 30 ohms — ce qui implique qu’on pourra brancher ce casque Audix sur la plupart des appareils de studio ou home studio.

Sur le plan physique, du coup, tout est très bien.

Un son agréable avec de bonnes basses

Globalement, l’Audix A152 est pour moi un casque de bonne qualité offrant un son intéressant avec un bon niveau de détail.

Ce qui ressort particulièrement, dès les premières secondes d’écoute, ce sont les basses : elles sont vraiment très présentes, dans le bon sens du terme, mais aussi très détaillées. C’est assez impressionnant.

L’image stéréo est correcte sans être parfaite, ce qui est complètement normal puisqu’il s’agit d’un casque fermé.

Le son est légèrement sombre car plutôt porté sur les médiums et les basses (peut-être un phénomène psychoacoustique car ces dernières prennent le pas ?).

Au global, cela fait de l’A152 un casque qui pour moi peut répondre à plusieurs types d’utilisation :

  • soit pour l’enregistrement, pour que l’artiste qui enregistre profite d’un son de qualité ;
  • soit pour le mixage lorsque vous avez besoin de vérifier notamment vos basses fréquences ;
  • soit pour une écoute musicale plus audiophile, en dehors d’un contexte de studio.

Pour illustrer mes propos, voici toutefois quelques notes prises lors de l’écoute des morceaux de référence Projet Home Studio pour les reviews de casques et d’enceintes.

(Remarque : les liens ci-dessous sont des liens YouTube, mais les morceaux sont bien entendu écoutés en version FLAC.)

Daft Punk – Get Lucky

Ce morceau de Daft Punk est vraiment intéressant pour tester la réponse dans les basses d’un dispositif d’écoute.

Ici, l’Audix A152 met en valeur le kick avec un son très profond. Idem pour la ligne de basse qui est retranscrite avec beaucoup de détails.

La caisse claire/clap et la voix sont bien marquées, et ressortent plutôt à l’avant du mix.

Le son manque cependant d’un peu d’air dans les aigus, ce qui se traduit par des hihats un peu trop en retrait.

Ed Sheeran – I See Fire

I See Fire, le fameux morceau d’Ed Sheeran venant de la bande son du Hobbit, est également un très bon morceau de test en raison de la qualité impressionnante de la production.

A nouveau, avec le A152, le son de la grosse caisse est profond et qualitatif : l’aspect organique et détaillé de celle-ci ressort vraiment bien.

La répartition des éléments dans l’image stéréo est correcte, et il est plutôt facile d’identifier et de positionner dans l’espace chaque instrument — mais n’oublions pas que le mix est à la base assez contrasté sur cet aspect, ce qui facilite la tâche.

Par ailleurs, on sent à nouveau que le son du casque fait un focus sur les médiums, et on manque du coup d’un peu d’air : cela permettrait à la réverbe de ressortir un peu plus.

Le niveau de détail dans les médiums, par contre, est très bon, et se remarque notamment sur la rythmique de la fin du morceau qui ressort de façon très détaillée.

Oreillette du casque Audix A152

Rage Against The Machine – Killing In the Name

Morceau culte de la scène rock/metal des années 90,  Killing In The Name est intéressant pour tester les casques et les enceintes car le son est dense et puissant.

Sans surprise maintenant puisque l’on a déjà écouté deux morceaux et fait ce constat : la grosse caisse ressort très bien, avec beaucoup de détails, sans toutefois sembler mise en avant d’une façon qui déséquilibrerait l’écoute.

Les médiums des guitares sont agréables, la saturation croustillante.

Le morceau avance… obligé de commencer le air drumming…

« And now you do what they told ya… »

Bon les cymbales sont trop en retrait, à nouveau. Je trouve ça un peu dommage, ça donnerait plus d’agressivité (dans le bon sens du terme) au morceau.

J.B. Lully – Marche pour la cérémonie des Turcs (Jordi Savall)

Cette œuvre de Lully est un peu le morceau piège de mes tests : la musique classique pardonne beaucoup moins les défauts que les autres genres musicaux.

A l’écoute du morceau avec le A152, je suis bluffé par la réponse dans les basses : j’ai écouté ce morceau des dizaines de fois, sur de nombreux supports, mais je n’avais jamais entendu ce niveau de détail dans les percussions. Impressionnant.

L’image stéréo quant à elle est correcte ; les instruments ne sont peut-être pas séparés de façon très marquée même si les violons ressortent dans les médiums, mais ce n’est pas vraiment un problème ici car cela crée un effet de cohésion d’ensemble.

A nouveau, le manque d’air se fait sentir, et c’est vraiment le seul point que j’aimerais voir amélioré — pourquoi pas dans une prochaine version du casque.

En conclusion

Au final, l’Audix A152 est pour moi un très bon casque qui ressort avant tout, vous l’aurez compris, par ses basses profondes et le niveau de détail de ses médiums.

Bien sûr il a quelques défauts (comme tous les casques d’ailleurs), mais n’oublions pas qu’il s’agit d’un casque fermé — qui sera donc du coup à utiliser en priorité pour le tracking et le mixage des basses.

Ceci dit, comme il est très confortable, et que le son est à la fois agréable et profond — on n’hésitera pas à également l’utiliser pour une écoute dans le sens plus audiophile du terme.

Pour plus d’informations et notamment savoir où l’acheter, au-delà des vendeurs mentionnés en haut de l’article, n’hésitez pas à contacter le distributeur français Axente.

Laissez un commentaire

Nous respectons votre vie privée : votre adresse mail ne sera pas publiée.