Comment Organiser votre Collection de Plugins VST ?

Imaginez la situation suivante : vous débutez en MAO, avec les plugins d’effets par défaut de votre séquenceur.

Au fur et à mesure, les mois passent, et vous trouvez toujours plus de plugins (comme ces réverbes gratuites). Et puis, vous tombez sur quelques sites avec de super promotions. Et hop, encore quelques VSTs en plus.

Résultat, au bout d’un certain temps : vos plugins sont mal rangés. Vous perdez du temps à retrouver vos instruments et vos effets. Peut-être même avez-vous l’impression d’être moins productif malgré toutes ces options de son !

Cette situation vous semble familière ? 🙂

A moi aussi.

Pendant longtemps, mon dossier de plugins était affreusement désorganisé. Mais un jour, j’ai décidé d’y mettre de l’ordre, et ça a vraiment été bénéfique pour mon travail en home studio.

Aussi, j’ai décidé de partager avec vous ma stratégie de classement avec cet article détaillé, pour vous aider à gérer au mieux votre studio.

Le classement

Un mot sur la stratégie

Si l’on prend l’exemple des VSTs sur Windows, les plugins sont en général stockés dans un dossier par défaut. Très souvent, il s’agit de quelque chose comme ça :

C:\Program Files\Steinberg\Vstplugins\

Si vous ne rencontrez pas de problème, vous pouvez garder ce dossier comme base pour organiser vos plugins d’effets et d’instruments.

Cependant, d’une façon générale, il peut être plus pratique de les installer ailleurs sur votre disque dur pour éviter des problèmes de lecture/écriture. Pour cela, je vous laisse choisir : vous êtes le ou la seul(e) juge.

Par contre, il est important de noter que vos plugins sont souvent constitués de plusieurs parties :

  • Un fichier *.dll, qui est le programme par lui-même vers lequel vous devez faire pointer votre DAW ;
  • Des fichiers de configuration, stockés dans le même dossier ou pas ;
  • Parfois, des informations stockées dans le registre de votre ordinateur.

Du coup, pour les classer, vous allez donc avoir deux options :

  • Déplacer uniquement les fichiers *.dll pour les mettre dans les dossiers et sous-dossiers de votre choix (ça marche la plupart du temps)
  • Les désinstaller puis les réinstaller proprement dans le nouveau dossier où vous souhaitez les organiser

La deuxième solution est idéale : grâce à elle, vous êtes sûr de ne pas avoir de message d’erreur vous indiquant que le plugin n’arrive plus à trouver ses fichiers de configuration.

Cependant, ce n’est pas toujours possible et ça prend beaucoup de temps. Alors, je vous conseille de déplacer les DLL pour effectuer votre classement, et réinstaller uniquement celles qui posent un problème.

Vous êtes prêt(e) ?

Okay – Passons maintenant à l’organisation par elle-même…

Classez vos plugins d’effets

Si vous avez acheté une suite de plugins d’effets, comme par exemple celle d’IK Multimedia ou bien celle de Waves, il peut-être utile de les regrouper dans un même dossier. Surtout si vous les utilisez régulièrement.

Cependant, dans la plupart des cas, les utilisateurs de home studio possèdent un grand nombre d’effets, qu’il leur faut organiser.

Pour celà, la solution que j’utilise et que je vous propose est toute simple :

Effectuez un classement par type d’effet.

Suivant votre expérience et suivant les plugins que vous possédez, vous n’allez peut-être pas les classer comme moi. Mais à titre d’exemple, voici une capture d’écran de mon dossier « Effets VST » en ce moment :

Exemple de classement de plugins d'effets

Je ne vais pas détailler toutes les catégories, parce que la plupart sont, je pense, assez évidentes. Cependant je souhaiterais tout de même apporter quelques précisions.

Tout d’abord, j’insiste sur le fait que vous n’avez pas besoin de faire exactement comme moi. Ainsi, j’ai regroupé les Chorus et les Phasers parce que je n’en possède que quelques uns, et que je les utilise au final assez rarement. Mais suivant le style de musique sur lequel vous travaillez, il vous sera peut-être utile de les séparer.

Ce qui est important, c’est que votre classement soit logique et que vous vous sentiez à l’aise avec. Nul besoin d’avoir deux dossiers « Distorsion » et « Saturation » si vous ne faites pas la différence entre les deux.

A l’opposé, il peut être utile de créer des sous-dossiers pour subdiviser encore l’organisation de vos plugins.

C’est d’ailleurs ce que j’ai fait pour mon dossier « Compresseurs » :

Exemple d'organisation de Compresseurs

Comme vous pouvez le voir, j’ai séparé mes compresseurs en fonction de leur type de fonctionnement : FET, Opto, VCA…

J’ai également trois sous-catégories en plus :

  • Buss = pour les compresseurs que j’utilise surtout sur les groupes de pistes
  • Classic = pour les compresseurs « standards », avec peu de caractère ou bien avec plusieurs courbes de compression disponibles
  • Multiband = pour les compresseurs multi-bandes (eh oui, pas très surprenant je sais 😉 )

J’ai également, dans certains dossiers, un sous-dossier spécifique pour les plugins que je garde « au cas où » mais que je n’utilise jamais.

Organisez vos instruments

Pour les instruments (notamment les VSTi), l’approche que je vous conseille est légèrement différente.

Au départ, j’ai essayé de les classer par type. Par exemple, j’avais un dossier « Synthétiseurs Additifs », « Synthétiseurs Granulaires », et ainsi de suite. En gros, un dossier par type de synthèse sonore.

Cependant, en essayant de placer mes plugins dedans, je me suis vite rendu compte que c’était une mauvaise idée. En effet, un grand nombre d’entre eux pouvaient être associés à plusieurs catégories, ce qui retirait tout l’intérêt du classement !

Par exemple, j’utilisais (et utilise toujours d’ailleurs) le synthé Alchemy de Camel Audio, marque rachetée en 2015 par Apple. Or, celui-ci faisait à la fois de la synthèse additive, de la synthèse spectrale, de la synthèse granulaire, sans compter une multitude d’effets et d’options en tous genres.

Impossible, donc, de le mettre dans un dossier précis comme on pourrait mettre une réverbe dans le dossier « Réverbes ».

Aussi, la solution que je vous propose est un peu un compromis, mais elle est quand même efficace :

Classez vos instruments par Editeur

Autrement dit, créez un dossier pour chaque marque.

C’est vrai, c’est un peu moins pratique que des catégories. Toutefois, il est assez probable que vous reveniez souvent aux mêmes synthétiseurs. Vous pourrez donc facilement les retrouver en les classant par éditeur.

Ainsi, voici un exemple très simple :

Exemple de classement de plugins d'instruments VST

Suivant vos plugins et l’utilisation que vous en faites, vous pourrez peut-être dégager tout de même quelques catégories supplémentaires:

  • Drum Machines (Boîtes à rythmes)
  • Samplers
  • Lecteurs de SoundFonts
  • etc…

En conclusion

C’est vrai, classer ses plugins, ça prend énormément de temps. Surtout si vous devez en réinstaller certains pour qu’ils fonctionnent bien.

Toutefois, je ne peux que vous conseiller de le faire une bonne fois pour toutes, et de vous tenir à ce classement.

Très rapidement, vous verrez que vous vous sentirez beaucoup plus à l’aise pour travailler sur vos mix ou vos compositions. C’est un peu comme ranger un bureau, en fait : vous allez être plus productif et pouvoir vous concentrer sur la musique.

Bon courage ! 🙂

Laisser un commentaire